Rue de Thorigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
3e arrt
Rue de Thorigny
Vue depuis la place de Thorigny
Vue depuis la place de Thorigny
Situation
Arrondissement 3e arrondissement
Quartier Archives
Début place de Thorigny
Fin rue Debelleyme
Morphologie
Longueur 192 m
Largeur 10 m
Historique
Création 1868
Géocodification
Ville de Paris 9277
DGI 9298

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
rue de Thorigny
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue de Thorigny est une voie du 3e arrondissement de Paris, en France.

Situation[modifier | modifier le code]

La rue de Thorigny est une rue située en plein cœur du quartier du Marais.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Cette voie porte le nom de Jean-Baptiste Claude Lambert de Thorigny qui fut président de la 2e chambre des requêtes du Parlement de Paris de 1713 à 1727 et prévôt des marchands de Paris de 1726 à 1729.

Historique[modifier | modifier le code]

Traces d'un ancien nom de la rue (rue Saint-Gervais)

Pour achever le projet urbanistique, commencé sous Henri IV, il ne restait plus à bâtir sur le marais du Temple, en 1636, qu'une place de 2 000 m2 environ dans la culture Saint-Gervais. Cette même année, les religieuses hospitalières de Sainte-Anastase ayant achetée l'hôtel d'O pour y loger, vendirent l'ancienne place au gabelou Pierre Aubert de Fontenay.
Sur ce terrain ont été formées deux rues, qui prirent le nom, au début du XVIIIe siècle, de rue de Thorigny et de rue de la Perle.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • Au no 2, à cet emplacement Marion Delorme y mourut en 1650.
  • Au no 5 se trouve le remarquable hôtel Salé construit de 1656 à 1659 par Jean Boullier de Bourges, pour Pierre Aubert de Fontenay-en-Brie, et son épouse, une demoiselle Chastelain. Compromis par les accusations de péculat de Nicolas Fouquet, Aubert de Fontenay fut spolié de ses biens (ayant acheté la ferme de la gabelle - impôt sur le sel -, le nom d’hôtel Salé vint populairement de là). Cependant, ce dit nouveau riche mourut avant la fin des travaux, et l’hôtel fut occupé par Morosini en 1671. En 1768, il devint l’hôtel Juigné, propriété de monseigneur Leclerc de Juigné, évêque de Châlons, puis archevêque de Paris, membre de l’Assemblée constituante. Pillé et réquisitionné lors de la révolution, l’hôtel fut vendu en 1797, puis loué à l’École centrale des arts et manufactures. L’hôtel Salé abrite aujourd'hui le Musée Picasso.
  • Les nos 6,8 et 10 constituaient un ensemble bâti en 1659, habité par Thiroux de Crosne, lieutenant de police ayant supprimé les vieux cimetières de Paris (celui des Innocents, entre autres).
  • no 7 était l'emplacement de l'hôtel Juigué
  • Au no 8 Madame de Sévigné y habita de 1669 à 1672 avant de s'installer rue de Montmorency.
  • Au no 9 Honoré de Balzac y logea quand il étudiait dans l'institution de l'abbé Ganser en 1815.
  • Au no 13 se situe l’un des rares exemples d'immeuble moderne en brique (1973) construit au cœur de Paris, à l'emplacement de l'ancien jardin d'un hôtel particulier se trouvant rue Vieille-du-Temple.

Accès[modifier | modifier le code]

Ce site est desservi par les stations de métro Saint-Paul et Saint-Sébastien - Froissart.

Sources et références[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire des rues de Paris
  • Paris Guide 1807 - Librairie internationale
  • « L'Architecture en briques à Paris »