Saint-Valère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Valère
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Centre-du-Québec
Subdivision régionale Arthabaska
Statut municipal Municipalité
Maire
Mandat
Marc Plante
2017-2021
Constitution
Démographie
Gentilé Valérien, Valérienne
Population 1 263 hab.[1] (2016)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 03′ 52″ nord, 72° 05′ 44″ ouest
Superficie 10 811 ha = 108,11 km2
Divers
Code géographique 39135
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-du-Québec

Voir sur la carte administrative du Centre-du-Québec
City locator 14.svg
Saint-Valère

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Saint-Valère

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Saint-Valère

Saint-Valère est une municipalité du Québec située dans la MRC d'Arthabaska, dans le Centre-du-Québec[2]. Elle est au nord-ouest de la municipalité de Victoriaville.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premiers habitants vinrent s'y établir en 1835. Elle est nommée en l'honneur du député Valère Guillet (1796-1881)[3]. Les premières industries furent la vente du "sâle" ou potasse, le commerce des écorces de pruche, une tannerie nommée "La Tannerie Farly" construite vers 1865. On y compte aussi plusieurs moulins dont un moulin à scie à vapeur pour fabriquer des bardeaux (fermeture en 1905), un moulin à eau qui servait à fabriquer de la planche, du bardeau, des moulures et cardait la laine qui fût incendié en 1953. En 1923, une manufacture de portes et chassis fût également incendiée en février 1948 et reconstruite pour finalement être fermée en 1955. Six fromageries ont déjà été en fonction, dont la première en 1888[4].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village possède un territoire s'étendant sur 108 km² et compte 1 352 habitants. L'agriculture est la principale activité économique de la municipalité, qui possède aussi une fraisière et plusieurs cabanes à sucre. La piste cyclable du Parc linéaire des Bois-Francs, qui fait partie du réseau de la route verte, passe à proximité de la municipalité.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs

Période Identité
1906 1917 Jules Landry
1917 1925 Thomas Thibault
1925 1927 Alphonse Vigneault
1927 1931 Thomas Thibault
1931 1935 Alphonse Vigneault
1935 1937 Jos-Jules Babineau
1937 1943 Émile Houle
1943 1945 Donat Poirier
1945 1955 René Provencher
1955 1961 Eloi Tardif
1961 ? Arthur Savoie
1997 2005 Marcel Lévesque
2005 2009 Thérèse Domingue
2009 2017 Louis Hébert
2017 en cours Marc Plante

[5]Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1996 2001 2006 2011 2016
1 337 1 308 1 299 1 286 1 263

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Sainte-Eulalie Daveluyville Saint-Rosaire Rose des vents
Saint-Samuel N Victoriaville
O    Saint-Valère    E
S
Sainte-Clotilde-de-Horton Saint-Albert

Points d'intérêts[modifier | modifier le code]

L'église de Saint-Valère[modifier | modifier le code]

Église catholique construit en 1905-1907 suite à un incendie en 1904.

Bibliothèque de Saint-Valère[modifier | modifier le code]

Fondée en 1980 par Hélène Provencher et 3 autres membres de l'AFEAS, elle a d'abord été dans les locaux de l'école primaire. Elle a déménagé dans ses locaux actuels en 2004. Madame Provencher en a été la responsable durant 35 ans (1980-2006)[6].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Recensement du Canada, 2016
  2. Gouvernement du Québec, « Répertoire des municipalités : Saint-Valère », sur Ministère des Affaires municipales, Régions et Occupation du territoire (consulté le 18 janvier 2011)
  3. Toponymie : Saint-Valère
  4. Histoire de la paroisse Saint-Valère d'Arthabaska, 1861-1961.
  5. « Élections municipales 2005 »
  6. « Hélène Provencher tourne la page - La Nouvelle Union et L'Avenir de l'Érable », La Nouvelle Union et L'Avenir de l'Érable,‎ (lire en ligne)