Jim Walmsley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jim Walmsley
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Nationalité
Domiciles
Flagstaff, Black Eagle (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Taille
1,82 m
Sport
Sponsor
Site web

Jim Walmsley est un athlète américain né le [1]. Spécialiste de l'ultra-trail, il a notamment remporté la JFK 50 Mile en 2014, 2015 et 2016, la Lake Sonoma 50 en 2016 et 2018 et le Tarawera Ultramarathon en 2017. Il est, depuis le , détenteur du record du monde de 50 miles en en 4 h 50 min 7 s[2]. Il est champion du monde de course en montagne longue distance 2019.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jim Walsmley naît le à Phoenix, dans l'Arizona aux États-Unis. Il pratique la course à pied au lycée et participe à ses premières compétitions en 2007, année durant laquelle il devient champion d'Arizona de cross-country dans sa catégorie[3], il participe également aux championnats nationaux où il se classe 23e. Considéré comme calme et studieux, il entre à l'United States Air Force Academy, l'une des écoles militaires les plus prestigieuses du pays, à Colorado Springs dans l'état du Colorado. Durant ses quatre années à l'US Air Force Academy, de 2008 à 2012, il pratique le cross-country et participe également à des épreuves de 5 000 mètres, de 10 000 mètres et de 3000 m steeple[4]. Il était un étudiant discret et réservé, qui fréquentait uniquement les autres membres de l'équipe de cross-country[5] et de course de fond dont il était le capitaine. En 2012 ses temps de référence sont de min 4 s au mile, 13 min 52 s sur 5 000 m, 29 min 8 s sur 10 000 m et min 41 s sur 3 000 m steeple[4]. Par la suite il remporte plusieurs épreuves de marathon.

Après ses études il entame une carrière militaire et se spécialise dans les missiles balistiques, il travaille pendant neuf mois à Lompoc en Californie, il pratique alors le vélo de route à raison de 400 km par semaine environ. Après cette période, Jim est basé à Great Falls dans le Montana, c'est à cet endroit qu'il découvre le trail-running[5]. Il s'oriente alors vers l'ultra-trail et pour sa première course il remporte le Old Gabe 50k à Bozeman dans le Montana en . Un mois plus tard Jim participe au Speedgoat 50K qu'il termine avec difficulté à la 28e place et en fin d'année il remporte le JFK 50 Mile, sa première victoire majeure[6].

Sa carrière militaire prend fin en février , en effet il ne se plaisait pas dans son travail et profite d'une opportunité pour quitter l'armée[5]. Il décide alors de se consacrer à l'ultra-trail et déménage en à Flagstaff en Arizona, ville située à 2 100 m d'altitude et terrain d'entrainement idéal avec de nombreux sentiers en montagne et un climat ensoleillé. Il travaille à temps partiel comme employé dans un magasin de vélo et s'intègre à la communauté de coureurs de la ville. En , Jim participe à plusieurs ultra-trails de 50 km ou 50 qu'il termine toujours parmi les cinq premiers dont une deuxième victoire sur le JFK 50 Mile et participe également aux championnats du monde du 100 kilomètres[1].

Durant l'année Jim Walmsley augmente régulièrement son volume d'entrainement avec 20 semaines au delà de 160 km à l'entrainement jusqu'à un maximum de 225 km en une semaine[7]. En , après plusieurs victoires sur des ultra-trails entre 50 et 100 km il participe pour la première fois à la Western States 100, cette course marque un tournant important dans sa carrière. Parti sur un rythme très rapide, il compte jusqu'à 45 minutes d'avance sur le record de la course de Timothy Olson. Au niveau du 78e mile de la course, il se trompe d'itinéraire et laisse échapper la victoire et un probable record. Cette performance lui permet de signer un contrat professionnel avec Hoka One One et de se consacrer à plein temps à son entrainement, il est alors considéré comme l'un des grands espoirs de l'ultra-trail au niveau mondial[8].

