Henri Christiné

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Henri Christiné
Henri Christiné, 1917.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalités
Activités
Autres informations
Mouvement
Genre artistique
Distinction

Henri Marius Christiné est un auteur, compositeur et éditeur français[1] d'origine suisse, né à Genève le et mort à Nice le (à 73 ans)[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Avant la Première Guerre mondiale, Christiné écrit de nombreuses chansonnettes pour Harry Fragson (Je connais une blonde, Reviens), Mayol, Polin, ou encore Yvonne Printemps. Il est également chef d'orchestre à L'Européen, le music-hall de la place Clichy. Selon l'article de Pierre Chapelle dans Le Cornet (1922, cf. source), Christiné « aurait débuté brillamment dans la pédagogie à 90 francs par mois, après de fortes humanités ».

Sa carrière prend un tournant après la guerre grâce au succès phénoménal de son opérette Phi-Phi, créée le lendemain même de l'Armistice, sur des textes d'Albert Willemetz et Fabien Sollar, et qui se joue sans interruption trois ans durant au Théâtre des Bouffes-Parisiens. Elle est suivie d'autres succès comme Dédé (1921), avec Maurice Chevalier, Madame (1923) ou encore J'adore ça (1925) qui lui valent une réputation internationale.

Éditeur, il publie les premières chansons de Vincent Scotto (dont il réécrit également les paroles de La Petite Tonkinoise[3]). Dans la vie faut pas s'en faire (1921) et Valentine (1925), chantées par Maurice Chevalier, compte parmi ses plus grands succès.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Opérettes[modifier | modifier le code]

Chansons[modifier | modifier le code]

Sources historiques[modifier | modifier le code]

Pierre Chapelle[4], « Christiné », Le Cornet (Bulletin mensuel de la Société artistique et littéraire fondée en 1896) (sur Gallica), no 1 (17e année) p. 2 , 1922 (janvier)

Écouter[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de renseignements d'Henri Christiné avec mention de la naturalisation française dans la base Léonore.
  2. Le compositeur Christiné est mort mercredi à Nice, article du quotidien Le Figaro daté du vendredi 28 novembre 1941.
  3. « Petite Tonkinoise Scotto, Vincent (1876-1952) », sur Bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris (consulté le 10 février 2018)
  4. Pierre Chapelle sur data.bnf.fr

Liens externes[modifier | modifier le code]