Menthe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mentha

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Menthe (homonymie).

Les menthes forment un genre (Mentha) de plantes herbacées vivaces de la famille des Lamiacées (Labiées), sous-famille des Nepetoïdeae, tribu des Menthae, comprenant de nombreuses espèces, dont beaucoup sont cultivées comme plantes aromatiques et condimentaires, ornementales ou médicinales.

Si les menthes sont connues et appréciées pour leurs qualités aromatiques depuis l'Antiquité, certaines ont acquises une grande valeur économique depuis quelques décennies. Des 18 espèces de menthes actuellement acceptées, seulement trois (Mentha aquatica, M. canadensis, M. spicata) et leurs hybrides (M. x gracilis, M. x piperita, M. x villosonervata) dominent le marché mondial pour la production d'huile essentielle[1].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot « menthe » vient du latin menta, et comme le grec μίνθη / mínthê ou μίνθα / míntha, vraisemblablement emprunté à une langue méditerranéenne de substrat, non-indoeuropéenne[2].

Description[modifier | modifier le code]

La fleur des Mentha se caractérise par une combinaison de caractères[3] :

  1. 4 étamines plus ou moins égales
  2. filets nus
  3. anthère avec thèques (moitié d'anthère) distinctes, parallèles
  4. calice ±actinomorphe à 4 ou 5 lobes
  5. corolle à 2 lèvres légères
  6. nucule (akène à paroi dure) subellipsoïde, à apex arrondi

L'identification des espèces de menthe est difficile en raison de l'importance des hybridations qui se produisent dans ce groupe.

Distribution[modifier | modifier le code]

Les diverses espèces de menthe sont originaires des régions tempérées et subtropicales.

Plusieurs d'entre elles sont largement cultivées.

Usages[modifier | modifier le code]

  • Huile essentielle, menthol (arôme)

De toutes les espèces de menthes du genre Mentha, celles qui ont connu le développement économique le plus notable de leur culture[4] sont : la menthe du Japon (Mentha canadensis), la menthe poivrée (M. x piperita), la menthe en épi (M. spicata) et la menthe écossaise (Mentha x gracilis Sole). Elles sont à l'origine d'une production importante d'huile essentielle en Inde (50 000 tonnes[5], 2014) et en Chine.

En ce qui concerne la première, la menthe du Japon (M. canadensis), la production est actuellement dominée par l'Inde après l'avoir été par le Japon dans la première moitié du XXe siècle puis par le Brésil.

La menthe du Japon est proche de la menthe des champs Mentha arvensis originaire d'Europe mais contrairement à celle-ci, elle est très riche en menthol, un arôme naturel utilisé pour aromatiser les cigarettes, les gommes à mâcher, les boissons, pour l'hygiène buccale, les cosmétiques et l'industrie pharmaceutique. Les cultivars de menthe du Japon sont très utilisés en Asie car ils fournissent la principale source commerciale pour la production de (-)-menthol naturel[6].

Les États-Unis produisent principalement de la menthe poivrée, de la menthe en épi et de la menthe écossaise.

  • Médicinale

La menthe est l’une des plantes médicinales les plus célèbres. Elle est connue et utilisée dans le pourtour méditerranéen depuis l'Antiquité.

Elle aurait des vertus digestives, spasmolytiques, carminatives, antiseptiques, toniques et stimulantes. Elle participerait à l’équilibre digestif et améliorerait le tonus général. Les herboristes, même s'ils connaissent parfaitement les diverses espèces de menthes, traitent des propriétés de « la Menthe » de manière collective (Lieutaghi[7], 1966), exception faite de la menthe pouliot.

Menthe à l'eau en Provence
Limonade à la menthe servie en Syrie

La menthe verte est employée très couramment comme herbe aromatique, principalement dans les cuisines méditerranéennes, par exemple dans le thé à la menthe ou le taboulé, et asiatiques (vietnamienne) avec les nems et les salades.

La menthe poivrée est la plus utilisée en phytothérapie, pour ses propriétés, connues de la tradition et étudiées scientifiquement[8],[9]. En France, la menthe poivrée est très cultivée pour les besoins pharmaceutiques (notamment contre les démangeaisons), en particulier dans les régions de Milly-la-Forêt et de Chemillé, près d'Angers. Elle contient une forte quantité de menthol, à l'origine de la sensation de fraîcheur ou de froid (car stimulant les mêmes récepteurs que ceux qui dans la bouche sont sensibles au froid). La menthe poivrée contient aussi d'autres terpènes. L'odeur est caractéristique de la saveur camphrée. L'essence de menthe verte est moins soutenue car elle est plus pauvre en menthol, remplacée par la carvone, principe actif du carvi.

Par ailleurs, l'huile essentielle de menthe est très utilisée en aromathérapie (surtout la menthe poivrée), en phytothérapie et dans la médecine japonaise (surtout la menthe du Japon). Elle ne doit pas être mise en contact avec les muqueuses tant qu'elle n'est pas diluée.

  • Culinaire, boisson

Alcool de menthe, liqueur de menthe et sirop de menthe sont des boissons courantes, généralement colorées artificiellement en vert ou bien incolores. Le sirop de « menthe glaciale » est généralement blanc ou légèrement bleuté alors que le sirop de menthe traditionnel est souvent coloré en vert (sans colorant, sa couleur naturelle est en effet plus proche du brun que du vert émeraude).

La menthe est également utilisée en cocktail :

  • classiques, comme le mint julep et le mojito
  • en Belgique et en France, le mélange pastis, sirop de menthe et eau s'appelle perroquet à cause de la couleur vert tendre rappelant celle du perroquet vert (en Belgique francophone, le perroquet est la boisson obtenue en ajoutant de la menthe à la bière pils blonde. Une variante très classique est l'ajout de menthe à la bière blanche). Le mélange pastis, sirop de menthe et sirop de grenadine s'appelle une feuille d'automne. La limonade mélangée à du sirop de menthe s'appelle diabolo-menthe. L'Orangina mélangée à du sirop de menthe s'appelle un cowboy (un indien est plus classique, mélange d'Orangina et de grenadine). La bière mélangée à du sirop de menthe s'appelle une valse (un tango, plus classique, est un mélange de bière et de grenadine) ou perroquet (Belgique). En Belgique, la bière blonde mélangée à du Coca-Cola et du sirop de menthe est quant à lui appelé cercueil.

Allergie[modifier | modifier le code]

Il existe des cas d'allergie ou intolérance à la menthe. Ces cas sont assez rares, mais impliquent souvent une réaction dès l'inhalation, car l'odeur de la menthe généralement très forte suscite alors nausées et vertiges. Mais les symptômes peuvent aussi être d'ordre physique ou respiratoire (eczéma, asthme, etc.). Ils peuvent être spécifiques à certaines variétés de menthe: on peut être allergique à la menthe la plus répandue dans les produits alimentaire, mais tolérer par exemple la menthe poivrée et le menthol. La cause de l'allergie relève de ce que certaines protéines, ou composés chimiques contenus dans les menthes peuvent être identifiées comme néfastes par l'organisme (comme les salicylates, ou linalol). L'allergie peut être croisée avec d'autres membres de la famille des lamiacées[10],[11],[12],[13],[14].

Principales espèces[modifier | modifier le code]

En 1753, Carl Linné donnait dans Species plantarum, une liste de dix espèces du genre Mentha[15] : Mentha crispa, M. spicata, M. aquatica, M. piperita, M. gentilis, M. arvensis, M. canadensis, M. pulegium, M. cervina, M. canariensis.

Depuis lors, plus de 3000 noms, allant de l'espèce à la formae, ont été publiées pour le genre Mentha (Tucker et Naczi[3], 2006). Il est possible que 95 % d'entre eux soient des synonymes ou soient illégitimes, le reste étant pour la plupart des taxons infraspécifiques. Les études de systématique du genre Mentha sont particulièrement difficiles en raison de la facilité d'hybridation, compliquée du fort polymorphisme, de la polyploïdie, et de l'importance de la culture et de la multiplication végétative.

