Occhiatana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Occhiatana
Occhiatana
Vue sur Occhiatana.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Collectivité territoriale unique Corse
Circonscription départementale Haute-Corse
Arrondissement Calvi
Intercommunalité Communauté de communes de l'Île-Rousse - Balagne
Maire
Mandat
Stéphane Orsoni
2020-2026
Code postal 20226
Code commune 2B182
Démographie
Population
municipale
250 hab. (2018 en augmentation de 41,24 % par rapport à 2013)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 34′ 30″ nord, 9° 00′ 33″ est
Altitude 350 m
Min. 0 m
Max. 1 163 m
Superficie 12,62 km2
Type Commune rurale et littorale
Aire d'attraction L'Île-Rousse
(commune de la couronne)
Élections
Départementales L'Île-Rousse
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Corse
Voir sur la carte administrative de Corse
City locator 14.svg
Occhiatana
Géolocalisation sur la carte : Corse
Voir sur la carte topographique de Corse
City locator 14.svg
Occhiatana
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Occhiatana
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Occhiatana

Occhiatana est une commune française située dans la circonscription départementale de la Haute-Corse et le territoire de la collectivité de Corse. Le village appartient à la piève de Tuani, en Balagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Occhiatana-village-pano.jpg

Situation[modifier | modifier le code]

Occhiatana est située au sud-est de la Balagne.

Son territoire est enserré entre ceux de Ville-di-Paraso à l'ouest et de Belgodère à l'est. Au sud, elle est séparée du Parc naturel régional de Corse par la chaîne de hautes montagnes qui marque les limites méridionales de la Balagne. Au nord, la commune possède une très courte façade maritime, autour de la petite anse d'Algaja.

Communes limitrophes

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Les limites en sont à l'ouest, le lieu-dit Saleccia avec la présence d'une ancienne tour génoise carrée ruinée, et à l'est, à un kilomètre de l'anse, Lozari avec une autre tour génoise ruinée et l'embouchure du Regino.

Entre mer et montagne, la plaine du Regino porte le nom du petit fleuve côtier qui l'arrose. Le Monte d'Ortu (176 m) en est un point remarquable. Le Regino est le principal cours d'eau de la commune qu'il traverse sur près d'un kilomètre et demi. Il passe au hameau de Tesa où avait été édifié le moulin de Timothée. De culture ancestrale l'olivier est présent sur tout le territoire de la commune.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat et végétation[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès routiers[modifier | modifier le code]

La commune est traversée au sud par la route départementale D 71 encore appelée « Route corniche de la Balagne » puisqu'elle relie un grand nombre de villages balanins. Au nord, la RN 197 longe son littoral maritime.

Le village se situe entre Belgodère et Costa. Une bretelle permet de rejoindre le village et le traverser. Il domine la plaine du Regino.

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la ligne des CFC avec un arrêt près du lieu-dit San Sebastianu.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Occhiatana est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de L'Île-Rousse, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 12 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

La commune, bordée par la mer Méditerranée, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[6]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[7],[8].

Le village d'Occhiatana a été bâti à une altitude moyenne de 330 mètres, au flanc du mont Pinzu Sordu (1 206 m) qui fait partie de la chaîne montagneuse ceinturant la Balagne et bornant le nord du parc naturel régional de Corse. Quoique ancien, le bâti présente un ensemble rénové, avec des maisons aux murs enduits et aux toits de tuiles rouges, et des rues anciennes et étroites. La population est regroupée principalement au village construit autour de l'ancienne église Santa Maria Assunta du XVIIe siècle. En plaine, se trouvent les petits hameaux de Tesa et de Pinzu Corbu.

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (65,7 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (70,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (38,7 %), zones agricoles hétérogènes (31,6 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (24,8 %), forêts (2,2 %), zones urbanisées (1,6 %), cultures permanentes (0,9 %), eaux maritimes (0,2 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Des vestiges de la chapelle San Vincensiu encore visibles au-dessus de l'anse d'Algaja, datent de la fin du Xe siècle. Celle-ci avait été édifiée sur l'emplacement d'une ancienne chapelle de la fin du IVe siècle.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Au XVIe siècle, les Génois érigèrent sur le littoral la Tour carrée de Pianosa aujourd'hui ruinée, entre la Tour de Saleccia et la Tour de Lozari. Au XVIIe siècle fut bâtie au village l'église baroque Santa Maria Assunta.

Occhiatana constituait le centre de l'ancienne piéve de Tuani et avait Costa pour hameau. Rattachée ensuite à Ville-di-Paraso, Occhiatana est devenue une commune à part entière à la Révolution française.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Monuments aux morts et église.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
maire en 1935 1943 Lanzalavi Francois Antoine    
maire en 1943 1971 Laurent Ambrosini    
1971 1991 Charles Volpéi    
Avril 1991 2011 Jean Pasquin Mattei . .
Décembre 2011 En cours Stéphane Orsoni DVD Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[12].

