Valmy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Valmy.
Valmy
Le village caché dans son vallon.
Le village caché dans son vallon.
Blason de Valmy
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Marne
Arrondissement Arrondissement de Sainte-Menehould
Canton Canton de Sainte-Menehould
Intercommunalité Communauté de communes de la Région de Sainte-Menehould
Maire
Mandat
Dominique Kegelaer
2014-2020
Code postal 51800
Code commune 51588
Démographie
Gentilé Valmesien(ne)
Population
municipale
294 hab. (2012)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 05′ 07″ N 4° 46′ 28″ E / 49.0853, 4.774449° 05′ 07″ Nord 4° 46′ 28″ Est / 49.0853, 4.7744  
Superficie 24,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de la Marne
City locator 14.svg
Valmy

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Valmy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Valmy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Valmy

Valmy est une commune française, située dans le département de la Marne en région Champagne-Ardenne. C'est sur le territoire de cette commune qu'a eu lieu la célèbre bataille de Valmy le 20 septembre 1792.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Valmy est située en bordure de la forêt d'Argonne aux confins est de la Champagne crayeuse. La commune comprend des collines dépassant les 150 m d'altitude. Sur l'une d'elles est bâtie l'église du village et sur une autre le site de la bataille de Valmy.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 20 septembre 1792 à Valmy eut lieu la bataille de Valmy qui permit la proclamation de la République le lendemain.

Valmy est également le nom d'un des premiers groupes de résistants, fondé pendant l'été 1940 par Raymond Burgard et René Iché.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[1]
Période Identité Étiquette Qualité
mai 2014 Mme Dominique Kegelaer
mai 2001 mai 2014 Patrick Brouillard Postier
10 mars 1983 mai 2001 Pierre Cochet
7 mars 1977 mars 1983 Edmond Lagnier
8 juillet 1956 mars 1977 André Guillard Agriculteur
4 novembre 1935 juillet 1956 André Procureur
5 octobre 1933 novembre 1935 Maxime Lavigne
8 avril 1929 octobre 1933 Henri Nottin
9 mai 1912 avril 1929 Georges de Chartrongne
7 mai 1908 mai 1912 Gustave Tilloy
juin 1885 mai 1908 Eugene-Camille Jesson
janvier 1881 juin 1885 Louis-Adolphe Regnault
juin 1879 janvier 1881 Sebastien Petit-Jacquier
juin 1878 juin 1879 Theotime Langlois
juin 1865 juin 1878 Louis-Adolphe Regnault
novembre 1856 juin 1865 Pierre-Alexis Godart
janvier 1826 novembre 1856 Josse-Claude Dorville
septembre 1816 novembre 1856 Claude-Jean-Baptiste-Eutrope Dorville
Pluviose An XI novembre 1816 Gregoire-Étienne Herisson
Floreal An VIII Pluviose An XI Claude Varin le Jeune
6 octobre 1792 Floreal An VIII Jean Sebastien Boyer
6 octobre 1790 octobre 1792 Charles Petit dit Jolicoeur

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 294 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
412 424 449 442 456 471 493 495 492
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
477 444 444 405 414 380 383 358 371
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
407 408 384 375 400 385 383 390 361
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
354 291 302 290 290 284 276 290 294
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Valmy est une commune rurale de l'Argonne et l'activité agricole est dominante. L'essentiel du territoire de la commune est composé de cultures céréalières. À noter que Valmy a donné son nom à une bière créée par des agriculteurs du village à partir d'orges cultivées sur place.

L'autoroute A4 qui traverse la commune apporte deux aires de service dont l'activité économique est importante. Leur proximité du site historique classé de la bataille de Valmy pourrait aider au développement du tourisme et un projet de liaison du site par l'une de ses aires est à l'étude.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Moulin de Valmy dans les champs.

Le moulin de Valmy[modifier | modifier le code]

Le célèbre moulin de Valmy qui symbolise la victoire française sur les Prussiens lors de la bataille de Valmy en 1792, a été détruit le soir même de la bataille sur l'ordre de Kellermann, car il offrait une cible idéale à l'ennemi[4]. Un deuxième moulin a été vendu puis démoli en 1831.

