Tash Sultana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Tash Sultana
Description de cette image, également commentée ci-après
Tash Sultana en concert en 2018.
Informations générales
Nom de naissance Natasha Sultana
Naissance (25 ans)
Melbourne, Australie
Activité principale Musicienne
Genre musical Rock psychédélique, Rock indépendant, Reggae rock, Lo-fi
Instruments Voix, Beatbox, Guitare, Piano, Trompette, Batterie, Flûte de Pan, Mandoline, Saxophone, Synthétiseur, Harpe
Années actives Depuis 2013
Labels Lonely Lands Records, Mom+Pop Records, Sony Music Entertainment
Site officiel www.tashsultana.com

Natasha Sultana (née le à Melbourne) est une auteure-compositrice-interprète et musicienne multi-instrumentiste australienne, connue sous le nom de scène Tash Sultana.

Sultana connaît le succès en 2016, grâce à ses vidéos Bedroom Recordings sur YouTube et le titre Jungle (en).

Biographie[modifier | modifier le code]

Sultana et sa soeur cadette naissent d'un père originaire de Malte et d'une mère australienne. Elle n'a que trois ans quand son grand-père lui offre sa première guitare[1].

Toxicomane, l'artiste développe une psychose causée par des champignons hallucinogènes à l'âge de 17 ans et doit suivre des mois de thérapie, notamment de musicothérapie, afin d'aller mieux[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

Ses débuts et Notion (2008-2017)[modifier | modifier le code]

De 2008 à 2012, Sultana chante pour le groupe Mindpilot, qui remporte plusieurs compétitions à Melbourne. Le groupe se sépare en 2012. À la sortie du lycée, Sultana se produit alors dans les rues de Melbourne et apparaît dans la web-série Busker Stories[3]. Son premier EP intitulé Yin Yang sort en 2013.

C'est en 2016 que l'artiste rencontre un succès fulgurant grâce à ses vidéos YouTube intitulées Bedroom Recordings, qui deviennent virales et atteignent le million de vues, dont celle de Jungle (en) qui fait le tour du monde et cumule plus de 50 millions de vues[4]. Cette même-année, les singles Jungle et Notion se placent respectivement aux 3e et 32e places du classement Triple J Hottest 100 et Sultana remporte le J Award dans la catégorie « Unearthed Artist of the Year ». Sultana crée son label indépendant, Lonely Lands Records, et sort son premier EP intitulé Notion en septembre 2016. Parallèlement, l'artiste collabore avec le rappeur californien Anderson .Paak et le chanteur australien Matt Corby[5],[6].

À la suite du succès que connaît l'EP, une tournée mondiale le Notion Tour est annoncée en 2017, avec des passages en Nouvelle-Zélande, au Royaume-Uni, en Allemagne et en Hollande. En plus de sa tournée, l'artiste se produit également dans de nombreux festivals comme les Eurockéennes de Belfort, en France, en juillet 2017[7]. Sultana fait ses débuts à la télévision américaine en octobre 2017 dans l'émission Late Night with Seth Meyers[8]. En novembre 2017, l'artiste entame le Homecoming Tour et se produit dans les grandes villes australiennes telles que Sydney, Adélaïde et Fremantle[9]. L'EP Notion est nommé trois fois aux ARIA Music Awards, l'équivalent australien des Victoires de la musique, et le Notion Tour est nommé dans la catégorie « Best Australian Live Act ».

Tash Sultana sur scène en 2017.

Au cours de l'année 2017, sortent les titres Murder to the Mind et Mystik qui sont très vite certifiés disques d'or[10].

Flow State (depuis 2018)[modifier | modifier le code]

Tash Sultana commence l'enregistrement de son premier album lors du Homecoming Tour, en décembre 2017[11]. Au départ prévus pour avril 2018, les premiers singles Salvation, Harvest Love et Free Mind paraissent au cours de l'été 2018 et l'album intitulé Flow State sort finalement le . On y retrouve également les titres Murder to the Mind et Mystik, parus en 2017. L'album est bien reçu par les critiques ainsi que le public et reçoit une moyenne de 76/100 sur le site Metacritic[12]. Nommé dans trois catégories aux ARIA Music Awards, l'album remporte le prix du « Meilleur Album Blues/Folk ».

