Synaspismós

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir SYN.
Coalition de la gauche, des mouvements et de l’écologie
Συνασπισμός της Αριστεράς, των Κινημάτων και της Οικολογίας
Présentation
Président Aléxis Tsípras
Fondation 1991
Disparition 10 juillet 2013
Siège 1 Eleftherias Square,

105 53 Athènes,
Drapeau de la Grèce Grèce

Positionnement Gauche radicale
Idéologie Socialisme démocratique
Écosocialisme
Eurocommunisme
Écologisme
Féminisme
Pacifisme
Affiliation européenne Parti de la gauche européenne
Gauche anticapitaliste européenne (observateur)
Coalition SYRIZA
Couleurs Jaune
Site web http://www.syn.gr/

Le Synaspismós (dont le nom entier en grec Συνασπισμός της Αριστεράς, των Κινημάτων και της Οικολογίας signifie « Coalition de la gauche, des mouvements et de l’écologie » et s’abrège couramment en ΣΥΝ - SYN) est un ancien parti politique grec, qui a existé de 1991 à 2013. Il est devenu en 2004 membre de la Coalition de la gauche radicale (SYRIZA), puis s'est dissous en son sein lors de la transformation de celle-ci en parti politique.

Histoire du parti[modifier | modifier le code]

Manifestation des jeunes du Synaspismos en 2007.

Le SYN est l'héritier direct de la coalition formée en vue des législatives de 1989 entre le Parti communiste grec (KKE, prosoviétique) et sa branche dissidente dite « de l'intérieur », favorable à l'intégration de la Grèce à l'Union européenne. Après la chute de l'Union soviétique, la gauche grecque n'est pas épargnée par la crise profonde qui frappe les formations d'obédience marxiste-léniniste dans le monde entier et l'aile dite « conservatrice » du parti prend la décision d'exclure les « réformateurs » du KKE « de l'intérieur », qui constituaient une part importante des militants et auxquels appartenaient près de 45 % des membres du comité central, dont le secrétaire général du parti de l'époque, Grigoris Farakos. Les exclus forment en 1991 un parti désormais totalement indépendant du Parti communiste et reprennent le nom de Synaspismós.

En 1993, le SYN remporte 2,94 % des voix aux législatives, score insuffisant pour obtenir un siège au Parlement. Cet échec a pour effet immédiat la démission de la présidente du parti, María Damanáki.

Un an plus tard, en 1994, le SYN, présidé par Níkos Konstantópoulos, parvient néanmoins à rassembler 6,26 % des suffrages aux élections européennes, ce qui constitue son meilleur score à ce jour. Aux législatives de 1996, le SYN améliore son score de 1993 en obtenant 5,1 % des voix.

Le parti traverse une crise grave après les législatives de 2000, quand un petit groupe de cadres emmenés par Nikos Bistis se prononcent en faveur d'un rapprochement stratégique avec les sociaux-démocrates du PASOK. Accusant le parti de « virage communiste », Bistis et ses partisans font sécession et fondent une nouvelle formation politique (AEKA, « Mouvement de réforme et de modernisation de la gauche »), dissoute très rapidement, au moment de l'entrée de son président dans le gouvernement de Costas Simitis. C'est en reprenant l'expression de « virage communiste » que l'ex-présidente du parti, María Damanáki, rompt avec le SYN en 2003 pour rejoindre les rangs du PASOK.

Aux législatives de 2004, le SYN s'allie avec plusieurs petits partis d'extrême-gauche (trotskystes et maoïstes entre autres) ainsi que du petit Parti écologiste-communiste (AKOA) dont il est proche depuis 2000 dans le cadre de la SYRIZA. Le Synaspismós obtient 6 députés ce qui crée des tensions dans la coalition, qu'il finit par quitter.

Aux élections européennes de 2004, ces alliances sont néanmoins rompues en raison d'une nouvelle crise interne, résolue par l'élection d'un nouveau président, Alékos Alavános. En novembre 2007, ce dernier annonce qu'il quitte son poste mais conserve la direction de la SYRIZA. Il est remplacé en février 2008 par Aléxis Tsípras.

Afin de pouvoir bénéficier de la prime majoritaire (50 députés en plus de ceux élus à la proportionnelle intégrale) accordée aux partis politiques, et non pas aux coalitions, la nécessité de former un parti unitaire apparaît alors. Le 10 juillet 2013, la nouvelle SYRIZA décide d'une nouvelle organisation en fusionnant ses différentes composantes. Le Synaspismós est alors dissous.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :