Technopole du Futuroscope

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Logo de la technopole du Futuroscope

La technopole du Futuroscope, ou ZAC du Téléport, est un technopôle français, située dans le département de la Vienne. Elle est implantée sur les communes de Jaunay-Clan et Chasseneuil-du-Poitou, autour du Parc du Futuroscope, à 6 kilomètres au nord de Poitiers.

Présentation[modifier | modifier le code]

La technopole du Futuroscope est desservie par la ligne 1 du réseau Vitalis.

La technopole du Futuroscope a été créée à partir de 1987 à l'initiative de René Monory, ex-président du conseil général de la Vienne, et Thierry Breton, ex-ministre de l'Économie et des Finances.

Le projet de départ du site du Futuroscope s'est organisé selon les termes « Travail, Loisir, Formation », c'est-à-dire le parc du Futuroscope en lui-même, ainsi qu'une aire d'activités technologiques rassemblant des entreprises, des organismes de formation et de recherche. La technopole du Futuroscope accueille aujourd'hui (entre autres) 224 entreprises, 6000 salariés, 400 chercheurs, 2000 lycéens et étudiants, 13 laboratoires de recherche[1] et un parc hôtelier de 1900 chambres, le tout sur une surface totale 330 000 m² de bâtiments[2].

Favorisée par les lois de décentralisation de 1982, la technopole a été développée, en même temps que le Parc du Futuroscope, dans le but de « créer les conditions les plus favorables au développement d'un département rural en perte de vitesse » (dixit René Monory). Initialement appelée aire d'activités technologiques, puis ZAC du Téléport, la technopole du Futuroscope est encore aujourd'hui en développement permanent et est le poumon économique du département de la Vienne.

Un dicton a d'ailleurs été inventé dans les années 1990 à propos de son influence économique : « Quand le Futuroscope s'enrhume, la Vienne tousse. »

La technopole a reçu en juillet 2005 le label de pôle de compétitivité dans le secteur « Mobilité et Transports Avancés » (jusqu'en mai 2010)

La technopole héberge aussi, depuis juillet 2007, la "Cité des Savoirs" (www.citesavoirs.fr), un cluster formation en ligne (e-learning) regroupant des établissements majeurs de l'enseignement à distance, de l'ingénierie des connaissances (Université de Poitiers, CNED, CNDP, CNAM, Fondation prospective) et les collectivités territoriales que sont le Conseil Général de la Vienne et la Communauté d'Agglomération de Poitiers: recherche, réponse aux appels d'offres, lancement du concept de "knowledge Valley"... autant d'actions communes engagées par le cluster. Le GIP Cité des Savoirs est un groupement d'intérêt Public publié au JO du 31-07-2007, p. 12889, texte no 104).

Une pépinière innovante, le Centre d'Entreprises et d'Innovation (CEI), existe depuis 1988 et accueille les porteurs de projet et les jeunes créateurs d'entreprises à haute valeur ajoutée (TIC, formation à distance, filière verte...): www.cei86.com.

La technopole du Futuroscope a fêté ses 20 ans le avec de nombreuses animations gratuites pour le public : atelier de photographie 3D, piste de Segways, baptêmes en hélicoptère. Depuis, une fête de la technopole est organisée chaque année entre fin mai/début juin.

Le site est également le lieu d'arrivée du marathon Poitiers-Futuroscope, organisé chaque année à la fin du mois de mai, depuis 2005.

Sur le site du Futuroscope[modifier | modifier le code]

Téléport 1[modifier | modifier le code]

Le Téléport 1 est la partie Est de la technopole, elle comprend notamment :

  • Le Palais des congrès du Futuroscope : Il comprend notamment un hall d'exposition de 1 600 m2, trois amphithéâtres et un restaurant de 1 200 places. Ouvert en décembre 1995, il remplace l'ancien palais des congrès auparavant situé au sein-même du parc du Futuroscope.
  • Les "@" : ensemble d'immeubles de bureaux, hôtels d'entreprises. Ils sont numérotés de l'@1, plus ancien, à l'@8. Les entreprises qu'ils abritent sont principalement des centres d'appels ou des établissements du secteur de l’économie de la connaissance et de la communication (Carglass, Caisse d'Épargne, Areas, 2S3i, SCERÉN CNDP)
  • Le SDIS 86 (Service départemental d’incendie et de secours de la Vienne), ouvert en 2007
  • Le CEI (Centre d’Entreprises et d’Innovation de la Vienne) est la pépinière d'entreprises du Futuroscope, ouvert en 1988 et bénéficiant de 1 200 m2 à proposer aux créateurs d'entreprises (www.cei86.com).
  • Le siège de la Chambre de commerce et d'industrie de la Vienne à partir de la fin septembre 2010).