En 2018, la commune comptait 250 habitants[Note 3], en augmentation de 41,24 % par rapport à 2013 (Haute-Corse : +5,69 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
471501540548613657672675688
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
670657628720647658710733695
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
650608533416448377371325179
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017
154178185165163172173176246
2018 - - - - - - - -
250--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • La fête patronale se fête le , jour de la Saint-Barthélemy (San Bartulumeu). Les festivités durent trois jours.
  • Occhiatana est située sur la Strada di l'Artigiani, la route des Artisans de Balagne. L'atelier de poterie Terra è Focu - Place de l'église, est ouvert au public tous les jours toute l'année de 10 h à 13 h et de 14 h 30 à 19 h 30.

Santé[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Santa Maria Assunta relève du diocèse d'Ajaccio.

Économie[modifier | modifier le code]

Au XXe siècle dernier, les habitants vivaient de l'agriculture et de l’artisanat : plantations de mûriers pour les élevages de ver à soie, d'oliviers, d'amandiers, de cédrat et de vigne, ainsi que le pastoralisme (brebis et chèvres) procuraient l'essentiel des revenus. De nos jours, il n'y a aucun viticulteur dans la commune mais encore plus d'une dizaine de bergers. Plusieurs entreprises de BTP et deux de ferronneries s'y sont installées, ainsi que plusieurs artisans. L'artisanat d'art est présent avec un atelier de sculpteur et un de poterie.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Monument aux morts.
  • Stèle du Curé Costa Savelli dit Prete Zuaglia' 1789 – 1875 au centre du village, hommage de reconnaissance du conseil municipal, sur laquelle est inscrit : « Par lui la commune a conservé les biens de Monti revendiqués dans un procès. Il le soutint et le gagna en 1874 ».

Tour de Pianosa[modifier | modifier le code]

La Tour carrée de Pianosa, dite aussi Cala Rossa ou Di Tre Moline, a été érigée au XVIe siècle par les Génois à 36 mètres d’altitude, au-dessus de la petite anse d'Algaja. Cette tour de guet contre les invasions barbaresques est alignée sur le littoral avec les tours de Losari (Belgodère) et de Saleccia (Monticello) toutes deux également ruinées.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Tombeau du sculpteur Damaso Maestracci[modifier | modifier le code]

Le tombeau du sculpteur Maestracci Damaso construit en 1928, propriété d'une personne privée, inscrit sur l'inventaire supplémentaire par arrêté du , MH en 1992Notice no IA2B001258, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Église paroissiale Saint-Barthélémy[modifier | modifier le code]

L'église.

Elle est l'ancienne église de l'Assomption, l'actuelle église paroissiale Saint-Barthélémy. L'église Santa Maria Assunta date du 2e quart du XVIIe siècle. Reconstruite en 1620, remaniée en 1627, elle est dotée d'un clocher baroque à trois étages avec lanternon. Le clocher sera détruite trois fois par la foudre (, et )[15]. Elle remplissait les fonctions d'église paroissiale dont le titre est alors toujours détenu par l'église Saint-Barthélémy éloignée du village. Érigée en cure entre 1646 et 1740, elle prend alors le vocable de Saint-Barthélémy.

Elle renferme quatre-vingt seize (96) œuvres et objets repris à l'Inventaire général du patrimoine culturel[16] propriétés de la commune dont les statues Vierge à l'Enfant (XVIe siècle, 1er quart XVIIe siècle) qui proviendrait de l'ancien couvent de Tuani (Costa), et saint Antoine et l'Enfant Jésus XVIIe siècle), donnée à la commune par un moine du couvent originaire du pays.

Ancienne chapelle de confrérie[modifier | modifier le code]

La Confrérie.

La Confrérie, restaurée récemment, abrite l’Association Per l'Animazione d'Ochjatana. Cette ancienne chapelle possède une acoustique remarquable. En période estivale y est ouvert un débit de boissons. Notice no IA2B001099, base Mérimée, ministère français de la Culture

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • André Giusti (1906-1943), héros de la Résistance corse.
  • Jérôme Mulas Benedetti, né à Occhiatana, poète et traducteur de plusieurs livres de la bible en langue corse. Grand prix de la chanson corse en 1980.
  • Maestracci Damaso, sculpteur corse, ancien élève et premier prix de l'École des Beaux-Arts de Marseille, membre du Salon des artistes de Provence. Il s'était retiré à Occhiatana où il dirigeait un atelier de sculpture religieuse. Il est aussi l'auteur du monument aux morts du village. Mort en à Occhiatana.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 9 avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 9 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 9 avril 2021).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Pleyben - Châteaulin », sur insee.fr (consulté le 9 avril 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 9 avril 2021).
  6. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le 9 avril 2021).
  7. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le 9 avril 2021).
  8. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le 9 avril 2021).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 28 mai 2021)
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 28 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  15. Notice no IA2B001048, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/palissy_fr?ACTION=RETROUVER_TITLE&LEVEL=1&GRP=0&REQ=%28%282B182%29%20%3aINSEE%20%29&USRNAME=nobody&USRPWD=4%24%2534P&SPEC=9&FIELD_1=INSEE&VALUE_1=2B182&SYN=1&IMAGE_ONLY=&MAX1=1&MAX2=1&MAX3=200&DOM=Tous

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :