Ghettos juifs en Italie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ghettos en Italie
Ghetti ebraici in Italia
Antico ghetto di firenze before 1885.jpg

L'ancien ghetto de Florence (avant 1885)

Des quartiers juifs (parfois appelés giudecca) ont existé à différentes périodes de l'histoire du pays. En 1492, les Juifs de Sicile et de Sardaigne, territoires alors sous juridiction espagnole, sont expulsés en application du décret de l'Alhambra édictant l'expulsion des Juifs d'Espagne. Le ghetto de Venise est fondé par la République de Venise, le . C'est de ce dernier qu'est tiré le mot ghetto. Le , le pape Paul IV publie la bulle, Cum nimis absurdum, par laquelle il impose, dans les États pontificaux, des restrictions religieuses et économiques aux Juifs et créé les ghettos, dans les villes où résident les Juifs. Ces ghettos seront supprimés au XIXe siècle, à la suite du processus d'émancipation des Juifs italiens.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dès l'antiquité, la communauté juive en Italie, choisit de se regrouper pour pouvoir plus facilement observer les règles du judaïsme (éducation des enfants, abattage rituel, prière collective). L'existence des ancêtres des ghettos juifs est attestée et racontée, dès la domination romaine de l'Égypte : Philon d'Alexandrie décrit dans la Légation à Caius, les persécutions des juifs et comment les Juifs « furent entassés comme de vils troupeaux »[1].

Les quartiers juifs n'ont pas toujours été des lieux où les juifs étaient contraints de vivre. Ceux-ci portent les noms latin : Platea Judaeorum, italien : Giudecca, en français : Juiverie[2].

Le Corpus iuris civilis, au VIe siècle, impose aussi la ségrégation des Juifs et les oblige à résider dans des quartiers spéciaux, ancêtres des ghettos[3].

« L'idée du ghetto, dans son sens restreint, résulte de la tendance implantée dans le christianisme du IVe siècle au Ve siècle afin d'isoler les Juifs et les humilier »[2]. Cette idée apparait dans les conciles de l’Église du Moyen Age, en particulier lors du Troisième concile du Latran (1179), où les juifs et les chrétiens ne peuvent séjourner ensemble[4]. Dans le programme anti-juif des ordres religieux chrétiens, en particulier en Italie, il est appliqué, par exemple, à Bologne en 1417 et à Turin en 1425[2] ou en 1430. Ce quartier est institué par les statuts de Savoie d' Amédée VIII, duc de Savoie qui restreint, dans le Duché de Savoie, les droits des Juifs, révoque leurs privilèges, interdit de construire des synagogues et sépare les habitations des chrétiens et des Juifs, par la création de Judeasymes[5]. Les Statuts de Savoie édictés en 1430 par Amédée VIII de Savoie sont considérés comme un Édit de tolérance même s'ils imposaient aux Juifs un lieu de résidence forcé. Toutefois, il semble que ce dernier point n'ait pas été respecté jusqu'au XVIIIe siècle et la fondation du ghetto de Turin en 1723[6].

Cependant le ghetto, en tant qu'institution permanente, n'apparaît qu'en 1516, créé par la République de Venise, à Venise. Les juifs qui viennent y chercher refuge, sont acceptés sous condition qu'ils vivent dans le geto nuovo, une île isolée de Venise[2]. C'est en 1541, que le vecchio geto est ajouté et que l'ensemble est appelé Ghetto[2]. Le , le pape Paul IV publie sa bulle, Cum nimis absurdum : celle-ci impose aux Juifs, des États pontificaux, des restrictions religieuses et économiques et créé les ghettos, dans les villes où résident les Juifs. Les ghettos vénitien et romain ont été établis dans des contextes différents : à Venise, il s'agissait de résoudre la question de la présence mal acceptée de prêteurs juifs tandis qu'à Rome, l'objectif est la conversion de masse des Juifs[7].

En 1624, le pape Urbain VIII ordonne la concentration des Juifs dans la légation apostolique de Ferrare, à Lugo et à Cento[8].

Durant la Seconde Guerre mondiale, le ghetto d'Iseo est rétabli par l'Allemagne nazie. Le , 1 249 Juifs sont raflés dans le ghetto et la ville de Rome. Ils seront déportés dans le camp d'extermination d'Auschwitz. Seuls, 16 d'entre-eux en reviennent. Plusieurs camps de transit ou de concentration seront créés en Italie afin de regrouper les Juifs arrêtés dans le pays : il s'agit des camps de Borgo San Dalmazzo, Fossoli, Risiera di San Sabba à Trieste et celui de Bolzano.

