Valdemar IV de Danemark

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir valdemar.
Valdemar IV de Danemark
Valdemar IV de Danemark représenté sur une fresque à l'église Saint Peter de Næstved.
Valdemar IV de Danemark représenté sur une fresque à l'église Saint Peter de Næstved.
Titre
Roi de Danemark

35 ans et 4 mois
Prédécesseur Christophe II de Danemark
Successeur Oluf III de Danemark
Biographie
Dynastie Estridsen
Date de naissance v. 1320
Date de décès
Lieu de décès au Château de Gurre
Sépulture Abbaye de Sorø
Père Christophe II de Danemark
Mère Euphémie de Poméranie
Conjoint Hedwige de Schleswig
Enfant(s) Christophe
Marguerite
Ingeborg
Catherine
Valdemar
Marguerite Red crown.png
Religion Catholique

Valdemar IV de Danemark
Roi de Danemark

Valdemar IV de Danemark surnommé Atterdag (c'est-à-dire: nouveau jour) (1320-1375), roi de Danemark de 1340 à 1375.

Biographie[modifier | modifier le code]

Valdemar était le troisième fils du roi Christophe II de Danemark. Depuis la bataille de Taphede dans le diocèse de Vibourg où le , une armée menée par son frère aîné Othon, le second fils de Christophe II, avait été battue par les forces du comte Gérard III de Holstein le prince Valdemar vivait en exil chez son beau-frère le margrave Louis de Brandebourg.

Après l'assassinat de l'« Administrateur du Royaume », Gérard III de Holstein et à la suite d'un accord négocié à Spandau en et le 19/21 mai de la même année à Lübeck avec les ducs de Holstein et son homonyme et ancien roi, le duc Valdermar V de Schleswig, Valdemar est finalement élu roi de Danemark sous le nom de « Valdemar IV ». Son frère Othon libéré en 1341 renonce définitivement à ses droits au trône en 1347 et entre dans l'Ordre Teutonique.

Malgré les marchandages initiaux de son règne, Valdemar IV mérite bien son surnom car il reconquit militairement ou racheta tous les territoires aliénés pendant les règnes précédents. Il renonce momentanément à la Scanie mais rachète les domaines engagés au Jutland et en Sjaelland, il récupère la Fionie. Après avoir fait la paix provisoirement avec les ducs de Holstein en 1360 il reprend à la Suède la Scanie le Halland et le Blekinge il annexe même en 1361 les deux îles suédoises d'Öland et de Gotland d'où le titre de « roi de Goths » toujours porté par ses successeurs. Après la mort de son fils et héritier le prince Christophe, le roi prépare l'union dano-norvégienne en mariant en 1363 sa fille cadette Marguerite avec le roi Håkon VI de Norvège.

A partir de 1362 le roi voit se dresser contre lui une ligue de 77 villes allemandes soutenues par le duc de Mecklembourg et Henri II de Holstein. Copenhague est prise et pillée par une flotte de la Ligue Hanséatique commandée par le comte de Holstein en 1368, les marches de Scanie sont occupées et Henri II de Holstein conquiert presque toute les places du Jutland. Lors de la paix de Stralsund le 24 mai 1370 le roi de Danemark doit accepter d'ouvrir totalement ses domaines à la Hanse autoriser l'établissement de Vogt allemands dans ses ports mais il obtient de conserver l'île de Gotland.

Pour se procurer des ressources financières lors de ses combats, le roi Valdemar avait du céder dès juin/aout 1346 pour 19.000 livres d'argent à l'Ordre Teutonique de Livonie la province d'Estonie. En 1375 lors de la mort de Henri de Schleswig dernier représentant de la lignée d'Abel de Danemark, il réussit à s'emparer de la plus grande partie du Duché de Schleswig malgré les revendications du Holstein. Valdemar IV meurt le 24 octobre 1375.

Valdemar IV de Danemark rançonne Visby, 1361 (tableau de Carl Gustaf Hellqvist, 1882)

Union et postérité[modifier | modifier le code]

Il avait épousé le 4 juin 1340 Hedwige de Schleswig, sœur du duc Valdemar V de Schleswig, morte en 1374, dont il eut six enfants[1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Europäische Stammtafeln Vittorio Klostermann, Gmbh, Francfort-sur-le-Main, 2004 (ISBN 3465032926), Die Könige von Dänemark 1157-1412 Volume III Tafel 100:

Sources[modifier | modifier le code]

  • Lucien Musset, Les Peuples scandinaves au Moyen Âge, PUF, Paris, 1951
  • Cet article contient tout ou une partie d'un document provenant du site Terres Contées. L'auteur autorise Wikipédia à utiliser tous les documents présents sur son site sous GFDL.