Rue de Cléry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

2e arrt
Rue de Cléry
Image illustrative de l’article Rue de Cléry
Situation
Arrondissement 2e
Quartier Mail
Bonne-Nouvelle
Début 106, rue Montmartre
Fin 5, boulevard de Bonne-Nouvelle
Morphologie
Longueur 600 m
Largeur 10,7 m
Historique
Création XVIIe siècle
Ancien nom Chemin des Gravois
Géocodification
Ville de Paris 2110
DGI 2110

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de Cléry
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue de Cléry est une rue du 2e arrondissement de Paris.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Les stations de métro les plus proches sont :

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Son nom lui vient de l'hôtel de Cléry, dont il est fait mention en 1540, et dont les dépendances aboutissaient alors aux fossés de la ville.

Historique[modifier | modifier le code]

Quartier de Bonne-Nouvelle en 1760 (plan de Vaugondy).
Rue de Cléry (à gauche), photographie d'Eugène Atget (juin 1907).

La rue de Cléry correspond au chemin longeant les fossés côté campagne de l'enceinte de Charles V, et permettait d'aller de la porte Montmartre à la porte Saint-Denis. Le chemin se prolonge dans le même axe vers le sud-ouest par l'actuelle rue du Mail (en direction de la porte Saint-Honoré).

Lors de la démolition du mur (l'actuelle rue d'Aboukir en longeait le pied) et le comblement des fossés (espace entre la rue de Cléry et la rue d'Aboukir) en 1633-1634, le chemin est transformé en rue, rue qui est reliée au reste de la Ville par des perpendiculaires (rue Chénier, rue Saint-Philippe, rue des Petits-Carreaux et rue Thévenot).

La rue a d'abord été appelée au XVIIe siècle le « chemin des Gravois » (la Butte-aux-Gravois était un dépotoir de déchets), la partie orientale (du croisement avec la rue Poissonnière jusqu'au boulevard de Bonne-Nouvelle) s'est d'ailleurs appelée la « rue Mouffetard » (à cause de l'odeur des ordures) au début du XVIIIe siècle.

Bâtiments remarquables, et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

No 29, niche avec statue de sainte Catherine.

Emplacements non localisés[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La maison d’André Chénier », sur terresdecrivains.com, (consulté le 16 novembre 2016).
  2. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, t. 1, p. 356.
  3. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, t. 1, p. 356 et 357.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Renaud Gagneux et Denis Prouvost, Sur les traces des enceintes de Paris, promenade au long des murs disparus, Éditions Parigramme, Paris, 2004 (ISBN 2-84096-322-1).
  • Jacques Hillairet, Connaissance du Vieux Paris, rive droite, rive gauche, les îles & les villages, Éditions Payot & Rivages, Paris, 1993 (ISBN 2-86930-648-2).