Sultana se produit au festival Lollapalooza au Chili, en Argentine en mars 2018, à Chicago en août, et à Coachella en avril 2018[13],[14]. De mai à , l'artiste entame une nouvelle tournée mondiale et se produit en France, sur la scène de l'Olympia[15].

En février 2019, démarre sa troisième tournée mondiale intitulé Flow State World Tour[16].

Le , Sultana sort le titre Can't Buy Happiness ainsi que le clip réalisé par Dara Munnis. par la L'artiste lors d'une interview à radio Triple J, que son deuxième album est en cours d'écriture[17].

Influences et style musical[modifier | modifier le code]

Tash Sultana subit l'influence d'artistes néo-soul tels que Erykah Badu, D'Angelo, Lauryn Hill mais également rock comme Jimi Hendrix, Pink Floyd, Fleetwood Mac ou encore Led Zeppelin, ou Bob Marley et Amy Winehouse[18],[19] .

L'artiste se produit en solo sur scène, pieds nus et enregistre ses instruments au fur et à mesure grâce aux pédales d'effets: c'est la technique du looping. Autodidacte, Sultana joue d'une vingtaine d'instruments dont la guitare (basse, électrique, folk), la mandoline, le piano, la trompette et le saxophone[20],[21].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Tash Sultana est non-binaire et préfère l'utilisation du pronom neutre « they » au pronom féminin « she »[22]. Lors d'un concert, Sultana déclare :

« Je me fiche des sexes. Je sais que c'est possible. Vous ne pouvez pas m'étiqueter, parce que j'ai choisi d'être libre. Vous pouvez être libre si vous le souhaitez. »[23]

Membre de la communauté LGBTQ+, Sultana milite en faveur du mariage homosexuel en Australie en 2017[24], et débute tous ses concerts en rappelant que les homophobes, racistes et transphobes ne sont pas les bienvenus. À ce propos, l'artiste déclare:

« C'est du bon sens. Je n'aime pas jouer pour des gens qui pensent ça. C'est important, et je l'ai dit en Amérique du Sud où beaucoup de gens ne comprennent pas. Je l'ai également dit à Singapour alors que c'est illégal d'être homo et de jurer sur scène. Je ne suis pas en prison mais je l'ai dit. C'est important parce que ce n'est pas un crime. »[25]

Sultana partage sa vie avec Jaimie, depuis 2017[26].

Évoquant ouvertement son passé de toxicomane et sa santé mentale, Sultana représente également l'association australienne Beyondblue, qui apporte informations et soutien aux personnes souffrant de problèmes mentaux[27]. En , l'artiste doit reporter une partie de sa tournée européenne en raison de sa santé mentale fragile et explique dans un post Instagram qu'il est « important de s'écouter et de demander de l'aide »[28].

Discographie[modifier | modifier le code]

Album studio[modifier | modifier le code]

EPs[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses et nominations[modifier | modifier le code]

ARIA Awards[modifier | modifier le code]

Année Travail nommé Catégorie Résultat
2017 Notion Meilleur Artiste Indépendant Nomination
Révélation de l'Année Nomination
Meilleur Album Blues/Folk Nomination
Notion Tour Meilleur Concert Nomination
2018 Flow State Meilleure Artiste Féminine Nomination
Meilleur Album Blues/Folk Lauréat
Producteur de l'Année Nomination
Salvation Meilleure Vidéo Nomination
Homecoming Tour Meilleur Concert Nomination

APRA Awards[modifier | modifier le code]

Année Travail nommé Catégorie Résultat
2018 Jungle Blues & Roots Work of the Year Nomination
2019 Tash Sultana Auteur-compositeur de l'année Nomination
Mystik Blues & Roots Work of the Year Nomination

Autres récompenses et nominations :