En prévision du 150e anniversaire de la bataille de Valmy, le maire du village, André Procureur, décide de réinstaller un moulin à Valmy grâce à une souscription nationale. Le moulin vient alors d'Attiches. Les travaux, commencés en 1939 sont interrompus par la guerre et une toiture provisoire est installée. Les travaux reprennent après la guerre et le moulin est inauguré le 20 septembre 1947.

Le 16 septembre 1989, le site du moulin a été le théâtre d'une des célébrations du bicentenaire de la révolution française. Le président François Mitterrand, des membres du gouvernement et des chefs d'état étrangers ont participé à un spectacle organisé par le ministère de la défense avec le concours d'artistes contemporains[5].

Le moulin a entièrement été détruit lors de la tempête de 1999. Au lendemain de la tempête Bruno Bourg-Broc émet l'idée de lancer une souscription nationale pour la reconstruction du moulin de Valmy. Il est suivi par l'ensemble des élus de la région et l'association pour la reconstruction du moulin de Valmy est créée. En 2004, une entreprise de Villeneuve-d'Ascq est retenue pour réaliser les travaux. Un soin particulier a été apporté pour que le moulin soit plus conforme à celui d'origine. Le moulin de Valmy est inauguré, le mardi 20 septembre 2005, par Michèle Alliot-Marie, ministre de la Défense.

Après avoir reconstruit le moulin, les collectivités de la communauté de la région de Sainte-Menehould ont lancé un projet de musée, confié à l'architecte Pierre-Louis Faloci[6], qui sera placé au pied du Moulin. Son ouverture est prévu à l'été 2011[7]. Le moulin qui peut fonctionner se visite.

Une vue de l'intérieur.

Le monument et la chapelle Kellermann[modifier | modifier le code]

Une grande statue de Kellermann brandissant son sabre et son chapeau a été érigée[8] en 1892 sur le site de la célèbre bataille, à proximité du moulin. Devant cette statue, un obélisque renferme le cœur du général qui voulait être enterré auprès de ses braves soldats, autour des canos furent installé en 1894-95. Une chapelle a aussi été construite sur le site. Elle renferme les cendres de la princesse Ginetti, l'arrière-petite-fille du Général dont les dons ont permis l'aménagement du site[9].

Le monument Kellermann à proximité du moulin.

La statue de Miranda[modifier | modifier le code]

La statue de Miranda.

Francisco de Miranda est un officier originaire du Venezuela, il est l'un des héros de l'indépendance de l'Amérique latine. De 1784 à 1789, il parcourt toute l'Europe pour enrichir ses connaissances selon les principes du "Grand Tour". Il revient en France en 1792 et se joint aux Girondins. Il participe ainsi à la première victoire de la République française. Une statue de ce général a été érigée dans le village de Valmy et a été inaugurée en présence de l'ambassadeur du Venezuela.

Le buste de Bolivar[modifier | modifier le code]

Le buste de Simon Bolivar.

Le général Simón Bolívar reprit l'œuvre de libération de Miranda et offrit l'indépendance au Venezuela. Son buste fait face à la statue de Miranda. Il est fleuri tous les ans par l'ambassadeur du Venezuela. À ses côtés, est exposé un char M47 de l'armée des États-Unis.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Durant la bataille de Valmy :

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Valmy

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

d'argent aux trois rochers de sinople mouvant de la pointe, surmontés chacun d'une étoile de gueules, au chef du même chargé d'un croissant versé du champ.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des maires au 1er août 2008, site de la préfecture de la Marne, consulté le 22 décembre 2008
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011, 2012
  4. L'Express no 3051-3052 du 24 décembre 2009 au 6 janvier 2010 : Valmy Vents de discorde : page 106
  5. Valmy : la légende héroïque sur l'histoire magazine (1989)
  6. Pierre-Louis Faloci a conçu les musées du camp du Struthof et du mont Beuvray
  7. Le Moniteur no 5521 du 18 septembre 2009 p. 36
  8. Oeuvre de Louis Gillet (architecte) et Théophile Eugène Victor Barrau, sculpteur.
  9. Plan du site de la bataille de Valmy sur le site web de la ville de Sainte-Menehould.