Sa saison est contrastée. Il remporte tous les ultra-trails de 50 km et 100 km auxquels il participe et bat plusieurs records de courses. Mais il échoue sur les trois épreuves de 100 milles qui constituaient ses objectifs principaux, la Western States 100, l'UTMB et le Grand Raid, à chaque fois à cause de problèmes gastriques. En il marque l'histoire de son sport en améliorant le record de la Western States 100 de plus de 16 minutes, réalisant la course la plus aboutie de sa carrière[9]. Deux mois plus tard il est contraint à l'abandon sur l'UTMB alors qu'il partait favori[10]. En mai il bat le record du monde du 50 milles[11].

Résultats[modifier | modifier le code]

Début il remporte le Tarawera Ultramarathon et la Speedgoat 50K. Sur la Western States 100 il est contraint à l'abandon alors qu'il avait de nouveau des temps de passage en avance sur le record de la course[8]. Sur l'Ultra-Trail du Mont-Blanc il est très attendu, la présence de François D'Haene et Kilian Jornet rend cette course particulièrement intéressante. Après avoir fait la course en tête avec François D'Haene, il a un passage à vide aux alentours du 100e kilomètre qui lui fait perdre le contact avec les premières places, il termine 5e[12]. Il abandonne également le Grand Raid de la Réunion après avoir mené la course[13].

Pour la saison il se fixe comme objectifs la Western States 100[14] et de participer à des épreuves de 100 kilomètres sur route en vue de battre le record des États-Unis voire le record du monde[15]. Le il réalise un temps de 1 h 4 min 0 s au Semi-Marathon de Houston, ce temps lui permet de se qualifier à la course de sélection américaine pour les Jeux olympiques d'été de 2020[16]. Le il remporte le Hong Kong Fast 50 Ultra[15]. Le il bat le record du monde du 50 milles lors d'une épreuve organisée par son partenaire Hoka. Cette course de 100 kilomètres à Sacramento visait à faire battre les reords du 50 milles et du 100 kilomètres[11]. Après 61 km, Jim Walmsley s'aperçoit qu'il est parti sur un rythme trop rapide et qu'il souffre de la chaleur (30 °C) et décide de se concentrer sur le record du 50 milles, soit environ 80,4 km[16]. Il passe la marque des 50 milles en 4 h 50 min 7 s, battant de 44 secondes le record de Bruce Fordyce[2]. Ensuite il s'arrête quelques seconde puis repart en trottinant pour terminer la course en 7 h 05 min 24 s[2]. Le 50 milles n'est pas une distance officielle de l'IAAF, contrairement au 100 kilomètres[17]. Il termine troisième lors de sa première participation à Sierre-Zinal[18]. Le , il domine la course des championnats du monde de course en montagne longue distance à Villa La Angostura. Il est talonné par l'Italien Francesco Puppi mais s'impose finalement pour remporter le titre[19].

100 km route: Jim walmsley réalise 6 h 09mn 26 sec lors de sa tentative de battre le record du monde de Nao Kazami sur 100 km.[modifier | modifier le code]

Il rate ce record de seulement 12 secondes au terme d'une course dans laquelle il se blessa à l'épaule en accrochant une barrière.

no  masculin Course Longueur Départ Temps
1er Médaille d'or Drapeau : États-Unis JFK 50 Mile 50 mi 5 h 56 min 31 s
1er Médaille d'or Drapeau : États-Unis JFK 50 Mile 50 mi 5 h 47 min 37 s
1er Médaille d'or Drapeau : États-Unis Lake Sonoma 50 50 mi 6 h 00 min 52 s
1er Médaille d'or Drapeau : États-Unis JFK 50 Mile 50 mi 5 h 21 min 29 s
1er Médaille d'or Drapeau : Nouvelle-Zélande Tarawera Ultramarathon 100 km 7 h 23 min 32 s
1er Médaille d'or Drapeau : États-Unis Speedgoat 50K 50 km 5 h 04 min 55 s
1er Médaille d'or Drapeau : États-Unis Lake Sonoma 50 50 mi 5 h 51 min 16 s
1er Médaille d'or Drapeau : États-Unis Western States 100 100 mi 14 h 30 min 04 s
27e 27e Drapeau : États-Unis Semi-Marathon de Houston 21 km 1 h 04 min 00 s
1er Médaille d'or Drapeau : Hong Kong Hong Kong Fast 50 Ultra 50 mi 6 h 05 min 00 s
1er Médaille d'or Drapeau : États-Unis Western States 100 100 mi 14 h 09 min 28 s
3e Médaille de bronze Drapeau : Suisse Sierre-Zinal 31 km h 31 min 52 s
1re Médaille d'or Drapeau : Argentine Championnats du monde de course en montagne longue distance 41,5 km h 12 min 16 s
7e 7e Drapeau : États-Unis Semi-Marathon Rock'N'Roll de l'Arizona 21 km 1 h 02 min 17 s
2e Médaille d'argent Drapeau : Portugal Golden Trail Championship 110 km h 17 min 18 s

