Chasseneuil-du-Poitou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chasseneuil (homonymie).
Chasseneuil-du-Poitou
Le Clain traverse le centre-ville.
Le Clain traverse le centre-ville.
Image illustrative de l'article Chasseneuil-du-Poitou
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes
Département Vienne
Arrondissement Poitiers
Canton Chasseneuil-du-Poitou
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Poitiers
Maire
Mandat
Claude Eidelstein
2014-2020
Code postal 86360
Code commune 86062
Démographie
Gentilé Chasseneuillais
Population
municipale
4 617 hab. (2013)
Densité 262 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 39′ 07″ Nord 0° 22′ 23″ Est / 46.6519444444, 0.373055555556
Altitude Min. 63 m – Max. 124 m
Superficie 17,61 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte administrative de la Vienne
City locator 14.svg
Chasseneuil-du-Poitou

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte topographique de la Vienne
City locator 14.svg
Chasseneuil-du-Poitou

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chasseneuil-du-Poitou

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chasseneuil-du-Poitou
Liens
Site web ville-chasseneuil-du-poitou.fr

Chasseneuil-du-Poitou est une commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vienne en région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes. Ses habitants sont appelés les Chasseneuillais[1].

Chasseneuil-du-Poitou accueille entre autres le parc du Futuroscope et la technopole du Futuroscope, comprenant entre autres l'École nationale supérieure de mécanique et d'aérotechnique de Poitiers (ENSMA).

L'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin y a exercé un mandat de maire-adjoint entre 1995 et 2001.

Géographie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

19 mares ont été répertoriées sur l’ensemble du territoire communal (30 000 recensées dans la région de Poitou-Charentes). Les mares de Poitou-Charentes ont été créées par l'homme, notamment pour répondre aux besoins en eau des habitants (mares communautaires), du cheptel ou à la suite d'activités extractives (argile, marne, pierres meulières). Très riches au niveau botanique, elles jouent un rôle majeur pour les batraciens (tritons, grenouilles), les reptiles (couleuvres) et les libellules. Elles sont un élément symbolique du patrimoine rural et du maintien de la biodiversité en zone de plaine et de bocage[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique avec des étés tempérés.

D’une manière générale[3], le temps est assez sec et chaud pendant l’été, moyennement pluvieux en automne et en hiver avec des froids peu rigoureux.

La température moyenne est de 18 °C en 1947). Janvier est le mois le plus froid (minimale absolue – 17,9 °C en 1985). 9 °C à peine sépare les moyennes minimales des moyennes maximales (cette séparation est de 6 °C en hiver et de 11 °C en été). L’amplitude thermique est de 15 °C.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la ville dérive d'un mot gaulois cassagne ou chagne accolé à chalos qui désignerait un terrain inculte mais, toutefois, plus fertile qu'une lande. Il pourrait nommer une clairière située au milieu d'une forêt de chênes[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Louis Ier le Pieux.gif

Louis Ier, dit le Pieux ou le Débonnaire, est né à la villa Cassinogilum, que la plupart des historiens identifient à Chasseneuil-du-Poitou, le jeudi 16 avril 778 au cours du trajet de l’expédition d’Espagne entrepris par son père Charlemagne.

Sa mère, Hildegarde de Vintzgau, les mit au monde, lui et son frère jumeau Lothaire, mort peu après à la villa Cassino­gilum alors qu'on y célébrait les fêtes de Pâques.

Seul survivant des fils de Charlemagne, il lui succéda à la tête de l'empire. Il est mort le 20 juin 840 sur une île fluviale près de Ingelheim-am-Rhein en Allemagne.

Après la révolution française de 1848, un arbre de la liberté est planté face à la croix hosannière, mais ne prend pas[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[6]
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Claude Eidelstein DVD  

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Poitiers, du tribunal de grande instance de Poitiers, de la cour d'appel Poitiers, du tribunal pour enfants de Poitiers, du conseil de prud'hommes de Poitiers, du tribunal de commerce de Poitiers, du tribunal administratif de Poitiers et de la cour administrative d'appel de Bordeaux, du tribunal des pensions de Poitiers, du tribunal des affaires de la Sécurité sociale de la Vienne, de la cour d’assises de la Vienne.

Services publics[modifier | modifier le code]

Les réformes successives de La Poste ont conduit à la fermeture de nombreux bureaux de poste ou à leur transformation en simple relais. Toutefois, la commune a pu maintenir le sien.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 4 617 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
857 865 868 1 010 1 054 1 079 1 152 1 211 1 259
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 246 1 279 1 264 1 247 1 361 1 525 1 535 1 210 1 143
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 155 1 172 1 198 1 275 1 300 1 228 1 242 1 432 1 645
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 -
1 869 2 144 2 332 2 888 3 002 3 845 4 569 4 617 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2008, selon l’Insee, la densité de population de la commune était de 259 hab./km2 contre 61 hab./km2 pour le département, 68 hab./km2 pour la région Poitou-Charentes et 115 hab./km2 pour la France.