Quelques hôtels sont implantés au Téléport 1 Plaza, Top Club Plaza et Altéora, ainsi qu'un restaurant KFC depuis avril 2010.

Un projet de centre aquatique, nommé Futuraqua, annoncé en 2008, devait voir le jour face à l'hôtel Plaza en 2010 ; il a été abandonné depuis.

Téléport 2[modifier | modifier le code]

Le CNED

Le Téléport 2 comprend plusieurs établissements dédiés à la formation, dont :

Des laboratoires de recherche disposent de locaux: l'institut Pprime, le LIAS. le LMA (Laboratoire de Mathématiques et Applications, UMR 7348 Université de Poitiers--CNRS)

Le Téléport 2 comprend aussi des rues piétonnes offrant de nombreux services (bureau de poste, banques, cafés, pizzéria...) et des résidences pour étudiants (CROUS de Poitiers)

La présence de ces différents établissements de formation sur le Téléport 2 a valu à la technopole du Futuroscope son titre de Cité des Savoirs en juillet 2007.

Téléport 3[modifier | modifier le code]

Le Téléport 3 est principalement occupé par des hôtels, des logements, et une agence Pôle emploi.

Téléport 4[modifier | modifier le code]

Le Téléport 4 comprend notamment :

  • Le bâtiment Téléport (France Télécom)
  • Les Astérama (ensembles de bureaux)
  • Futuropolis (ensembles de bureaux)
  • Le Cned Institut de Poitiers Futuroscope : Formations en Langues, Gestion (BTS, Licence, Maîtrise), Sciences de l'éducation et FLE (Français langue étrangère).
  • Le Centre d'Affaires Futuropole (ensembles de bureaux)

Le Téléport 4 comprend aussi des hôtels (Ibis, Novotel, Hôtel du Futuroscope).

Téléport 5[modifier | modifier le code]

Le Téléport 5, comme son nom ne l'indique pas, est la toute première partie de la technopole ayant vu le jour en 1987. Il se situe sur la commune de Jaunay-Clan.

Il comprend :

  • Le Lycée pilote innovant international (LP2I) : ouvert en septembre 1987, il s'agit du tout premier établissement scolaire câblé et unique lycée universitaire de France.
  • L'Institut international de la prospective (2IP) : Ouvert lui aussi en 1987, il s'agit d'un espace de conférence d'envergure internationale, surnommé le Lotus en raison de la forme du bâtiment.
  • Le Cned Audiovisuel : Studios et régies à mission pédagogique.

Les « Viennopôles »[modifier | modifier le code]

Depuis quelques années, le Conseil Général de la Vienne souhaite étendre les activités de la technopole en milieu rural. Il s'agit en quelque sorte d'une petite décentralisation au cœur même du département de la Vienne. Plusieurs de ces "viennopôles" sont rattachés à la technopole du Futuroscope, sous le terme Téléports.

Téléport 6[modifier | modifier le code]

Le Téléport 6, opérationnel depuis début 2002, est implanté sur la Zone Industrielle Nord de Loudun, à 40 kilomètres au nord-ouest du site du Futuroscope. Ses infrastructures disposent d'une connexion internet à très haut débit (145 Mbit/s).

Téléport 7[modifier | modifier le code]

Le Téléport 7, dernier né des téléports, en service depuis début 2003, il se situe à Chauvigny, à 20 kilomètres à l'est du site du Futuroscope.

Téléport 8[modifier | modifier le code]

La zone d'activités de Chalembert, à Jaunay-Clan, située à 500 mètres seulement au nord de la technopole, y est rattachée depuis juin 2010 sous le nom Téléport 8.

Téléport 9[modifier | modifier le code]

I Parc, au nord-est de Jaunay-Clan, est également rattaché à la technopole du Futuroscope depuis juin 2010 en tant que Téléport 9.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]