Liste d'espèces[modifier | modifier le code]

L'analyse des caractères morphologiques, du nombre de chromosomes et des composants chimiques des huiles essentielles, ont permis à Tucket et Naczi de retenir les 18 espèces suivantes[3], avec leur nombre de chromosomes 2n :

  1. Mentha aquatica L., 2n=96 – Menthe aquatique; Europe, Afrique du Nord, Proche-Orient
    M. aquatica var. aquatica
    M. aquatica var. citrata (Ehrh.) Fresen. menthe bergamote, menthe citronnée
  2. Mentha arvensis L., 2n=72– Menthe des champs, syn. (Mentha gentilis L.), Europe
  3. Mentha australis R. Br., 2n=72, Australie
  4. Mentha canadensis L., 2n=96 – menthe du Japon, syn. Mentha haplocalyx Briq., M. arvensis f. piperascens Malinv. ex Holmes, culture commerciale importante en Inde et en Chine pour la production d'huile essentielle riche en menthol ; originaire d'Amérique du Nord et d'Asie orientale
  5. Mentha cervina L., 2n=26 – menthe des cerfs, Espagne, Portugal, France
  6. Mentha dahurica Fisch. ex. Benth., 2n=72, Sibérie orientale, Chine de Nord, Japon
  7. Mentha diemenica Spreng., 2n=120, Australie
  8. Mentha gattefossei Maire, 2n=48 – Maroc
  9. Mentha grandiflora Benth., 2n=? – Australie
  10. Mentha japonica (Miq.) Makino, 2n=48 – Japon
  11. Mentha laxiflora Benth., 2n=?, Australie
  12. Mentha longifolia (L.) L., 2n=24 (48) – menthe sylvestre, synonyme Mentha asiatica, avec 22 sous-espèces, elle a le plus vaste domaine géographique
  13. Mentha pulegium L., 2n=20 (30, 40) – Menthe pouliot ou pouliot, très utilisée en Italie et en Espagne, et pour la confection de bonbons à la menthe, mais aussi en médecine vétérinaire ; Europe, Afrique du Nord, Asie tempérée
  14. Mentha repens (J.D. Hook.) Briq., 2n=?, Australie
  15. Mentha requienii Benth. 2n=18 – Menthe de Corse ou Menthe de Requien
  16. Mentha satureiodes R.Br., 2n=ca. 144, Corse, Sardaigne
  17. Mentha spicata L., 2n=48 – Menthe verte, la menthe en épi, ou menthe douce ou menthe verte, utilisée en Afrique du Nord et Moyen-Orient pour préparer le thé à la menthe
    M. spicata var. crispata
    M. spicata subsp. condensta
    M. spicata var. undulata ; originaire d'Asie occidentale tempérée et du sud-est de l'Europe
  18. Mentha suaveolens Ehrh., 2n=24 – Menthe odorante, menthe à feuilles rondes ; Europe, Afrique du Nord, Turquie

Sections[modifier | modifier le code]

Les espèces sont regroupées en 4 sections[3] :

1. section Pulegium (Mill.) Lam. & DC : pas de stolon

  • M. grandiflora Benth.
  • M. pulegium L.
  • M. requienii Benth.

2. section Tubulosae (Briq.) Tucker : pas de stolon, feuille entière

  • M. diemenica Spreng.
  • M. repens (Hook f.) Briq.

3. section Eriodontes Benth. in DC.

  • M. australis R.Br.
  • M. cervina L
  • M. gattefossei Maire
  • M. laxiflora Benth.
  • M. satureioides R. Br.

4. section Mentha

  • M. aquatica L.
  • M. arvensis L.
  • M. canadensis L.
  • M. dahurica Fisch.
  • M. japonica (Miq.) Makino
  • M. longiflolia (L.) L.
  • M. spicata L.
  • M. suaveolens Ehrh.

Hybrides de Mentha[modifier | modifier le code]

Menthe utilisée comme aromate
Mentha rotundifolia

Tucket et Naczi retiennent[3] les hybrides suivants:

Cultivar

Autres espèces appelées menthe[modifier | modifier le code]

Menthe est un nom attribué aussi, en langage courant, à d'autres plantes ne relevant pas du genre Mentha :

Pourrait appartenir à ce genre, mais aussi aux Teucrium, le pouliot des montagnes qui était un des multiples constituants de la thériaque de la pharmacopée maritime occidentale au XVIIIe siècle[16](Teucrium flavicans et Teucrium creticum ; ne pas confondre avec la menthe pouliot[17]).

