Samantha Bailly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Samantha Bailly
Description de cette image, également commentée ci-après
Samantha Bailly lors des Imaginales en 2016
Naissance (31 ans)
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

  • Série Au-delà de l'oraison
  • Série Les Stagiaires
  • Série Nos âmes jumelles

Samantha Bailly, née le , est une autrice, scénariste et vidéaste française. Elle est présidente de la Ligue des auteurs professionnels et ex-présidente de la Charte des auteurs et des illustrateurs jeunesse.

Biographie[modifier | modifier le code]

À l’issue d'un parcours d’études littéraires, Samantha Bailly obtient un master de littérature comparée et un master de lettres appliquées aux techniques éditoriales et à la rédaction professionnelle[1]. En parallèle de ses études, elle travaille au sein de la société de jeux vidéo Ubisoft[2].

Son premier roman, La Langue du silence, réédité aux éditions Bragelonne sous le titre Oraisons, reçoit le prix Imaginales des lycéens 2011 et le prix Jeunesse Marais Page 2011[3].

Auteur de romans de fantasy, de romans réalistes contemporains, de contes, de scénarios de mangas et de films, elle navigue entre tous les genres qui interpellent son imaginaire. Son projet majeur est la construction d’une fresque d’ouvrages sur sa génération et son rapport au réel. En 2014 est sorti le roman Les Stagiaires, dont les droits ont été cédés au cinéma, puis en 2017 et 2018 À durée déterminée et Indéterminés aux éditions Jean-Claude Lattès[1].  

Samantha Bailly tente de déchiffrer à travers la fiction les mécanismes qui vont de pair avec ce que l’on nomme « la génération Y », les personnes nées approximativement entre 1980 et 1990[1].

Elle a écrit le scénario de la série manga Alchimia, publiée chez Pika Édition[4], ainsi que divers scénarios pour les jeux vidéo.

En automne 2018, elle annonce sa décision de devenir une « autrice hybride » : sans quitter l'édition traditionnelle pour ses œuvres déjà insérées dans le circuit, elle expérimente l'autopublication et la commercialisation numérique indépendante de La Marelle[5]. Interrogée dans la presse, elle explique sa démarche : « Le constat que j’opère, comme tous les auteurs, c’est que les revenus diminuent. Et que l’édition numérique permet un complément de revenu intéressant[6]. » Cependant, avant même la parution du livre, cette initiative lui vaut immédiatement une volée de bois vert de la part d'éditeurs et de libraires français sur les réseaux sociaux, que la dimension sexiste apparente, selon une tribune, à une « chasse aux sorcières[7] ».

Elle finit par avoir gain de cause avec d'autres auteurs auto-édités : à partir du 15 septembre 2020, ces auteurs bénéficient d'une couverture sociale au même titre que leurs confrères et consoeurs qui travaillent avec des éditeurs[8].

YouTube[modifier | modifier le code]

En 2016, Samantha Bailly lance une chaîne YouTube[9] qui aborde des thèmes très ciblés autour de l’écriture : comment structurer son histoire, le fonctionnement de l’envoi de son manuscrit à des éditeurs ou encore ce que c’est de vivre de l’écriture en France[10]. À contre-courant du milieu éditorial français, elle y défend la profession d'agent littéraire, intermédiaire entre l'auteur et son ou ses éditeurs[11],[12].

En , elle commence une série de vlog avec Anne-Fleur Multon[13], dans laquelle elles présentent les sessions d'écritures de leur roman C'est pas ma faute, paru le .

Engagements sociaux[modifier | modifier le code]

La couronne mortuaire en papier est accompagnée d'un message écrit en blanc sur fond bleu : "Pas d'auteurs, pas de livres."
Couronne mortuaire lors des obsèques du Livre de Demain, happening satirique du mouvement #PayeTonAuteur, en au Jardin du Palais-Royal[14].

Le , elle est élue présidente de la Charte des auteurs et des illustrateurs jeunesse[15]. Très engagée dans la défense des droits des auteurs, elle mène sur les réseaux sociaux le mouvement #PayeTonAuteur et #AuteursEnColère à partir de [16],[17].

Le , à la Maison de Balzac à Paris, en association entre la Charte, les États généraux de la Bande dessinée et le SNAC BD, elle participe à la fondation de la Ligue des auteurs professionnels[18]. Rassemblement inédit de toutes les personnes rémunérées en droits d'auteur (professionnelles de l'écriture de fiction et de non-fiction, illustration et traduction) sans distinction de genres littéraires, de notoriété et de revenus, la Ligue estime qu'« il est urgent de construire les changements qui permettront de sauver un métier en grand danger[19] ». Samantha Bailly en devient présidente, secondée de Marie-Aude Murail comme vice-présidente autrice, Denis Bajram en vice-président illustrateur, avec le soutien de Tatiana de Rosnay et Joann Sfar, respectivement présidente et président d'honneur[20]. La Guilde française des scénaristes salue le jour-même par communiqué de presse la création de la Ligue[21].

