Étienne Pierre Morlanne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Étienne Pierre Morlanne
Biographie
Naissance
Décès
Activités

Étienne Pierre Morlanne (1772-1862) est un médecin français du XIXe siècle. Médecin-accoucheur qui œuvra à Metz, il est le fondateur de la congrégation des Sœurs de la Charité Maternelle[1].

Enfance et éducation[modifier | modifier le code]

Fils d'Étienne-Pierre Morlanne, chirurgien au régiment Royal Pologne Cavalerie et d'Anne-Antoinette Janet, Étienne Pierre Morlanne naît à Metz, le 22 mai 1772[2],[note 1]. Metz, qui, selon le mot de Vauban, « défend l'état », est depuis plus d'un siècle, la plus importante place-forte du royaume et connaît des problèmes de logements pour ses troupes, ce qui occasionne parfois des désordres. Pour remédier à cette situation, l'évêque de Metz, Henri-Charles du Cambout de Coislin, a fait construire des casernes dans la cité, afin de soulager la population. Étienne Pierre a également une sœur, Marie-Françoise Morlanne.

Carrière contrariée et vocation[modifier | modifier le code]

Élevé par une mère très pieuse, Étienne Pierre se destine au sacerdoce et reçoit la tonsure dès l'âge de 16 ans. La Révolution française met un terme à ses projets. Le séminaire est fermé en mars 1791 et le cardinal Louis-Joseph de Montmorency-Laval, évêque de Metz, et aumônier de la cour de Versailles, émigre. Le jeune Morlanne, âgé de 19 ans, se trouve désœuvré et retourne vivre chez sa mère. Celle-ci, profitant des relations de son défunt mari, notamment avec Rémi Ibrelisle, le directeur de l'hôpital militaire de Metz, fait accepter son fils comme élève chirurgien militaire, en novembre 1791. Étienne Pierre y fera preuve d'une grande force de travail. Au printemps suivant, la France déclare la guerre à l'Autriche. Les besoins du temps de guerre, autant que ses capacités, permettent au jeune Étienne Pierre d'être nommé chirurgien surnuméraire en décembre 1792, puis prévôt de l'amphithéâtre l'année suivante, alors qu'il n'a que 21 ans et qu'il poursuit encore sa formation. Pendant ses temps libres, Étienne Pierre accompagne le directeur Ibrelisle à l'hospice de charité pour y soigner les plus démunis, en qualité d'aide-chirurgien stipendié par la ville.

En 1795, Étienne Pierre Morlanne est nommé aide-major à l'Armée de Rhin-et-Moselle et affecté aux soins des soldats de la garde nationale de Metz.

C'est au cours d'une mission dans l'ex-duché de Luxembourg, alors annexé à la France, qu'il trouvera sa vocation : Morlanne est appelé par une jeune paysanne sur le point d'accoucher. La future mère et son enfant sont en danger. N'ayant aucune expérience des soins à apporter à une femme enceinte, le jeune homme se met en prière, puis assiste la parturiente. La mère et l'enfant sont sains et sauf et la vie de Morlanne en est changée.

D'une vocation à l'autre[modifier | modifier le code]

Lorsqu'il quitte l'armée en 1798, Morlanne ne songe qu'à se perfectionner dans l'obstétrique et commence à former les sage-femmes. Pour des raisons d'économie, son poste d'aide-chirurgien du dépôt de mendicité est supprimé en 1799 et Morlanne se retrouve sans emploi. Il se met alors à soigner gracieusement les miséreux.

À la faveur de l'arrivée au pouvoir de Napoléon Bonaparte et de la signature du concordat, le séminaire de Metz rouvre ses portes et Étienne Pierre Morlanne qui, à 30 ans, songe à retourner à sa vocation religieuse première. Après en avoir parlé avec d'anciens condisciples, il en fut détourné par le nouvel évêque Pierre-François Bienaymé, qui lui conseilla de poursuivre son action auprès des déshéritées.

L'homme d'avant-garde[modifier | modifier le code]

Se consacrant dès lors à sa vocation, Morlanne, soutenu par le fils du docteur Ibrelisle, lui aussi médecin et par la comtesse de Vaublanc, épouse du préfet, fonde en 1804 une association d'inspiration catholique, qui prend le nom de « Sœurs de la Charité maternelle ». L'association rassemblait des jeunes filles désirant le seconder dans sa mission en devenant sage-femmes. Cette association devint plus tard une congrégation religieuse, en 1884, après la mort de Morlanne.

Cette association religieuse fut bientôt consolidée par la fondation l'année suivante d'une société laïque des « Dames de la Charité Maternelle », dont faisaient partie, à l'instigation de la comtesse de Vaublanc, des dames fortunées de la ville qui soutenaient l'association de leurs dons.

Morlanne s'installe d'abord au dépôt de mendicité, mais la promiscuité des malades et des mendiants avec les femmes enceintes nuit bientôt à la bonne pratique de son art et à l'accueil des parturientes. Aussi s'installe-t-il avec l'aide de la municipalité dans l'ancien couvent des Trinitaires en 1808. En 1820, Étienne Pierre Morlanne crée une maison de santé dans l'ancien couvent de la Visitation, rue Mazelle. Il est confronté bien vite à l'opinion publique bourgeoise, qui s'offusque de devoir côtoyer des prostituées. Il interdit donc aux « filles publiques » de fréquenter son institution, mais crée dans le même temps une maison où il les reçoit, à l'écart.

Cette dernière création, malgré son utilité, le ruine tout à fait. Il se retire dans une maison voisine en 1852. Étienne Pierre Morlanne meurt le 7 janvier 1862[note 2], dans sa 90e année[2].

Postérité[modifier | modifier le code]

L'association des sœurs fut transformée en congrégation par l'évêque de Metz Paul Dupont des Loges en 1884 et essaima à travers le monde, où elle est encore active. Le 22 janvier 1989, fut ouvert un procès en vue de la béatification du docteur Morlanne.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Opuscule sur la vaccine, Metz : impr. de F. Blanc, 1856.
  • Mémoires et observations sur plusieurs cas importants de l'art des accouchements, recueillis en 1838 et 1839, à la clinique de l'École pratique du département de la Moselle, Metz : impr. de S. Lamort, 1841.
  • Département de la Moselle. Cours d'accouchements aux élèves sages-femmes. Metz : impr. de Dembour et Gangel, 1846.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Lucien Bouchon : Un ami des enfants et des mères : le chirurgien Morlanne, fondateur des Sœurs de la Charité maternelle de Metz, 1772-1862, Éditions "Spes", Paris, 1928
  • M. F.-M. Chabert : Un Bienfaiteur des pauvres de la ville de Metz, Étienne-Pierre Morlanne. Notice biographique, Metz : impr. de Rousseau-Pallez, 1862.
  • Tinseau, Abbé de : Notice biographique sur Étienne-Pierre Morlanne, chirurgien, rédigée d'après les notes recueillies à l'hospice de la Charité maternelle de Metz, Metz : impr. de C. Thomas, 1882.

Voir également[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il naît le 15 mars 1772 selon la notice bnf.fr.
  2. Il décède le 10 octobre 1862, selon la notice bnf.fr.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice d'autorité sur bnf.fr
  2. a et b Étienne Pierre Morlanne sur etiennepierremorlanne.org.