Sanctuaire de Knock

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sanctuaire de Knock
Image illustrative de l’article Sanctuaire de Knock
Vue du sanctuaire et de la basilique
Présentation
Nom local Cnoc Mhuire
Culte Église catholique
Site web http://www.knock-shrine.ie/
Géographie
Pays Drapeau de l'Irlande Irlande
Région Comté de Mayo
Coordonnées 53° 47′ 32″ nord, 8° 55′ 04″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Irlande
(Voir situation sur carte : Irlande)
Sanctuaire de Knock

Le sanctuaire de Knock ou sanctuaire de Notre-Dame de Knock ((ga) Cnoc Mhuire : la colline de Marie), est un sanctuaire situé à Knock en Irlande. Il célèbre une apparition de la Vierge Marie, de saint Joseph, de saint Jean, d'anges et de Jésus-Christ (l'Agneau de Dieu) en 1879. Cette apparition a été reconnue comme authentique par l'Église catholique en 1936. Immédiatement après la déclaration de cette apparition, des pèlerinages s'organisent. Le petit village de Knock reçoit d'importantes visites de pèlerins dès 1880, dont beaucoup viennent chercher une guérison physique, au point que Knock est rapidement dénommé le « Lourdes irlandais ». La croissance rapide du pèlerinage se réduit néanmoins après quelques années, un des points évoqués parfois étant le manque d'infrastructures pour accueillir les pèlerins. En 1935 la société du sanctuaire de Knock est créée pour promouvoir l'amélioration de l'accueil des pèlerins et des malades en développant les infrastructures du sanctuaire. En 1976, une grande église « Notre-Dame Reine d'Irlande » est construite pour accueillir les pèlerins, l'église est élevée au rang de basilique en 1979 à l'occasion de la visite du pape Jean-Paul II.

Le sanctuaire continue de se développer et d'attirer plus d'un million de pèlerins du monde entier chaque année. La présence d'un aéroport international, construit à proximité, en 1985, permettant de faciliter leurs venues.

Historique[modifier | modifier le code]

L'apparition[modifier | modifier le code]

Représentation de la scène de la vision, dans la chapelle de l'apparition.

L'apparition mariale de Knock s'est déroulée à Knock (Irlande) le vers 19 h. Les témoins de ce phénomène ont déclaré avoir vu la Vierge Marie accompagnée d'autres personnes (saint Joseph, de saint Jean, d'anges et de Jésus-Christ « l'Agneau de Dieu ») sur le mur extérieur de l'église du village. Aucune parole ou message n'ont été transmis aux voyants durant les deux heures d'apparition dont plus d'une quinzaine de personnes ont dit avoir été témoins. Cette apparition silencieuse et immobile s'est produite, sous une pluie battante, poussant certains voyants à quitter le lieu avant la fin de l'événement[1],[2].

Très vite, l'évêque du lieu a ouvert une enquête canonique, mais malgré l'avis favorable de la commission d'enquête, il n'a pas fait la proclamation de reconnaissance officielle que de très nombreuses personnes attendaient[N 1]. Le pèlerinage à Knock débute très vite, dans les semaines qui suivent cet événement, et la déclaration de plusieurs guérisons et miracles amène la population à dénommer Knock « le Lourdes irlandais »[1],[2].

Construction[modifier | modifier le code]

La société du sanctuaire de Knock ((en) Knock Shrine Society) est fondée le avec l'approbation de Mgr Thomas Gilmartin (en), évêque de Tuam. Le but de cette organisation est de « promouvoir le sanctuaire de Knock comme un grand centre spirituel en Europe, et de venir en aide aux pèlerins malades qui se rendent de plus en plus nombreux sur ce lieu de pèlerinage »[3].

En 1936, est constitué un « Bureau médical », sur le modèle de celui institué à Lourdes pour examiner les cas de déclaration de guérison[4].

