Solomon (Haendel)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Solomon.

Solomon, HWV 67, est un oratorio en trois actes de Georg Friedrich Haendel.

Origine[modifier | modifier le code]

Haendel a composé Solomon entre le 5 mai et le 13 juin 1748. La première a eu lieu le 17 mars 1749 au théâtre royal de Covent Garden de Londres sans y rencontrer le succès escompté. Il y a eu trois exécutions durant cette saison puis deux autres en 1759 dans une version largement tronquée quelques jours avant la mort du compositeur.

Livret[modifier | modifier le code]

L'auteur du livret est inconnu. Il semblerait qu'il s'agit de Thomas Morell, bien que Winton Dean indique que le style des métaphores qui y sont utilisées ne correspond pas au style de Morel.

Le livret se base essentiellement sur les Livres des Rois (1 R 1-11) et le Livre des Chroniques (2 Chr 1-9) et en ce qui concerne la visite de la reine de Saba, sur les Antiquités judaïques de l'écrivain juif Flavius Josèphe.

Argument[modifier | modifier le code]

Premier acte[modifier | modifier le code]

(Construction du temple de Jérusalem)
Au début de l'œuvre, Salomon et le peuple hébreu célèbrent la consécration du temple qui vient d'être construit à Jérusalem. Salomon se réjouit de son mariage avec son épouse unique (liberté prise avec le récit biblique qui rapporte qu'il avait des centaines d'épouses et de concubines), et il lui promet de lui faire construire un palais. Les deux époux expriment leur amour mutuel et ils se retirent pour la nuit, cependant que des brises parfumées d'odeurs florales et le chant des rossignols les invitent au repos.

Deuxième acte[modifier | modifier le code]

(Jugement de salomon) La sagesse légendaire de Salomon est illustrée par l'histoire des deux prostituées qui se disputent pour être reconnnue, chacune d'elles, comme la mère d'un bébé qui lui est présenté. Salomoon leur propose de couper l'enfant en deux de son épée, pour en donner une moitié à chacune. La vraie mère refuse la proposition en acceptant de laisser le bébé à l'autre femme : Salomon reconnaît ainsi que son instinct maternel a parlé et qu'elle est vraiment la mère de l'enfant, et non l'autre femme.

Troisième acte[modifier | modifier le code]

(Rencontre avec la reine de Saba) Le sujet de l'acte III est la visite rendue à Salomon par la reine de Saba. Salomon et son peuple la distraient par la représentation d'un masque en musique avec des chœurs grandioses évoquant tour à tour la langueur d'une musique douce, la recherche de la gloire militaire, le désespoir de l'amant éconduit et la tempête qui finit par s'apaiser. Tous célèbrent l'Israël gouverné par le sage roi qu'est Salomon, personnifiant un âge d'or de paix, de bonheur et de prospérité.

Distribution à la création[modifier | modifier le code]

Lors de la création en 1749, les interprètes étaient :

Instrumentation[modifier | modifier le code]

Orchestre en fosse de Solomon
Cordes
Premiers violons, seconds violons, premiers altos, seconds altos,

violoncelles, contrebasses,

Bois
2 flûtes traversières,

4 hautbois,

4 bassons,

Cuivres
3 cors

2 trompettes

Percussions
Timbales,
Basse continue
Orgue, clavecin, violoncelles, contrebasses.

Numéros musicaux[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Georg Friedrich Haendel : Entrée de la reine de Saba