  • J Awards, 2016 : Unearthed Artist of the Year
  • Pop Awards, 2019 : Album de l'année pour Flow State et Emerging Artist of the Year
  • Australian LGBTI Awards, 2019 : Artiste musical et icône LGBT locale (en attente)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) « Tash Sultana », sur Aware Project, (consulté le 12 janvier 2019)
  2. (en) « "I was a complete drug addict": The musical journey of Tash Sultana », sur The Feed (consulté le 12 janvier 2019)
  3. Busker Stories, « Tash Sultana - Busker Stories episode 1 (street music) documentary webseries » (consulté le 12 janvier 2019)
  4. (en) « Tash Sultana Shares Video, Gets A Million Views In Five Days », sur Tone Deaf, (consulté le 12 janvier 2019)
  5. (en-US) « Tash Sultana and Matt Corby Are Collaborating on New Music », sur Grazia Australia (consulté le 12 janvier 2019)
  6. « TASH SULTANA sur Instagram : Laid down some vocals with @anderson._paak and The Free Nationals last night in the studio », sur Instagram (consulté le 12 janvier 2019)
  7. « Tash Sultana – Live (Eurockéennes 2017) », sur Tash Sultana – Live (Eurockéennes 2017) | Sourdoreille (consulté le 12 janvier 2019)
  8. (en) Nat Tencic, « Tash Sultana makes US TV debut, talks new single 'Mystik' and a "small hiatus" », sur triple j, (consulté le 12 janvier 2019)
  9. « Tash Sultana Announces 2017 Homecoming Tour », sur Music Feeds, (consulté le 12 janvier 2019)
  10. « SinglesAccreds2018 », sur www.aria.com.au (consulté le 13 janvier 2019)
  11. « Tash Sultana Talks Playing Every Instrument on Debut Album 'Flow State' & Largest Tour to Date », sur Billboard (consulté le 12 janvier 2019)
  12. (en) Flow State by Tash Sultana (lire en ligne)
  13. « Lollapalooza Chile & Argentina 2018: See Camila Cabello, Lana Del Rey, LCD Soundsystem & More », sur Billboard (consulté le 13 janvier 2019)
  14. (en-US) Sosefina Fuamoli, « Tash Sultana sidles up alongside Eminem, The Weeknd & Beyoncé for Coachella 2018 », sur the AU review, (consulté le 13 janvier 2019)
  15. « Tash Sultana : Concert 25 septembre 2018 », sur Olympia (consulté le 13 janvier 2019)
  16. « Tash Sultana Announces 2019 'Flow State' National Tour », sur Music Feeds, (consulté le 6 avril 2019)
  17. (en) « First Spin: Tash Sultana drops explosive new song 'Can't Buy Happiness' », sur triple j, (consulté le 6 avril 2019)
  18. (en-US) Admin, « Tash Sultana: A Force to be Reckoned With », sur Coachella Valley Weekly, (consulté le 14 janvier 2019)
  19. (en-US) Thomas Smith, « Tash Sultana on her mind-melting jazz banger 'Mystik' and life on the road », sur NME, (consulté le 14 janvier 2019)
  20. TEDx Talks, « Finding a place through music | Tash Sultana | TEDxUniMelb » (consulté le 12 janvier 2019)
  21. « https://www.tashsultana.com/ » (consulté le 14 janvier 2019)
  22. (en) « Tash Sultana Will Leave the Past Behind with 'Flow State' », sur News Week, (consulté le 19 avril 2019)
  23. « INSIDE THE BLACK TRIANGLE ▼ sur Instagram : 2/3 “I don’t care about the sexes. I know it is possible. You cannot label me. Cause I have chosen to be free. I can be free. You can be… », sur Instagram (consulté le 6 avril 2019)
  24. (en) « TASH SULTANA on Instagram: “Hello Australia. Although I'm on the other side of the world I just wanted to spread a message a little further- if you haven't enrolled to…” », sur Instagram (consulté le 13 janvier 2019)
  25. (en) Kirsten Johnstone, « Tash Sultana on 'Jungle', feminism, and her insane rise to fame », sur Radio New Zealand, (consulté le 13 janvier 2019)
  26. (en) Kelly Wynne On 8/7/18 at 11:33 AM, « Tash Sultana opens up about music career and a healthy future », sur Newsweek, (consulté le 13 janvier 2019)
  27. « Australian Artist Tash Sultana Talks Turning a Toxic Past Into a Positive Future », sur Billboard (consulté le 13 janvier 2019)
  28. (en) Siobhan Kenna, « Tash Sultana Opens Her Heart On Mental Illness In Beautifully Candid Message », Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 13 janvier 2019)