Pour son gosse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un film <adj> image illustrant américain
Cet article est une ébauche concernant un film américain.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les conventions filmographiques.

Pour son gosse
Titre original The Soul Herder
Réalisation John Ford
Scénario George Hively
Acteurs principaux
Sociétés de production Universal Film Manufacturing Company
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre western
Durée 30 minutes
Sortie 1917

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Pour son gosse (The Soul Herder) est un film américain muet (court-métrage) réalisé par John Ford, sorti en 1917.

C’est le quatrième film réalisé par Ford, et le premier de sa longue collaboration avec Harry Carey. Celui-ci, vedette d'une série de films ayant pour héros le personnage de Cheyenne Harry, n'était pas satisfait de son metteur en scène précédent ; le frère ainé de John, Francis Ford, vedette de Hollywood à l'époque, a alors suggéré de « donner sa chance » à son jeune frère, qui n'avait jusqu'alors réalisé que trois films[1]. Ford considérait Pour son gosse comme sa première « vraie » réalisation[1].

Le film est considéré comme perdu[2].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un mauvais garçon, Cheyenne Harry, sauve et recueille une petite fille dont le père a été tué et, sur les conseils de l'enfant, il endosse le costume de pasteur du défunt.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Commentaires[modifier | modifier le code]

En 1917, un critique du Moving Picture World décrit une des scènes du film dans un article : « [Cheyenne Harry] entre dans le saloon à cheval et force tout le monde à aller à l’église. Après le service, il déclare que le Seigneur aime ceux qui donnent de bon cœur. Debout à la sortie, il tient le plateau pour la quête d'une main et le revolver de l'autre, les forçant tous à s’exécuter. Il utilise l'argent pour renvoyer les femmes de mauvaise vie dans leurs foyers respectifs. »[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Joseph McBride, A la recherche de John Ford, traduction de Jean-Pierre Coursodon, Institut Lumière/Actes Sud, 2007
  2. a et b SilentEra.com
  3. Arthur W. Courtney, article dans Moving Picture World (1917), cité par Joseph McBride, op.cit

Liens externes[modifier | modifier le code]