Jacques Lippe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jacques Lippe
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 65 ans)
ForestVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Jacques Élysée Marius Ghislain LippeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Jacques Élysée Marius Ghislain Lippe, né le à Nivelles et mort le à Forest (Bruxelles), est un comédien belge. Pendant sa longue carrière cet artiste polyvalent est présent sur scène de la chanson au théâtre, de la télévision au cinéma[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacques Lippe est le fils d'Edgard Lippe (1902-1976)[2] et de Blanche Delcourt (1903-1984)[3].

Il doit son goût de la fantaisie à Marie Hautain (1873-1962), sa grand-mère paternelle[2], qui le laissait en toute liberté de rêveries pendant ses grandes vacances[4].

À partir de 1930, Jacques Lippe va vivre à Bruxelles avec ses parents[4].

À quinze ans, il décrète « je veux faire l'artiste »[5]. Il se présente à un concours de chants, appelé à l'époque « crochet », et y remporte le premier prix, ce qui lui vaut d'être engagé par le cabaret "Le Grillon"[1],[6].

Entre 1940 à 1965, Jacques Lippe fait du cabaret comme artiste de music-hall, dont l’Ancienne Belgique dirigée alors par Georges Mathonet. Comme chansonnier il fait des imitations de Fernandel. Mais, lorsque éclate la Seconde Guerre mondiale les spectacles ferment tôt et sont sujets à des interdictions de l'occupant.[4],[7]. Il faudra attendre la Libération pour que souffle sur Bruxelles un vent nouveau de folie et l’AB devient le centre de cette explosion de joie et de cette soif de divertissements[7]. Mais cet emploi devenant moins prisé dans l'après-guerre, il se tourne en 1964 vers le théâtre.

Il joue Le Bourgeois gentilhomme et Les Joyeuses Commères de Windsor. Mais son rôle le plus célèbre est celui de Ferdinand Beulemans, le père de Suzanne Beulemans, dans Le Mariage de mademoiselle Beulemans, créé en 1967[8]. Il jouera cette pièce plus de 300 fois avec Christiane Lenain tenant le rôle d'Hortense Beulemans.

Il continue à exercer le métier de chansonnier jusqu'en 1965 lorsque Roger Domani, directeur du Théâtre de Poche de Bruxelles, lui propose un rôle dans L'Alchimiste, pièce de Ben Jonson. À partir de ce moment, le don de Jacques Lippe pour la scène l'entraîne dans une seconde carrière. On le voit dans "le Maître de Santiago", Le Bourgeois gentilhomme, "le Pain Dur", "la Mort d'un Commis Voyageur", où il fait un triomphe, et "les Soldats" où il triomphe encore dans le rôle de Churchill, et dans de nombreuses autres pièces sur plusieurs théâtres bruxellois. Le Mariage de Mademoiselle Beulemans, sa pièce fétiche, reprise de nombreuses fois au Théâtre royal des Galeries de Bruxelles et retransmise à la télévision, le fera connaître d'un plus large public. Parallèlement, il obtient des premiers rôles au cinéma

Il est également chanteur. Ainsi, il enregistre Où es-tu mon bon vieux Bruxelles ? en 1986[9].

Il crée avec Léonil Mc Cormick en 1988, le Théâtre de la Valette à Ittre, en Brabant wallon[10]. Dans cette localité un café brasserie porte son nom, la Brasserie Lippe[11].

Jacques Lippe meurt d'un cancer du poumon le matin du [4], alors qu'un géant à son effigie effectue sa première sortie le soir même au Vismet à Bruxelles.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Quand on débute sur scène à quinze ans et qu'on en a soixante-cinq, faites le compte », sur Le Soir Plus (consulté le ).
  2. a et b « Arbre généalogique », sur www.myheritage.fr (consulté le )
  3. « Arbre généalogique. », sur www.myheritage.fr (consulté le )
  4. a b c et d « Biographie », sur jacqueslippe.be (consulté le ).
  5. Journal Vlan, 14 avril 1985
  6. Hugo Rodriguez et Itzana Dobbelaere, « Les cabarets montmartrois ou cabarets de chansonniers à Bruxelles sous l'Occupation », Revue belge de Musicologie / Belgisch Tijdschrift voor Muziekwetenschap, vol. 69,‎ , p. 239–255 (ISSN 0771-6788, lire en ligne, consulté le )
  7. a et b « Histoire de l'AB », sur Site officiel
  8. « Ostracisme !!! Ostracisme !!! Ascendance et biographie , scénographie et filmographie de Jacques Lippe – Rif tout dju » (consulté le )
  9. Last Night in Orient- LNO ©, « Jacques Lippe - Où es-tu mon bon vieux Bruxelles ? », sur Last Night in Orient (consulté le )
  10. « Léonil Mc Cormick fait ses adieux au Théâtre de Lavalette, mais pas au métier d'acteur », sur RTBF Info, (consulté le )
  11. « ITTRE Jusqu'au 31 mai à la brasserie... Lippe «Toute une vie» de Jacques Lippe », sur Le Soir Plus (consulté le )
  12. Louis Seutin était nivellois comme Jacques Lippe

Lien externe[modifier | modifier le code]