Swile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Swile
logo de Swile

Création 2016
Fondateurs Loïc Soubeyrand
Forme juridique Société par actions simplifiée
Siège social Montpellier
Drapeau de la France France
SIREN 824 012 173
Site web https://www.swile.co

Chiffre d'affaires Comptes non publiés

Swile, anciennement Lunchr, est une entreprise française fondée par Loïc Soubeyrand en 2016[1]. Depuis , Swile est émetteur de titres-restaurant et met à disposition des employés une carte utilisable dans les restaurants, boulangeries et supermarchés ayant conclu un accord avec Swile.

La carte Swile utilise le réseau MasterCard. En plus des titres-restaurant, elle permet également le chargement de chèques-cadeaux, de chèques mobilité durables et permet, en option, le raccord à un compte bancaire personnel pour gérer les dépassements.

Historique[modifier | modifier le code]

En , la start-up annonce une levée de fonds de 2,5 millions d'euros en vue de proposer des titres-restaurants dématérialisés[2],[3],[1].

En , Lunchr lève de nouveau 11 millions d'euros[4],[5],[6],[7].

En , Lunchr annonce une levée de fonds de 30 millions d'euros auprès notamment d'Index Ventures et Kima Ventures[8],[9],[10],[11],[12],[13]. Elle revendique alors 2 000 clients.

En , Lunchr annonce sa compatibilité avec Apple Pay[14],[15].

Début , Lunchr, qui souhaite étendre ses services hors de l'activité de tickets-restaurant change sa marque pour Swile. La société, qui emploie 200 personnes, annonce un besoin supplémentaire de 50 à 70 millions d'euros pour développer de nouveaux services et s'implanter à l'étranger[16]. En janvier 2021, Swile signe un partenariat avec Carrefour permettant à ce dernier de distribuer les cartes Swile à ses 62 000 salariés[17].

En , Swile rachète le brésilien Vee Benefícios[18].

Début octobre 2021, un apport de 200 millions de dollars permet à Swile de capitaliser un milliard de dollars et d'accéder ainsi au statut de licorne[19].

En mai 2022, l'entreprise rachète la start-up spécialisée dans la gestion des déplacement professionnels Okarito pour 6 millions d'euros en cash et en actions[20],[3].

Accusations de mauvaises pratiques managériales[modifier | modifier le code]

En 2021, le journal Le Monde fait paraître un article présentant des témoignages de management toxique dans le monde des start-up, notamment au sein de Swile, rassemblés par le compte Instagram « Balance ta start-up ». « Choquée » par ces témoignages, l'entreprise déclare : « Nous espérons être plus constructifs et transparents au quotidien. Nous avons un devoir d’exemplarité sur le bien-être au travail ». Elle annonce vouloir prendre les mesures nécessaires après avoir vérifié la véracité des faits[21].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « FoodTech: Lunchr, la start-up qui supprime l'attente au restaurant », sur Challenges (consulté le )
  2. « [FWeek Outils RH] Lunchr réinvente le titre-restaurant au profit des collaborateurs et des employeurs », sur FrenchWeb.fr, (consulté le )
  3. a et b « Swile boucle une 4e acquisition avec le rachat d'Okarito », sur usine-digitale.fr (consulté le )
  4. Guillaume Bregeras, « Lunchr lève 11 millions pour essouffler la concurrence dans le titre restaurant », sur Les Echos Executives, (consulté le )
  5. « Lunchr lève 11 millions d'euros et s'ancre un peu plus sur le marché du titre-restaurant », sur usine-digitale.fr (consulté le )
  6. « Lunchr lève 11 millions pour déployer ses titres-restaurant nouvelle génération », sur Siècle Digital, (consulté le )
  7. « Titres restaurant: le nouvel arrivant Lunchr lève 11 M€ », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. Guillaume Bregeras, « Lunchr lève 30 millions d'euros et rebat les cartes de la pause-déjeuner », sur Les Echos Executives, (consulté le )
  9. Sébastien Fosset dit, « Lunchr lève 30 millions d'euros pour s'attaquer à Edenred, Sodexo, Groupe Up et Natixis », sur FrenchWeb.fr, (consulté le )
  10. Elisabeth Hu et Thomas Giraudet, « Lunchr, la startup qui dématérialise les tickets restos, lève 30 M€ et se donne 3 ans pour renverser le marché », sur Business Insider France, (consulté le )
  11. « Lunchr lève 30M€ pour ses titres-restaurant dématérialisés », sur lsa-conso.fr (consulté le )
  12. « Lunchr lève 30 millions d'euros », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. « [VIDEO] Montpellier : la start-up Lunchr annonce une levée de fonds record de 30 M€ », sur midilibre.fr (consulté le )
  14. « Apple Pay a été activé chez Lunchr », sur Consomac (consulté le )
  15. « La recette de Lunchr pour croquer le marché des titres-restaurant », sur www.journaldunet.com (consulté le )
  16. « Swile, du titre-restaurant à la vie en entreprise », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. « Montpellier : la start-up Swile signe avec le groupe Carrefour », sur midilibre.fr (consulté le )
  18. Les Echos Business Swile à la conquête du Brésil après le rachat de Vee Benefícios, Le 16/02.2021 par Adrien Lelièvre
  19. « Swile lève 200 millions de dollars et devient la nouvelle licorne tricolore », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  20. « Swile boucle une quatrième acquisition en deux ans », sur Les Echos, (consulté le )
  21. Jules Thomas, « « Le baby-foot, c’est cool, mais le droit du travail, c’est encore mieux » : dans les start-up, des salariés dénoncent un management toxique », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )

Lien externe[modifier | modifier le code]