Culture[modifier | modifier le code]

  • Commerciale

Quatre menthes sont l'objet une culture commerciale développée et ont donc une importance économique substancielle. Les principales cultures commerciales sont :

- aux États-Unis : la menthe poivrée, la menthe écossaise (Mentha x gracilis Sole), et la menthe en épi indigène (Native spearmint)
- en Inde : Mentha canadensis (cornmint), la menthe poivrée, la menthe écossaise, la menthe en épi
- en Chine : Mentha canadensis, la menthe écossaise, la menthe en épi
  • Dans les jardins potagers

C'est une plante qui supporte des tailles ou prélèvements assez fréquents et qui apprécie un sol bien humide et de préférence à la mi-ombre (mais elle s'acclimate sans difficultés partout ailleurs).
La menthe est parfois envahissante dans un jardin. Pour l'empêcher de conquérir le jardin par ses stolons[18], il suffit de délimiter sa zone de prolifération en enfonçant dans la terre un élément imputrescible et rigide de type barrière à bambou à minimum 35 cm de profondeur. Exemples : ardoise, briques, plaque de métal, bâche plastique, planche…

Prédateurs[modifier | modifier le code]

La Chrysomèle de la menthe (Chrysolina herbacea), petit insecte coléoptère brillant de la famille des Chrysomelidae est répandu.
Les chenilles polyphages des papillons de nuit Écaille lièvre (Spilosoma luteum) et Écaille tigrée (Spilosoma lubricipeda) de la famille des Arctiidés peuvent se nourrir de menthe[réf. souhaitée].

Calendrier[modifier | modifier le code]

Dans le calendrier républicain français, le 21e jour du mois de Messidor est dénommé jour de la Menthe[19].

Notes[modifier | modifier le code]


Références[modifier | modifier le code]

  1. A.O. Tucker, « Chap. I4 : Mentha: Economic Uses », dans Brian M. Lawrence (ed.), Mint: The genus Mentha, CRC Press,‎
  2. Pierre Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, histoire des mots, Paris, Klincksieck, 1968-1980, p. 704; nouvelle édition 2009.
  3. a, b, c, d et e A.O. Tucker, R. Naczi, « Chap. I : Mentha: An Overview of Its Classification and Relationship », dans Brian M. Lawrence (ed.), Mint: The genus Mentha, CRC Press,‎
  4. Brian M. Lawrence, « Chap. 7 : The Composition of Commercially Important Mints », dans Brian M. Lawrence, Mint : the genus "Mintha", CRC Press,‎
  5. ITC, « An Overview of Mentha arvensis Production »,‎ 2014
  6. Valtcho D. Zheljazkov et Tess Astatkie, « Effect of Distillation Time on Mentha canadensis Essential Oil Yield and Composition », HortScience, vol. 47, no 5,‎ , p. 643–647 (ISSN 0018-5345, 2327-9834, lire en ligne)
  7. Pierre Lieutaghi, Le livre des Bonnes Herbes, Marabout service, Robert Morel éditeur,‎
  8. McKay DL, Blumberg JB, A review of the bioactivity and potential health benefits of peppermint tea (Mentha piperita L.) , Phytother Res. 2006 Aug;20(8):619-33
  9. Monographie "Plants for a future" Mentha piperita
  10. Article d'ifood TV en anglais sur les allergies
  11. eHow sur les allergies en Anglais
  12. http://www.medhelp.org/posts/Allergy/Coping-with-Mint-allergy-sensitivity/show/380912
  13. Cleveland Clinic, sur les allergies en Anglais
  14. http://sante.journaldesfemmes.com/temoignage/temoignage/373147/allergie-a-la-menthe/
  15. Référence Biodiversity Heritage Library (Biodiversity Heritage Library) : 358597#page/19
  16. D'après Maistral, in Yannick Romieux, De la hune au mortier, Éditions ACL, Nantes, 1986.
  17. Histoire abrégée des drogues simples, Nicolas Jean-Baptiste G. Guibourt, 1826, page 41.
  18. (en) Abbas Aflatuni, « Variation in the Amount of Yield and in the Extract Composition Between Conventionally Produced and Micropropagated Peppermint and Spearmint », Journal of Essential Oil Research, vol. 17, no 1,‎ , p. 66–70 (ISSN 1041-2905, lire en ligne)
  19. Ph. Fr. Na. Fabre d'Églantine, Rapport fait à la Convention nationale dans la séance du 3 du second mois de la seconde année de la République Française, p. 28.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]