Podu Iloaiei

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Podu Iloaiei
Gara Podu Iloaiei.jpg
La gare de Podu Iloaiei. Une plaque commémore la tragédie du „train oublié”.
Nom local
(ro) Podu IloaieiVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays
Județ
Localisation géographique
Chef-lieu
Podu Iloaiei (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Superficie
48,59 km2Voir et modifier les données sur Wikidata
Altitude
83 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Podu Iloaiei judetul Iasi.jpg
Démographie
Population
9 573 hab. ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Densité
197 hab./km2 ()
Fonctionnement
Statut
Ville roumaine (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Chef de l'exécutif
Gabi Constantin Istrate (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Contient les localités
Podu Iloaiei (d), Budăi (d), Cosițeni (d), Holm (d), Scobâlțeni (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Identifiants
Code postal
707365Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web

Podu Iloaiei est une ville de Moldavie roumaine, dans le județ de Iași. La commune comprend quatre villages : Budăi, Cosițeni, Holmu et Scobâlțeni.

Podu Iloaiei a obtenu le statut de la ville le 12 octobre 2005.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le , a été découvert un site archéologique, non loin du lieu-dit « Plan de la foire » (Șesul târgului), avec des traces d'habitation remontant à la culture de Cucuteni-Trypillia, mais datant aussi de l'antiquité dace et du moyen-âge moldave.

Toutefois ce sont les Juifs moldaves qui furent les fondateurs de Podu Iloaiei en 1818, lorsque le prince de Moldavie Scarlat Kallimachis promulgua une charte à cet effet. À la fin du XIXe siècle, ce bourg d'artisans et de marchands, devenu bifurcation ferroviaire, comptait 2736 habitants, juifs à 90%. Outre une yechiva, le bourg comptait depuis 1867 une école publique de 154 élèves, filles et garçons, une pharmacie, un dispensaire, neuf synagogues, une église, et un moulin à vapeur[1].

La tragédie du „train oublié” : les cadavres sont jetés hors du train.

Le 30 juin 1941, au début de la guerre de la Roumanie contre l'URSS, eut lieu à la gare de Podu Iloaiei la tragédie du „train oublié” : les Juifs de Iași, accusés en bloc de soutenir l'URSS, sont victimes d'un pogrom et les survivants sont déportés en plusieurs trains vers le port de Călărași sur le Danube pour en être expulsés vers la Bulgarie (dans l'Axe, mais pas en guerre contre les Alliés) et la Turquie (neutre). L'un des trains comprenait 18 wagons de marchandises (prévus pour „8 chevaux ou 40 hommes”) remplis de plus de 100 juifs chacun, hommes, femmes et enfants de tout âge, soit 1902 personnes en tout ; le dernier wagon contenait les corps de 80 juifs qui avaient été tués durant le pogrom de Iași. Privé de locomotive, ce train est « oublié » toute la journée sous un soleil de plomb sur une voie de garage de la gare de Podu Iloaiei et 1198 déportés meurent d'hyperthermie, déshydratés et asphyxiés : en fin de soirée un cheminot s'aperçoit de la situation et donne l'alerte[2],[3],[4].

Le lendemain, les victimes furent enterrées dans des fosses communes creusées à proximité (non sans avoir été pillées) et pour commémorer cette tragédie, une plaque rappelant ces événements a été installée dans la gare de Podu Iloaiei après la fin des dictatures.

La ville et la gare furent le théâtre de plusieurs offensives soviétiques en avril-août 1944 : la première offensive de Iași-Chișinău (en) qui permit à l'Armée rouge de pénétrer en Moldavie et comprend la bataille de Podu Iloaiei le , et la seconde offensive Iași-Chișinău le qui ouvrit le front roumain en concordance avec le passage de la Roumanie du côté des Alliés le . Largement détruite, la ville ne garde pratiquement aucun monument historique.

Elle a aujourd'hui une population mi-roumaine moldave, mi-tsigane, de religion chrétienne orthodoxe, car pendant le régime communiste de Roumanie, les juifs survivants sont presque tous partis en Israël.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Grand dictionnaire géographique de la Roumanie 1900, vol. V, article „Podul Iloaiei”, page 14 et [1]
  2. « Le progrom de Iasi », Revue d’Histoire de la Shoah, no 194,‎ (lire en ligne)
  3. (en) « Corpses are tossed from the train during a stop in Podu Iloaiei. », sur United States Holocaust Memorial Museum
  4. « 70 ans de questions lancinantes pour un survivant du pogrom de Iasi », sur Le Point

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :