Soulèvement du ghetto de Białystok

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Soulèvement du ghetto de Białystok
Description de cette image, également commentée ci-après

Les ruines fumantes du ghetto en 1943nuit du 15 au 16 août

Informations générales
Date -
Lieu Białystok, Pologne
Issue Victoire allemande
Belligérants
Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand Organisation Militaire Anti-Fasciste (en)
Commandants
Mordechaj Tenenbaum (en)
Daniel Moszkowicz (en)
Forces en présence
quelques centaines de combattants Juifs

Seconde Guerre mondiale

Batailles

Front de l’Est
Prémices : Campagne de Pologne · Guerre d’Hiver


Guerre Germano-sovietique :

  • 1941 : L'invasion de l'URSS

Opération Barbarossa
Front nord : Guerre de Continuation · Opération Silberfuchs · Siège de Léningrad
Front central : Bataille de Białystok–Minsk · 1re bataille de Smolensk · Bataille de Kiev
Front sud : Siège d'Odessa · Campagne de Crimée

  • 1941-1942 : La contre-offensive soviétique

Front nord : Poche de Demiansk · Poche de Kholm
Front central : Bataille de Moscou
Front sud : Seconde bataille de Kharkov

  • 1942-1943 : De Fall Blau à 3e Kharkov

Front nord : Offensive Siniavino · Opération Iskra · Bataille de Krasny Bor
Front central : Opération Mars
Front sud : Bataille du Caucase (opération Fall Blau) · Bataille de Stalingrad · Opération Uranus · Opération Saturne · Offensive Ostrogojsk-Rossoch · Offensive Voronej-Kastornoe · Troisième bataille de Kharkov

  • 1943-1944 : Libération de l'Ukraine et de la Biélorussie

Front central : 2e bataille de Smolensk · Opération Bagration
Front sud: Bataille de Koursk · Bataille du Dniepr · Offensive Dniepr-Carpates · Offensive de Crimée · Offensive Lvov-Sandomir

  • 1944-45 : Campagnes d'Europe centrale et d'Allemagne

Allemagne : Offensive Vistule-Oder · Offensive de Poméranie orientale · Siège de Breslau · Offensive de Prusse-Orientale · Bataille de Königsberg · Bataille de Seelow · Bataille de Bautzen · Bataille de Berlin · Capitulation allemande
Finlande : Guerre de Laponie
Europe orientale : Insurrection de Varsovie · Soulèvement national slovaque · Bataille de Budapest · Offensive Vienne · Insurrection de Prague · Offensive Prague · Bataille de Slivice


Front d’Europe de l’Ouest


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Bataille de l’Atlantique


Guerre du Pacifique


Guerre sino-japonaise


Théâtre américain

Le soulèvement du ghetto de Białystok est une révolte s'étant produite dans le ghetto de Białystok dans la nuit du 15 au 16 août 1943. Il a été mené par l'Organisation Militaire Anti-Fasciste (en) (Antyfaszystowska Organizacja Bojowa).

Présentation[modifier | modifier le code]

Le ghetto de Białystok - 1941-1943. La zone du soulèvement est colorée en marron. La flèche indique le point d'évasion

Le ghetto de Białystok (en) a été mis en place dès l'occupation de la ville par les troupes allemandes en juin 1941 et a regroupé les 56 000 Juifs qui vivaient alors dans la ville, constituant la grande majorité de la population.

Les Nazis prévoient de liquider le ghetto en février 1943, alors que 15 000 personnes y vivent encore. Ils doivent toutefois repousser leur projet en raison du déclenchement d'une résistance armée de la part de la population locale. Toutefois, les transferts vers les camps de concentration et d'extermination continuent à leur rythme normal.

La liquidation du ghetto reprend en août 1943. Dans la nuit du 15 au 16 août, des centaines de Juifs polonais commencent alors une lutte armée contre les troupes effectuant cette liquidation. Les hommes, menés par Mordechaj Tanenbaum et Daniel Moszkowicz ne sont armés que d'une mitrailleuse, de quelques douzaines de pistolets, de cocktails molotov et de bouteilles remplies d'acide. Haïka Grosman participe également à l'élaboration du soulèvement.

La résistance est vaincue presque instantanément, même si des combats se poursuivent pendant plusieurs jours dans des poches de résistance isolées. Les chefs du soulèvement se suicident après être parvenus à court de munition. Plusieurs douzaines d'insurgés parviennent à s'enfuir dans les forêts entourant la ville et à rejoindre les unités de partisan de l'Armia Krajowa.

La plupart des Juifs du ghetto sont envoyés vers les camps de Treblinka, Majdanek et Auschwitz. Environ 1 200 enfants sont envoyés à Theresienstadt, puis à Auschwitz.

Sur les près de 60 000 juifs qui vivaient dans la ville avant la guerre, seules quelques centaines ont survécu. Parmi eux, Pawel Korzec.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]