En 1976, l'église « Notre-Dame Reine d'Irlande » est terminée et ouverte au culte. Elle est élevée au rang de basilique mineure par le pape Jean-Paul II en 1979, à l'occasion de sa visite sur le sanctuaire[3].

En 1988, la « chapelle de la réconciliation » est construite suite à un concours d'architecture. Ce sont les architectes De Blacam & Meagher (en) qui remportent le concours et réalisent la chapelle, dédiée au sacrement de réconciliation[5].

En 2016, pour célébrer les 40 ans de la basilique, des travaux sont réalisés, dont une grande mosaïque représentant l'apparition, réalisée d'après une œuvre de l'artiste irlandais P. J. Lynch. Cette œuvre monumentale, réalisée par les ateliers italiens de Travissanutto Mosaics, est composée de 1,5 million de pièces de verre, ce qui fait d'elle l'une des plus grandes en Europe[3].

Début des pèlerinages[modifier | modifier le code]

Les articles de presse sur l'apparition ont commencé en janvier 1880 et deviennent rapidement très nombreux. D'autres visions, parfois plus élaborées, ont été signalées à Knock et dans plusieurs autres endroits d'Irlande au cours des mois suivants. Des centaines de rapports ont été publiés sur des personnes miraculeusement guéries de diverses maladies grâce à l'utilisation de ciment mural de l'église de Knock. La publicité et les miracles ont amené une foule de pèlerins à Knock au début des années 1880, mais ce nombre a diminué à partir de la décennie suivante[6].

Un renouveau voit le jour dans les années 1930. Il est dirigé par des laïcs et encouragé par le prêtre et l'archevêque local qui transforment Knock en un lieu de pèlerinage majeur. Knock devient ainsi un centre spirituel marial très important en Irlande dans les décennies qui suivent la Seconde Guerre mondiale[6].

Description[modifier | modifier le code]

Le sanctuaire est composé d'un ensemble de bâtiments et d'installations, construites au cours du temps :

L'église paroissiale

L'église paroissiale de Knock a été construite en 1828. Elle est dédiée à saint Jean-Baptiste. Cette église historique a connu (au moins)[N 2] une restauration. Le maître-autel de l'église a été réalisé dans l'atelier de MP J Scannell de Cork et offert en cadeau en 1880, à l'occasion d'un pèlerinage[5].

La chapelle des apparitions
Vue extérieure de la chapelle des apparitions, accolée à l'église paroissiale.

La chapelle des apparitions a été construite autour du mur de l'église paroissiale sur lequel s'est déroulée l'apparition. Le mur d'origine a été conservé, et des sculptures en marbre blanc de Carrare ont été réalisées pour représenter Notre-Dame, saint Joseph et saint Jean l'évangéliste tels que les ont décrit les voyants. L'Agneau est placé au centre de la chapelle sur un autel entouré d'anges sculptés. Ces sculptures ont été réalisées par Lorenzo Ferri en 1960[5],[7].

Le pape Jean-Paul II a béni les statues de la chapelle lors de sa visite au sanctuaire de Knock en septembre 1979 et le pape François est venu y prier dans lors de sa visite en Irlande en août 2018[5].

La basilique
Vue arrière de la basilique et de sa flèche.

Cette église, avec une flèche impressionnante dans le paysage rural de l'ouest irlandais, est visible de très loin. L'église a été construite en l'honneur de « Notre-Dame reine d'Irlande », en 1976, pour accueillir les milliers de pèlerins qui visitaient le sanctuaire de Knock chaque année. L'église a été élevée au rang de basilique par le pape Jean-Paul II lors de sa visite au sanctuaire de Knock en 1979. La basilique, construite pour une capacité de 2 000 places au départ, a été agrandie et réaménagée en 2015. Les vitraux qui séparent chaque chapelle sont des répliques de vitraux d'anciennes églises et d'abbayes des quatre provinces d'Irlande. Ils rendent hommage au « riche héritage ecclésiastique irlandais »[5],[2].

La mosaïque située derrière l'autel représente la scène de l'apparition de Knock en 1879. Elle est la plus grande mosaïque de ce type en Europe, et comprend 1,5 million de pièces. Elle a été réalisée à Spilimbergo (Italie), par les artisans mosaïstes de Travisanutto, sur un dessin réalisé par l'illustrateur irlandais P. J. Lynch[5].

Chapelle de la réconciliation

En 1988, Mgr Greally, directeur du sanctuaire de Knock organise un concours d'architecture pour réaliser une nouvelle chapelle. Ce sont les architectes De Blacam & Meagher (en) qui remportent le concours et réalisent la chapelle, dédiée au sacrement de réconciliation. La mosaïque de la chapelle de la Réconciliation a été conçue par Sr Angelica Ballan, Sœurs disciples du Divin Maître à Rome[5].

Chapelle du Saint-Sacrement

La chapelle du Saint-Sacrement est un espace dédié à l'adoration eucharistique dans l'espace du sanctuaire. L'exposition du Saint-Sacrement a lieu tous les jours tout au long de la saison de pèlerinage de 11h30 à 18h[5].

Autres bâtiments

Le complexe comprend, en plus des églises et chapelles, un centre de livres religieux, un espace pour le caravaning et le camping, un musée, un café et un hôtel pour les pèlerins ainsi qu'un musée folklorique[7].

Notoriété[modifier | modifier le code]

Notoriété religieuse et spirituelle[modifier | modifier le code]

Lieu de miracles et de guérisons[modifier | modifier le code]

Au début

Dès le début de l'année 1880, les premiers pèlerins viennent sur le site de l'apparition. En mars un groupe de pèlerins vient de Limerick (à 150 km) en train puis en voiture à cheval, et un autre groupe vient de Cork (à 250 km). En août un groupe de 1 000 jeunes hommes venu de Manchester en Angleterre arrive à son tour sur le lieu de l'apparition[3].

Le développement des chemins de fer et l'apparition d'articles dans des journaux locaux et nationaux ont alimenté l'intérêt pour le petit village de Knock. Des informations faisant état « d'événements étranges dans un petit village irlandais » ont été publiées presque immédiatement dans les médias internationaux. Des journaux aussi éloignés géographiquement, que ceux de Chicago, ont envoyé des journalistes pour couvrir le phénomène de Knock[8].

Le premier miracle déclaré est celui de la fille de P.J. Gordon cordonnier à Claremorris. Dix jours après l’apparition du 21 août, il se rend à Knock, en famille. La guérison de l'enfant avec « l'aide d'un peu de ciment du mur de l'apparition » fait grand bruit dans la presse, et entraine l'arrivée de nombreux malades[8],[9]. Si bien que très vite, le mur de l'église est « déchiré par des pèlerins » qui ébrèchent le ciment, le mortier et les pierres pour les ramener en souvenir voire les utiliser comme des remèdes[10].

Knock devient rapidement, un « second Lourdes », attirant non seulement des Irlandais mais aussi les catholiques d’Europe et d’Amérique[8]. Les rapports de presse sur l'apparition ont commencé en janvier 1880 et sont rapidement devenus très importants. Des centaines de rapports ont été publiés sur des personnes miraculeusement guéries de diverses maladies grâce à l'utilisation de ciment de l'église de Knock. La publicité et les miracles ont amené une foule de pèlerins à Knock au début des années 1880, mais dans les années suivantes, le flux de pèlerins s'est ralenti[N 3] et le nombre de visiteurs a diminué[6].

Faute de constructions pour accueillir confortablement les pèlerins, la fréquentation diminue jusqu'aux années 1930 où les docteurs Gilmartin et Walsh décident de développer l'accueil pour relancer le pèlerinage à Knock en permettant d'aider et accueillir efficacement les pèlerins et les malades[8].

Aujourd'hui

En 1954, à l'occasion de l'année mariale déclarée par le pape Pie XII, le nombre de pèlerins annuel (sur le sanctuaire) dépasse pour la première fois le nombre du million[3].

En 1993, mère Teresa se rend en pèlerinage au sanctuaire de Knock, et la messe célébrée devant la basilique rassemble plus de 50 000 pèlerins[3].

De nos jours encore, un certain nombre de guérisons sont régulièrement déclarées dans le sanctuaire de Knock et ceux qui déclarent avoir été guéris laissent toujours des béquilles et des bâtons sur « le lieu déclaré de l'apparition ». On compte entre 20 et 30 guérisons « déclarées par an », mais très peu ont fait l'objet d'une enquête approfondie[7]. Chaque diocèse irlandais fait un pèlerinage annuel au sanctuaire marial et la neuvaine de Knock[N 4] attire 100 000 pèlerins en août[11]. Avec le temps, le sanctuaire de Knock s'est imposé en Irlande comme le plus grand centre spirituel marial du pays[6].

Les pèlerinages se déroulent majoritairement entre mai et octobre, même si le reste de l'année le site reste fréquenté par de nombreux pèlerins. Des bénévoles sont présents sur le sanctuaire pour venir en aide aux pèlerins et visiteurs[7]. Les responsables du sanctuaires annoncent un chiffre cumulé d'un million de pèlerins par an[12],[2].

Visites officielles[modifier | modifier le code]

La basilique et son esplanade.
Hommages rendus par les papes

Les autorités de l'Église catholique ont manifesté au cours du temps des marques d'attention et de reconnaissance envers le sanctuaire de Knock :

  • Le (fête de la Toussaint), le pape Pie XII a béni la bannière de Knock dans la basilique Saint-Pierre de Rome et l'a décorée d'une médaille spéciale[10],[7].
  • Le (fête de la Chandeleur), le pape Jean XXIII a offert une bougie spéciale à Knock[10],[7].
  • Le , la première pierre de l'église « Notre-Dame Reine d'Irlande », a été bénie par le pape Paul VI[10],[7].
  • Le , le pape Jean-Paul II a visité le sanctuaire pour célébrer le centenaire de l'apparition. Au cours de cette visite historique, le Pape s'est adressé au personnel malade et infirmier, et il a célébré la messe. Le pape a élevé l'église du sanctuaire au rang de basilique mineure, et il a offert une bougie et une rose d'or au sanctuaire. Jean-Paul II est aussi allé prier et s'agenouiller devant le mur de l'apparition[7].
  • Le , le pape François a visité le sanctuaire de Knock dans le cadre d'une visite en Irlande pour la 9e rencontre mondiale des familles.
Visiteurs et événements religieux

Grands rassemblements[modifier | modifier le code]

Une neuvaine[N 4] en l'honneur de Notre-Dame de Knock a lieu chaque année en août et rassemble jusqu'à 100 000 pèlerins d'Irlande et du monde entier. Les pèlerins viennent pour participer à la prière et écouter les enseignements spirituels. La neuvaine annuelle a été créée en 1977 par le curé de l'époque de Knock, Mgr James Horan (en). Le mois d'août a été choisi comme le mois particulier pour la dévotion à Marie, car on y trouve deux fêtes importantes : la fête de Notre-Dame de Knock, le 21 août, et la fête de l'Assomption, le 15 août[7].

Le dernier jeudi de chaque mois est spécialement dédié aux malades et invalides. Une messe spéciale y est célébrée, et le sacrement des malades proposé aux pèlerins. Un autre grand rassemblement annuel est la messe du Padre Pio en septembre, qui attire jusqu'à 15 000 pèlerins à chaque édition[7].

Importance économique[modifier | modifier le code]

Aéroport de Knock en août 2013

Bien qu'il soit resté pendant près de 100 ans un important lieu de pèlerinage irlandais, Knock ne s'est imposé comme un site religieux mondial, essentiellement qu'au cours du dernier quart du XXe siècle. Cela est en grande partie dû au travail de son curé, Monsignor James Horam (en). Celui-ci a présidé une importante reconstruction du site, avec la mise à disposition d'une nouvelle grande basilique dans le sanctuaire (la deuxième en Irlande) à côté de l'ancienne église. Horan a obtenu du Taoiseach irlandais Charles James Haughey des millions de livres d'aides d'État pour construire un grand aéroport près de Knock, ouvert en 1985[3]. Le projet a été condamné par les critiques des médias. À l'époque, l'économie irlandaise était en dépression avec une émigration massive. Cependant, contrairement aux attentes des critiques, depuis 2003, les compagnies aériennes nationales, low-cost et régionales, notamment Aer Lingus, MyTravelLite, Bmibaby, Ryanair, Aer Arann, flybe, Lufthansa et EasyJet ont ajouté des liaisons vers le Royaume-Uni et l'Europe continentale. Toutes le compagnies ne se sont pas maintenue, mais en 2005, l'aéroport traitait 500 000 passagers par an, et 770 000 en 2018[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. À cette époque, l'Irlande était encore entièrement sous domination britannique, et une forte tension politique et sociale traversait le pays. Une déclaration, par un évêque irlandais catholique, d'une « reconnaissance officielle d'une apparition mariale », en terre d’Irlande pouvait être vue ou vécue, par le gouvernement britannique et sa population anglicane comme une « provocation ».
  2. Les sources sont imprécises sur ce point.
  3. Les causes de ce ralentissement semblent multiples et imbriquées. Différents auteurs évoquent pêle-mêle le déficit d'infrastructure d'accueil des pèlerins, l'amélioration du niveau de vie moyen des Irlandais, ou le « scandale » causé par la religieuse de Kenmare.
  4. a et b Période de prière de neuf jours autour des 15 août et 21 août.
  5. L'année 1954 a été déclarée par le pape « année mariale ». Et le 8 décembre est la fête de l'Immaculée Conception.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Yves Chiron, Enquête sur les apparitions de la Vierge, Perrin, , 427 p. (ISBN 978-2-262-02832-9), p. 240-244.
  2. a b c et d (en) Larry Peterson, « Who is Our Lady of Knock? The silent apparition », Alteia,‎ (lire en ligne, consulté le 5 mai 2020).
  3. a b c d e f g et h (en) « The Story of Knock », knockshrine.ie (consulté le 27 avril 2020).
  4. Yves Chiron 2007, p. 242-243.
  5. a b c d e f g et h (en) « Sacred Spaces at Knock Shrine », sur knockshrine.ie (consulté le 1er mai 2020).
  6. a b c et d (en) Eugene Hynes, « Knock, visionaries of », sur Oxford University Press, oxforddnb.com (consulté le 27 avril 2020).
  7. a b c d e f g h i et j (en) Joan Geraghty, « Knock Shrine », Mayo News,‎ (lire en ligne, consulté le 27 avril 2020).
  8. a b c et d (en) John White, « The Cusack Papers; new evidence on the Knock apparition », History Ireland, vol. 4,‎ (ISSN 0791-8224, lire en ligne, consulté le 27 avril 2020).
  9. Yves Chiron 2007, p. 242.
  10. a b c et d (en) Bridget Haggerty, « Our Lady of Knock Shrine - Place of Mystery and Miracles », sur irishcultureandcustoms.com, Irish culture and customs (consulté le 27 avril 2020).
  11. a et b (en) Richard Gibbons, « Ireland: new Parish Priest for National Shrine at Knock », Independent Catholic News,‎ (lire en ligne, consulté le 27 avril 2020).
  12. (en) « Welcome to Knock Shrine », sur knockshrine.ie (consulté le 5 mai 2020).
  13. (en) « Ireland's National Marian Shrine, Knock in Co. Mayo », sur mayo-ireland.ie (consulté le 27 avril 2020).
  14. (en) Dan Barry, « A Worldly Accomplishment Is Rewarded With a Heavenly One », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 27 avril 2020).
  15. (en) « About us », sur irelandwestairport.com (consulté le 27 avril 2020).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]