La commune appartient à la communauté d’agglomération de Poitiers qui connait un certain dynamisme démographique puisque sa population s’est accrue de 1,32 % par an en moyenne sur la période 1999- 2006 (ce taux est de 0,7 % pour le département). Ceci illustre le constat démographique suivant : des zones rurales qui perdent de plus en plus d’habitants au profit d’une zone périurbaine autour de Poitiers et de Châtellerault. Cette vaste zone concentre 70 % de la population du département de la Vienne (soit environ 300 000 personnes) et 25 % des moins de 20 ans. En outre, en supposant le maintien des tendances démographiques depuis 1990, entre 2006 et 2020, la population de l’aire urbaine de Poitiers devrait s’accroître de +16,5 % et celle de Châtellerault de +5,0 %[9]. La population de la commune devrait donc continuer à croitre.

Cependant, la population du Grand Poitiers [10] n'a quasiment pas augmenté entre 2007 et 2012 (141 986 habitants en 2007 pour 142 751 habitants en 2012). Le dynamisme démographique concerne surtout les communes limitrophes de la capitale poitevine. Ainsi, c’est un peu le cas de Chasseneuil-du-Poitou dont la population a augmenté d’une trentaine d’habitants durant ces cinq ans. Chasseneuil-du-Poitou reste attractif grâce au Futuroscope. Mais le territoire est de plus en plus contraint entre la vallée du Clain, les zones d'activités et les infrastructures ferroviaires et autoroutières.

Économie[modifier | modifier le code]

Depuis l’installation du Futuroscope, l’économie de la ville dépend beaucoup du tourisme.

Agriculture[modifier | modifier le code]

Selon la direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt de Poitou-Charentes, il n'y a plus que huit exploitations agricoles en 2010 contre 15 en 2000.

Commerce[modifier | modifier le code]

Un marché de produits frais a lieu un jeudi sur deux (2e et 4e jeudis de chaque mois) sur la place du Centre.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Équipement culturel[modifier | modifier le code]

Le parc du Futuroscope.
  • La Maison d'Autrefois : c'est une maison ancienne qui abrite des collections disparates d'objets usuels, domestiques, professionnels. Ces objets sont répartis dans neuf salles thématiques. Ils sont datés du XIXe siècle aux années 50. Sont reconstruites une école des années 1940, une forge, une buanderie, une chapelle... Il est possible de découvrir les bonnets, les coiffes, les vêtements des poitevins des années 1880 ainsi qu'une belle collection d'ornements sacerdotaux ou des jouets anciens. Des petites expositions temporaires sont aussi montées. C'est un musée d'art et de traditions populaires.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles de Wikipédia[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 27/09/2008.
  2. Mares répertoriées par maille, d’après cartes IGN, dans l’Inventaire des mares de Poitou-Charentes - Poitou-Charentes Nature 2003
  3. Livret simplifié de la carte des pédopaysages de la Vienne – Novembre 2012, édité par la Chambre d’Agriculture de Poitou-Charentes
  4. Le Patrimoine des communes de la Vienne en 2 tomes – Edition FLOHIC – 2002 – ISBN 2-84234-128-7
  5. Robert Petit, Les Arbres de la liberté à Poitiers et dans la Vienne, Poitiers : Éditions CLEF 89/Fédération des œuvres laïques, 1989, p. 215
  6. Site de la préfecture de la Vienne, consulté le 10 mai 2008
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2008, 2013.
  9. Etude de KPMG pour le Conseil Général de la Vienne : FuturS en Vienne – diagnostic – novembre 2009
  10. INSEE 2014 : les chiffres sont ceux des populations totales. C'est-à-dire celles retenues pour établir les subventions que l'État verse aux communes. Pour obtenir la population totale, l'Insee ajoute la population « comptée à part » à la population municipale. Cette population comprend les personnes qui ont conservé une résidence dans une autre commune que celle où ils sont recensés. Ce sont les lycéens ou étudiants qui habitent Poitiers en période scolaire et rentrent chez leurs parents le week-end et/ou pendant les vacances. Ce sont aussi les personnes hospitalisées ou en établissement de convalescence, les militaires, les religieux et les personnes sans domicile fixe
  11. Secrétariat scientifique de l'inventaire des ZNIEFF, DREAL Poitou-Charentes , 2011