Trois souvenirs de ma jeunesse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trois souvenirs de ma jeunesse
Nos Arcadies
Réalisation Arnaud Desplechin
Scénario Arnaud Desplechin et Julie Peyr
Acteurs principaux
Sociétés de production Why Not Productions
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Durée 120 minutes
Sortie 2015

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Trois souvenirs de ma jeunesse sous-titré Nos Arcadies est un film français d'Arnaud Desplechin sorti le . Il constitue une préquelle au film Comment je me suis disputé... (ma vie sexuelle) sorti près de vingt ans auparavant.

Le film est nommé dans onze catégories – premier film en termes de nominations multiples – lors des César 2016 pour lequel Arnaud Desplechin reçoit son premier César du meilleur réalisateur. Il est par ailleurs inscrit au programme du concours interne de l'agrégation de lettres modernes et classiques pour la session 2017.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un anthropologue d'une quarantaine d’années, Paul Dédalus, qui revient en France après plusieurs années d'absence, se remémore des scènes de sa jeunesse : des souvenirs de famille de son enfance, à Roubaix, un souvenir d’adolescence lors d'un voyage en URSS, au cours duquel il donne son passeport à un jeune juif qui rêve de fuir l'empire soviétique, et son histoire d’amour, encore jeune homme, avec une lycéenne de Roubaix, Esther.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Projet et réalisation[modifier | modifier le code]

Quentin Dolmaire et Lou Roy-Lecollinet, les deux jeunes révélations du film.

Lors du casting, l'annonce recherchant une actrice pour le personnage d'Esther la décrit comme « arrogante, voluptueuse. Elle a son franc-parler et une belle assurance[1]. »

Le tournage est commencé durant l'été 2014 principalement à Roubaix[2] et dans la région de Lille ainsi qu'à Paris[3],[4] et se poursuit jusqu'au début du mois de novembre avec les dernières scènes tournées à Saint-Germain-en-Laye[5]. Les parties se déroulant en Biélorussie et au Tadjikistan ont été tournées avec une équipe réduite dans les pays mêmes au mois de septembre 2014[6].

Longtemps intitulé Nos Arcadies et sous-titré Trois souvenirs de jeunesse, le film acquiert finalement son titre définitif d'exploitation en salles, Trois souvenirs de ma jeunesse, au début de l'année 2015. Il est dès lors régulièrement annoncé comme un potentiel sélectionné pour le festival de Cannes[7],[8],[9]. Finalement non retenu en sélection officielle, le film est sélectionné pour la Quinzaine des réalisateurs lors de laquelle il est présenté le 15 mai 2015[10]. Le film fait sa sortie généralisée en France le .

Accueil critique et public[modifier | modifier le code]

Présentations festivalières et sorties nationales[modifier | modifier le code]

La sortie nationale du film en France s'effectue le en même temps que sa présentation officielle durant le Festival de Cannes. Durant les premiers mois de son exploitation le film totalise 216 227 entrées en France[11] ce qui place le film dans l'étiage de la fréquentation des films du réalisateur. À la suite de la cérémonie des César 2016 le film ressort dans quelques salles et voit son exploitation sur les écrans prolongée de quelques semaines.

Réception critique[modifier | modifier le code]

Lors de sa projection cannoise, le film est bien accueilli : le journal Libération remarque la justesse avec laquelle Arnaud Desplechin rend compte de l'adolescence, non pas d'une manière « documentariste » mais en inventant à ses personnages « un romanesque que l’on aurait adoré vivre » avec l'épisode de l'argent livré aux juifs en URSS et du don du passeport de Paul[1].

Analyse[modifier | modifier le code]

C'est la troisième fois que le personnage de Paul Dédalus apparait dans l'œuvre d'Arnaud Desplechin : c'est le personnage principal de Comment je me suis disputé… (ma vie sexuelle), film sorti en 1996, où il est déjà interprété par Mathieu Amalric, puis il apparait en adolescent dans Un conte de Noël, film de 2008 où il est incarné par Émile Berling[1]. Le nom de famille Dédalus vient de l'œuvre de James Joyce[1],[12].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

Année Cérémonie ou récompense Prix Lauréat
2015 Festival de Cannes 2015 Prix SACD de la Quinzaine des réalisateurs[13]
Festival du film de Cabourg Meilleur réalisateur Arnaud Desplechin
Prix des auditeurs du Masque et la Plume Meilleur film français de l'année
2016 Prix Jacques-Prévert du scénario Meilleur scénario original Arnaud Desplechin et Julie Peyr
Prix Lumières Meilleur réalisateur Arnaud Desplechin
Meilleure musique Grégoire Hetzel
César du cinéma Meilleur réalisateur Arnaud Desplechin

Nominations[modifier | modifier le code]

Année Cérémonie ou récompense Prix Nommé(e)(s)
2016 César du cinéma Meilleur film
Meilleur espoir masculin Quentin Dolmaire
Meilleur espoir féminin Lou Roy-Lecollinet
Meilleur scénario Arnaud Desplechin et Julie Peyr
Meilleure photographie Irina Lubtchansky
Meilleur montage Laurence Briaud
Meilleur son Nicolas Cantin, Sylvain Malbrant,
Stéphane Thiébaut
Meilleur décor Toma Baquéni
Meilleurs costumes Nathalie Raoul
Meilleure musique Grégoire Hetzel
Prix Lumières Meilleur film
Meilleur espoir masculin Quentin Dolmaire
Meilleur espoir féminin Lou Roy-Lecollinet
Meilleur scénario Arnaud Desplechin et Julie Peyr
Meilleure photographie Irina Lubtchansky

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]