Farah Alibay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Farah Alibay, née à Montréal, au Québec, est une ingénieure en aérospatiale canadienne qui travaille présentement au Jet Propulsion Laboratory, un centre de recherche spatial géré par le California Institute of Technology et affilié à la NASA.

Jeunesse et éducation[modifier | modifier le code]

Farah Alibay a grandi dans la ville de Joliette, au Québec, où elle est restée jusqu'à quatorze ans. Pendant son secondaire 2, alors qu'elle étudie à l'École Les Mélèzes, la famille Alibay déménage à Manchester, en Angleterre[1], en raison de l'emploi de son père, qui travaillait pour la Scott Paper Company[2].

Alibay a par la suite étudié à l'Université de Cambridge, où elle a complété un baccalauréat ainsi qu'une maîtrise en ingénierie et technologie spatiale en 2010[3].

Elle a obtenu son doctorat en ingénierie des systèmes spatiaux au Massachusetts Institute of Technology (MIT) en 2014[3], et c'est au MIT qu'elle a effectué un stage au Jet Propulsion Laboratory (JPL)[4]. Ses recherches de doctorat ont porté sur l'utilisation de systèmes multi-véhicules dans un cadre spatial et temporel prédéterminé pour l'exploration des corps planétaires du système solaire[5]. Après sa maîtrise, Alibay a participé au stage de la NASA Academy au Goddard Space Flight Center, à travers lequel elle a été présentée aux nombreux centres et activités de la NASA. C'est là qu'elle a découvert sa passion pour l'exploration planétaire robotique[1]. Alibay a parlé de la valeur des bons mentors lorsqu'elle était stagiaire et elle-même encadre les femmes stagiaires à la suite de cette expérience positive[4].

En 2013, Alibay a reçu le AeroAstro Graduate Teaching Assistantship Award au MIT, pour son travail exceptionnel, en tant qu'assistante d'enseignement, sur l'intégration du logiciel Concurrent Design Facility dans le programme[6].

L'atterrisseur de la Mission InSight

Carrière[modifier | modifier le code]

Alibay est basé au Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la NASA et est ingénieur en systèmes de charge utile sur la mission InSight[1], un vaisseau spatial robotique conçu pour étudier la croûte, le manteau et le noyau de la planète Mars qui a décollé en mai 2018. Avant le lancement, Alibay était responsable de l'intégration et des tests appropriés de tous les instruments du vaisseau spatial. Pendant que la mission attendait que le vaisseau spatial atterrisse à la surface de Mars, Alibay a aidé les équipes à se préparer pour les opérations[4] et a testé l'équipement du détecteur[7]. Pour célébrer l'atterrissage sur la dernière planète tellurique du système solaire en novembre 2018, elle s'est fait teindre les cheveux en rouge en l'honneur de Mars et du logo InSight[8].

De 2014 à 2016, Alibay était l'ingénieure de systèmes (systems engineer) de la mission Mars Cube One, une mission compagnon d'InSight[1],[4].

Farah Alibay est au cœur de la mission Mars 2020 de la NASA, la mission spatiale qui a envoyé sur Mars l'astromobile Perseverance et l'hélicoptère Ingenuity. Elle fait partie de l'équipe qui gère les opérations de surface et l'envoi des signaux qui permettent de piloter ces robots sur Mars[9].

Farah Alibay, Space shuttle cockpit simulator

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Farah Alibay se démarque par son identité assumée, ses mèches de cheveux colorées et un badge en forme de cœur aux couleurs arcs-en-ciel de la communauté LGBT qu'elle arbore sur ses vêtements[2].

Alibay a été beaucoup inspirée par l'astronaute et pilote canadienne Julie Payette et ses voyages dans l'espace (STS-96 et STS-127), et mentionne lors d'une entrevue : « Ça m'a vraiment fait quelque chose. C'est une Québécoise, c'est une fille, elle parle français, elle est dans l'espace. Ça veut dire que moi aussi je peux faire ça si je veux[2]. »

Elle aime les activités de plein air, notamment la randonnée, le camping, le vélo et le ski, et aime également l'haltérophilie. Elle est également une grande sœur dans le cadre du programme Big Brothers Big Sisters of America[1]. Sa lune préférée est Encelade de Saturne en raison de ses geysers[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e « Farah Alibay | Systems Engineer », sur NASA Solar System Exploration (consulté le 1er août 2020)
  2. a b et c « Une QUÉBÉCOISE SCIENTIFIQUE à la NASA! »
  3. a et b « ISSC About », sur www.intersmallsatconference.com (consulté le 1er août 2020)
  4. a b c d et e (en-GB) Mary Halton, « When flying to Mars is your day job », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 1er août 2020)
  5. Farah Alibay, « Evaluation of multi-vehicle architectures for the exploration of planetary bodies in the Solar System », Massachusetts Institute of Technology (thèse),‎ (lire en ligne, consulté le 1er août 2020)
  6. « MIT AeroAstro News July 2013 », sur web.mit.edu (consulté le 1er août 2020)
  7. (zh-HK) « 照看洞察號 科學家又悶又擔心 », sur Apple Daily 蘋果日報 (consulté le 1er août 2020)
  8. (en) « Women make their mark on InSight Mars landing. », sur spectrumnews1.com (consulté le 1er août 2020)
  9. « Une Québécoise aux commandes de Perseverance »,