En , l'autrice passe le flambeau de la présidence de la Charte des auteurs et des illustrateurs jeunesse à l'auteur Guillaume Nail. Elle prend cependant le rôle de vice-présidente et commente à l'occasion de cette passation :

« En discutant avec Christian Grenier, premier président de l’association, j’ai réalisé combien la situation des auteurs était inchangée depuis 1975, notamment quant à la question des pourcentages inférieurs en jeunesse [...]. J’ai aussi constaté combien certaines pratiques avaient évolué dans le bon sens, en transformant les mentalités[22]. »

Œuvres[modifier | modifier le code]

Série Souvenirs perdus[modifier | modifier le code]

  1. Étrangère, Syros, 2014
  2. Cendres, Syros, 2014
  3. Pluie, Syros, 2015

Série Au-delà de l'oraison[modifier | modifier le code]

  1. La Langue du silence, Mille Saisons, 2009
    Samantha Bailly lors des Imaginales 2012
  2. La Chute des étoiles, Mille Saisons, 2010
  3. Oraisons - L'Intégrale, Bragelonne, 2013

Série Les stagiaires[modifier | modifier le code]

  1. Les Stagiaires, Milady, 2014
  2. A durée déterminée, JC Lattès, 2017
  3. Indéterminés, JC Lattès, 2018

Série Nos âmes jumelles[modifier | modifier le code]

  1. Nos âmes jumelles, Rageot, 2015
  2. Nos âmes rebelles, Rageot, 2016
  3. Nos âmes plurielles, Rageot, 2017

Romans indépendants[modifier | modifier le code]

Contes[modifier | modifier le code]

Mangas[modifier | modifier le code]

Pratique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « L’auteur – Samantha Bailly », sur samantha-bailly.com (consulté le 17 avril 2018).
  2. Voir sur elbakin.net.
  3. Voir sur Livres Hebdo.
  4. « Nouvelle création manga », Pika Editions,‎ (lire en ligne, consulté le 17 avril 2018).
  5. « La Marelle : point d’étape – Samantha Bailly » (consulté le 26 février 2019).
  6. « Autoédition : les auteurs “contraints de trouver d'autres revenus” », sur actualitte.com, ActuaLitté, (consulté le 26 février 2019).
  7. Sophie Lombard, « Samantha Bailly, sorcière », sur actualitte.com, ActuaLitté, (consulté le 27 février 2019).
  8. Maëlle Le Corre, « Le milieu de l'autoédition gagne son indépendance face à la toute-puissante édition traditionnelle », sur Slate.fr, (consulté le 30 septembre 2020)
  9. « Samantha Bailly », sur YouTube (consulté le 17 avril 2018)
  10. « 3 chaînes YouTube riches en conseils d’écriture », madmoiZelle.com,‎ (lire en ligne, consulté le 17 avril 2018)
  11. Samantha Bailly, « Pourquoi je suis représentée par un agent littéraire | Samantha Bailly », (consulté le 16 août 2018)
  12. La rédaction, « Samantha Bailly : pourquoi j'ai choisi de travailler avec un agent littéraire », Actualitté,‎ (lire en ligne, consulté le 16 août 2018)
  13. Samantha Bailly, « VLOG - ÉCRIRE À 4 MAINS », (consulté le 16 août 2020)
  14. Nicolas Gary, « Le livre de demain est mort : mise en terre ce 9 juillet », Actualitté,‎ (lire en ligne, consulté le 17 août 2018)
  15. Fred Ricou, « Samantha Bailly, nouvelle présidente de la Charte », Actualitté,‎ (lire en ligne, consulté le 17 avril 2018)
  16. Marine Ditta, « #PayeTonAuteur : sur les réseaux sociaux, la révolte gronde contre le Salon du Livre de Paris », SudOuest.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 17 avril 2018)
  17. Barbara Fasseur, « Artistes auteurs en colère : littérature et productivité sont incompatibles », Actualitté,‎ (lire en ligne, consulté le 16 août 2018)
  18. Hervé Hugueny, « Des écrivains et des organisations se fédèrent dans une Ligue des auteurs professionnels », Livres Hebdo,‎ (lire en ligne, consulté le 8 septembre 2018)
  19. « Ligue.auteurs.pro ▹ Ligue des auteurs professionnels », sur Ligue des auteurs professionnels (consulté le 8 septembre 2018)
  20. Nicolas Gary, « Fondation de la Ligue des auteurs professionnels : créer est un métier », Actualitté,‎ (lire en ligne, consulté le 8 septembre 2018)
  21. Guilde français des scénaristes, « La Guilde salue la création de la Ligue des auteurs professionnels », Twitter,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le 8 septembre 2018)
  22. Antoine Oury, « Guillaume Nail, président de la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse », sur www.actualitte.com, ActuaLitté, (consulté le 27 février 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :