Porte mordelaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Porte mordelaise
2012-05-29 16-50-30-Porte mordelaise.jpg

La Porte (vue avant)

Présentation
Type
Porte
Construction
XVe
Propriétaire
commune
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Bretagne
Subdivision administrative
Ille-et-Vilaine
Commune
Rennes
Adresse
3-8 rue des Portes-Mordelaises (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de Rennes
voir sur la carte de Rennes
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Bretagne
voir sur la carte de Bretagne
Red pog.svg

La porte mordelaise[note 1] est un châtelet d'entrée, vestige des remparts de Rennes. Son emplacement date du IIIe siècle, à la création des premiers remparts, mais son architecture date principalement du XVe siècle. Il s’agissait de l’entrée principale de la ville de Rennes.

Les portes mordelaises tiennent leur nom de la ville de Mordelles, fief important dès le XIe siècle vers lequel donne cette entrée. Les futurs ducs devaient prêter serment devant cette entrée, elle est ainsi parfois nommée porte royale, porte ducale ou porte épiscopale. Elle servait d'entrée pour les cortèges et son pont-levis permettait une double protection contre les attaques.

Architecture[modifier | modifier le code]

La porte mordelaise (vue arrière).
La Porte mordelaise vue une nuit de pleine lune.
La rue des portes menant à la cathédrale.

La construction se compose d’une grande porte charretière et d’une petite porte piétonne, toutes deux en ogive, entre deux grosses tours couronnées de mâchicoulis[2]. Ces deux portes étaient jadis fermées par des ponts-levis à potence et contrepoids, et doublézq en arrière par une herse. Au-dessus de la grande porte se trouve une pierre gravée d'un blason : deux lions de part et d’autre d’une lance. C'est le drapeau des ducs de Monfort qui régnaient sur la Bretagne de 1364 à 1514.

Elle présente différents ouvrages défensifs : un fossé, un pont-levis, des mâchicoulis, ainsi que les restes d'une barbacane.

Historique[modifier | modifier le code]

La première enceinte de Rennes date du IIIe siècle. Les archéologues du XIXe siècle parlent de quatre portes pour la cité bretonne car la « ville romaine idéale » en comportait quatre ! Elles se seraient situées à l'emplacement de la porte Mordelaise, de la porte Saint-Michel ou Chastelière, de la porte Baudrière (située au sud-est de l'enceinte près du carrefour des rues de Rohan et Beau- manoir) et de la porte Aivière située en bas de la rue Le Bouteiller près de la chapelle Saint-Yves[3].

Elle fut rénovée plusieurs fois à partir de 1418[4] afin de servir de résidence aux gouverneurs de la ville, et ce jusqu’à la fin du XVIe siècle. Elle sert ensuite aux réunions de la communauté de la ville.

La porte est afféagée en 1723, alors qu’elle se trouve en très mauvais état[5].

Après la Révolution française, en 1793, elle devient une prison sous le nom de « porte Marat ». Comme beaucoup de toponymes révolutionnaires, elle reprend son nom initial peu de temps après[6]. On trouve aussi une attestation de « Morzelaise » pour Mordelaise[7].

Le 11 juin 1926, elle est inscrite aux monuments historiques[1].

Depuis 1997, la porte est de nouveau munie d'un pont-levis, réplique de celui du château de Montmuran[8].

Elle accueille aujourd’hui des services municipaux.[réf. nécessaire]

Projet de mise en valeur[modifier | modifier le code]

La porte mordelaise et les fouilles archéologiques en septembre 2014.

Au fil des années, les portes mordelaises ont un peu perdu de leur superbe, en raison notamment de leur position enclavée dans le centre historique de la ville. Cet isolement les empêche d'être bien connues des touristes alors qu'il s'agit de la seule porte fortifiée qui subsiste dans la ville.

La ville de Rennes a voté en mars 2015 un projet de mise en valeur de ces portes évalué à 10 millions d'euros[9]. De 2012 à 2015 ont eu lieu des fouilles archéologiques préventives au pied des portes mordelaises. En Septembre 2016 ont commencé des travaux d'aménagement, pour permettre d'ouvrir une promenade de 8 m de large le long des remparts à l’arrière des immeubles de la rue Nantaise. Un jardin dans les douves et un circuit touristique longeant les remparts jusqu'au square Hyacinthe-Lorette et la croix de la Mission sont prévus, pour une ouverture en 2019[10].

Inscription de Gordien III[modifier | modifier le code]

Une pierre de granit gravée[11], dédiée à l’empereur Gordien III (v.224 - 244), fut employée dans la construction de la porte. L’inscription était renversée[12], signe de l'utilisation d'une pierre d'un ancien bâtiment comme vulgaire pierre de taille.

Elle est mentionnée par Stendhal dans ses Mémoires d'un touriste en 1838 : « Une porte de la ville est en ogive, et l’une des pierres que l’on a employées pour la construire présente une inscription romaine. »

En 1874, cette pierre fut retirée ; elle fut offerte par M. Du Chatellier, le propriétaire de l’époque, au musée de Bretagne où elle est conservée dans une de ses réserves, boulevard Villebois-Mareuil[13]. Il s'agit d'une stèle votive érigée par le « sénat » de Rennes au IIIe siècle. Elle porte l'inscription suivante :

Inscription Transcription Traduction[14]

IMP.CAES
M.ANTONIO
GORDIANO.PIO
FEL.AUG.P.M.Tr
P.Cos.O.R

Imperatori Caesari
Marco Antonio
Gordiano Pio
Felici Augusto Pontifico Maximo, Tribunicia
Potestate, Consuli, Ordo Redonum

A l’empereur César
Marc-Antoine
Gordien pieux,
heureux, auguste, le plus grand pontife, revêtu de la puissance tribunicienne,
Consul, l’ordre (décurional) des Redones.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. On trouve aussi la désignation au pluriel : les portes mordelaises.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Notice no PA00090753, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Hervé Boulé, Rennes médiéval, Éditions Ouest-France, , p. 16.
  3. Jean Meyer, Histoire de Rennes, Privat, , p. 40.
  4. Société archéologique du Département d’Ille-et-Vilaine - Bulletin et mémoires... - Volumes 6-7 - 1868
  5. Lieux et bâtiments historiques de l’administration et de la Justice en Bretagne : Rennes ; Porte Mordelaise (ou porte Royale, XVe siècle), Centre d'histoire du droit de l'université de Rennes 1.
  6. Decombe 1883, p. 53
  7. Mowat 1870, p. 26
  8. Guide vert, Bretagne, éditions Michelin.
  9. « Rennes: La ville médiévale va refaire surface », sur www.20minutes.fr (consulté le 27 mars 2017)
  10. « Patrimoine. Rennes redonne vie à son histoire », Le Telegramme, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  11. Cf. CIL 13, 03153 = CAG-35, p. 193.
  12. P.A.E. Girault de Saint-Fargeau - Guide pittoresque du voyageur en France - 1838 - p.11
  13. Mathieu 2011, p. 125
  14. Mowat 1870, p. 20

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Mowat, Études philologiques sur les inscriptions gallo-romaines de Rennes, le nom de peuple Redones, Rennes, Paris, librairie Verdier, librairie A. Franck, (lire en ligne)
  • Lucien Decombe, Notices sur les Rues, Ruelles, Boulevards, Quais, Ponts, Places & Promenades de la ville de Rennes, Rennes, Alph. Le Roy fils, (lire en ligne)
  • Otto Hirschfeld et Karl Zangemeister, Inscriptiones trium Galliarum et Germaniarum latinae. Fasciculus prior, Inscriptiones Aquitaniae et Lugudunensis, Berlin, Preussische Akademie der Wissenschaften, coll. « Corpus Inscriptionum Latinarum » (no XIII-1-1), (lire en ligne), p. 494 (inscription n° 3153)
  • Paul Banéat, Le vieux Rennes, Paris, Réédition Lorisse, coll. « Monographies des villes et villages de France », , 656 p. (ISBN 2844350429), p. 448-453
  • Alain Provost et Gilles Leroux, L'Ille-et-Vilaine, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, coll. « Carte archéologique de la Gaule » (no 35), (ISBN 2-87754-013-8), p. 193 et sq (inscription et porte)
  • Marie-Pierre Baudry, « La Porte Mordelaise de la ville de Rennes », dans Nicolas Prouteau, Emmanuel de Crouy-Chanel et Nicolas Fauchere (dir.), Artillerie et fortification 1200-1600, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2011, coll. « Archéologie et Culture », 236p., (ISBN 978-2-7535-1342-6), p. 179-190
  • Emmanuelle Rosso, L'image de l'empereur en Gaule romaine : portraits et inscriptions, Paris, Ed. du Comité des travaux historiques et scientifiques, coll. « Archéologie et histoire de l'art » (no 20), (ISBN 978-2-7355-0583-8), p. 288-289 (inscription)

Articles :

  • M. Batt, « Rennes, fouille de sauvetage aux portes mordelaises », Archéologie en Bretagne, no 36,‎ , p. 40-41 (porte) (ISSN 0335-5233)
  • Nicolas Mathieu, « L’épigraphie dans l’Ouest armoricain, historiographie et constitution des collections locales », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, no 118-3,‎ , p. 125 et Fig. 2 (inscription) (ISBN 978-2-75351770-7, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]