Vers sa destinée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Vers sa destinée (Young Mr. Lincoln) est un film américain réalisé par John Ford, sorti en 1939.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le jeune Abraham Lincoln déjà engagé en politique, ambitionne de faire du droit. Il compulse les livres et s'installe quelques années plus tard à Springfield pour exercer en tant qu'avocat. Il végète dans le cabinet d'un confrère plus expérimenté, où s'égrènent les affaires de voisinage. Lors de la fête de l'indépendance, une dispute éclate qui se conclut par un assassinat. Lincoln s'emploie spontanément à la défense des deux présumés meurtriers.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Acteurs non crédités 

Production[modifier | modifier le code]

Le film est nait de la volonté de Darryl F. Zanuck de faire un film sur la jeunesse d'Abraham Lincoln[1]. Dans un premier temps, c'est Irving Cummings qui est envisagé pour le réaliser[1]. John Ford souhaite,a bec ce film, montrer la grandeur présente chez Lincoln dès sa jeunesse[1].

Choix des acteurs[modifier | modifier le code]

Tyrone Power est à un moment envisagé pour tenir le rôle de Lincoln[1].

Henry Fonda se voit proposer le rôle par John Ford, mais commence par le refuser car il considère qu'accepter ce rôle serait comme accepter le rôle de Dieu[1]. C'est en lui disant « Vous pensez jouer le sacré grand émancipateur, hein ? C'est uniquement un sacré plouc d'avocat de Springfield ! » que John Ford arrive à le convaincre, après avoir fait des essais de maquillage avec l'acteur[1].

Montage[modifier | modifier le code]

Une scène du film montrant Lincoln, juché sur une mule, passant devant un théâtre où la famille Booth joue Hamlet a été coupée du film. Il avait un échange de regards avec un acteur de cette famille « avec des cheveux noirs, élégant, snob et magnifiquement vêtu ». John Ford a beaucoup regretté que cette scène soit coupée au montage par la production[2].

Pour préserver ce portrait personnel des coupes et remontages souvent imposés par les producteurs, John Ford ira jusqu'à détruire les chutes du film.[réf. nécessaire]

Analyse[modifier | modifier le code]

Le fait que la vie d'Abraham Lincoln sera « sous le sceau de la tragédie » est perceptible dès les premières scènes : Lincoln est heureux avec sa Ann Rutledge, dont il est amoureux, sur les bords du fleuve, puis, à la séquence suivante, il vient parler à la tombe de la jeune femme qui est morte, alors que des blocs de glaces flottent sur le fleuve[1]. Ce fleuve « tourmenté » peut être vu comme l'annonce de la guerre de Sécession qui déchirera le pays[1].

Après le procès, lorsque Lincoln sort à l'extérieur, sa silhouette déjà longue semble encore allongée par le fait qu'il porte un chapeau « tuyau de poêle[1]. » C'est par cette image, selon Patrick Brion, qu'il devient perceptible qu'il n'est pas seulement un petit avocat « mais un être d'exception, promis à un destin hors du commun[1]. » L'orage qui gronde lors des dernière image du film préfigure la guerre civile qui arrivera bientôt[1].

Commentaire [modifier | modifier le code]

Vers sa destinée est le deuxième film de John Ford consacré à Abraham Lincoln - il réalise en 1935 Je n'ai pas tué Lincoln (The Prisoner of Shark Island). Le récit porte sur deux épisodes de sa vie. Une introduction se situe en 1832, lorsque Lincoln s'engage dans le parti whig. L'homme est habité, il s'adresse à la foule, nourrit des ambitions politiques mais estime sa culture insuffisante. Il pense trouver sa voie dans le droit. Cette partie s'achève par le décès prématuré d'un amour naissant ce qui l'engage à poursuivre dans son étude du droit. 

Le film fait ensuite un saut de cinq ans. Entre-temps, Abraham Lincoln s'est engagé dans les milices de l'Illinois avec lesquelles il a participé à la guerre contre le chef indien Black Hawk, a étudié le droit seul et s'est inscrit au barreau. Cependant, la seconde partie qui démarre au moment où Lincoln s'installe à Springfield ne fait guère allusion à ces évènements. Elle relate le procès William "Duff" Armstrong au terme duquel Abraham Lincoln obtint l'acquittement de l'accusé. Le scénario fait des écarts avec le déroulement des évènements puisque cette affaire intervient bien plus tard (en 1858) dans la biographie du personnage. Du reste, les faits sont aussi très romancés à l'exception toutefois du rebondissement final qui, lui, est authentique, lorsqu'il établit la preuve de l'innocence de ses clients grâce à un almanach fermier.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Patrick Brion, John Ford : Biographie, filmographie illustrée, analyse critique, Paris, La Martinière,‎ 2002, 623 p., p. 514-516.
  2. Peter Bogdanovich, John Ford, University of California Press, Berkeley, 1967, repris dans le livre de Patrick Brion, page 516.

Liens externes[modifier | modifier le code]