Records[modifier | modifier le code]

Records de courses battus par Jim Walmsley[20]
Épreuve Temps Date
JFK 50 5 h 21 min 28 s — record actuel
Lake Sonoma 50[21] 6 h 00 min 52 s
5 h 51 min 16 s — record actuel
Bandera 100K 7 h 46 min 37 s — record actuel
Western States 100 14 h 30 min 04 s
14 h 09 min 28 s — record actuel
100 km route 6 h 09 mn 26 sec - record des Etats Unis 23 janvier 2021

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Walmsley, Jim », sur le site statistique de la Deutsche Ultramarathon-Vereinigung.
  2. a b et c « Jim Walmsley : le record du Monde du 50 miles, puis l’explosion sur 100 km », sur vo2.fr (consulté le 5 mai 2019).
  3. (en) « Tribune boys cross country runner of the year: Jim Walmsley, Horizon », sur eastvalleytribune.com, (consulté le 28 juin 2018).
  4. a et b (en) « Career Highlights », sur eastvalleytribune.com (consulté le 28 juin 2018).
  5. a b et c (en) « Man On A Mission: An Interview With Jim Walmsley », sur irunfar.com, (consulté le 22 mai 2019).
  6. (en) « JFK 50 Celebrates 52nd Year », sur runnersworld.com (consulté le 28 juin 2018).
  7. « Jim Walmsley, le nouveau prodige Américain », sur trails-endurance.com, (consulté le 23 juin 2018).
  8. a et b « Western States : La balade de Jim », sur alpinemag.fr, (consulté le 22 mai 2019).
  9. (en) « Jim Walmsley, 2018 Western States 100 Champion, Interview », sur irunfar.com (consulté le 27 mai 2019).
  10. (en) « How UTMB Favorite Jim Walmsley Ended Up Dropping Out of the Race », sur runnersworld.com (consulté le 27 mai 2019).
  11. a et b « Project Carbon X Hoka : Jim Walmsley bat le record du monde... du 50 miles (et non du 100 km...) », sur widermag.com (consulté le 5 mai 2019).
  12. « UTMB. François D’Haene : « La plus belle des victoires... » », sur ouest-france.fr (consulté le 22 mai 2019).
  13. « Grand Raid Réunion 2017 : Tous les résultats », sur ski-nordique.net (consulté le 22 mai 2019).
  14. (es) « Jim Walmsley - Objetivos 2019 », sur youtube.com (consulté le 19 février 2019).
  15. a et b « Fast 50 Ultra de Hong Kong : une nouvelle perf stratosphérique pour Jim Walmsley », sur widermag.com (consulté le 19 février 2019).
  16. a et b « Trail : Jim Walmsley n'a pas battu le record du monde du 100 km, mais s'octroie celui du 50 miles », sur lequipe.fr (consulté le 5 mai 2019).
  17. (en) « World Records », sur iaaf.org (consulté le 5 mai 2019).
  18. « Course de montagne: Kilian Jornet et Maude Mathys magiques | Promosports » (consulté le 11 août 2019)
  19. « Walmsley and Simion Crowned World Champions at the Long Distance », sur www.wmra.info (consulté le 16 novembre 2019)
  20. (en) « Tableau récapitulatif des records battus en 2016 par Jim Walmsley », sur trails-endurance.com (consulté le 23 juin 2018).
  21. (en) « Résultats et records Lake Sonoma 50 », sur lakesonoma50.com (consulté le 23 juin 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]