Liste des ghettos Juifs en Italie[modifier | modifier le code]

Liste, partielle, des ghettos italiens officiels, classés par région, dans l'ordre de leur création :

Carte des rues, juiveries et ghettos en Italie

Italy provincial location map 2016.svg

L'Aquila (Via ed Arco dei Giudei in Paganica)
Casacanditella
Castel di Ieri
Guardiagrele
Lanciano
Loreto Aprutino
Tornimparte
Arena
Galatro (Largo Giudecca, Via Giudecca et Vico Primo Giudecca)
Martirano
Montalto Uffugo
Reggio de Calabre
Rossano (Piazza Giudecca et Via Giudecca)
Melito di Porto Salvo
Paola
Sarno
Naples
Somma Vesuviana
Argelato
Bologne
Imola
Longiano
Lugo
San Giorgio di Piano
Berra
Scandiano
Ro
Canale Monterano
Bomarzo
Filettino
Ronciglione
Lerici
Mornico Al Serio
Bagnolo San Vito
Brissago-Valtravaglia
Moglia
Viadana
Villimpenta
Urbin (via Monte degli Ebrei)
Camerino
Barchi
Gradara
Pesaro
Villimpenta
Acquasparta
Gualdo Tadino
Alexandrie (via Sale in Contrada Ebrei)
Niella-Belbo
Rivalta di Torino
San Francesco al Campo
Verolengo
Vicoforte
Ostuni (Passatoio dei Giudei)
San Severo
Trani
Alessano
Altamura (Claustro La Giudecca)
Carpignano Salentino
Gallipoli
Secli
Cursi
San Marino (viale Campo dei Giudei)
Alghero (Carrero des Hebreus)
Cagliari
Mineo
Naso
Trapani
Taormine
Livourne (Via Ebrei Vittime del Nazismo)
Villafranca in Lunigiana (Borgo degli Ebrei)
Anghiari
Cavallino-Treporti
Illasi
Marano di Valpolicella
Mogliano Veneto
Monselice
Nogarole Rocca
Pontecchio Polesine
Sorgà
Teolo
Trevenzuolo
Venise (Ghetto Vecchio, Campo di Ghetto Nuovo)
Vérone
Zimella

City locator 15.svg indique l'utilisation des termes Ebrei ou Giudei.
City locator 3.svg indique l'utilisation du terme giudecca.
City locator 4.svg indique l'utilisation du terme ghetto.

Piémont[modifier | modifier le code]

  • Ghetto de Turin (1679-1848) : Il s'agit du premier des 19 ghettos dans lesquels sont enfermés environ 5 000 Juifs du duché de Savoie. Pour enfermer les 763 Juifs qui vivaient alors dans la ville, le grand bâtiment de l'Ospedale dei Mendicanti à San Filippo est choisi. L'augmentation rapide de la population juive, qui, en 1794, atteint plus de 1 300 personnes et conduit à étendre la zone du ghetto à la zone contiguë du nouveau ghetto, entre les rues de San Francesco et la Piazza Carlina.
  • Ghetto de Fossano (1705-1848) : En 1705, le ghetto est mis en place, dans la via IV Novembre, à la limite des quartiers Salice et Romanisi
  • Ghetto d'Alexandrie (1723-1848) : situé via Milano et via Migliara : 420 Juifs d'Alexandrie y sont assignés à résidence obligatoire
  • Ghetto d'Asti (it) (1723-1848) : Créé par la maison de Savoie, dans l'actuelle via Aliberti
  • Ghetto de Casale Monferrato (1723-1848): Le ghetto est délimité par les vias d'Azeglio et Balbo, d'un côté et de l'autre par la via Roma, l'allée Castagna et la grande Piazza San Francesco. Lors du recensement de 1761, il comprend 136 familles, avec un total de 673 personnes[9]
  • Ghetto de Nizza Monferrato (it) (1723-1848) : 79 Juifs vivent alors à Nizza Monferrato : ils sont contraints, en 1723, de déménager de leurs maisons du quartier Ospedale, à l'actuelle via Massimo d'Azeglio, où leurs descendants y restent jusqu'à leur émancipation en 1848.
  • Ghetto de Trino (1723-1848) : La population juive atteint le maximum de 100 membres en 1880.
  • Ghetto de Vercelli (1723-1848) : 158 Juifs vivaient dans la ville. En 1740 le ghetto est déplacé dans la zone autour de la présente via Elia Emanuele Foa (anciennement la Via degli Orefici)
  • Ghetto de Biella (1724-1848)[10]
  • Ghetto de Carmagnole (1724-1848) : Créé dans le quartier Cherche ou Cierche[11]
  • Ghetto de Chieri (1724-1848) : La présence juive est documentée depuis le XVe siècle, dans le quartier autour de l'église de San Domenico. En 1724 , avec l'institution du ghetto, les 73 Juifs vivant alors à Chieri sont contraints de vivre dans l'immeuble Villa, au 8 via della Pace 8[12].
Entrée du ghetto d'Asti
  • Ghetto de Coni (1436-1848) : En 1436, le Conseil général de la Ville approuve l'emprisonnement des Juifs dans un angulo (ghetto). Dans la première moitié du XVIIe siècle, la zone de l'Angelo compte environ 400 Juifs. Un ghetto est créé 1724[13].
  • Ghetto d'Ivrea (1724-1848) : situé via Palma (actuelle via Quattro Martiri), derrière les murs du château . Au recensement de 1761, 7 familles, soit 57 personnes y vivent[14].
  • Ghetto de Mondovi (1724-1848) : Le ghetto est constitué de quelques maisons dans le quartier de Vico à l'intersection des vicolo Pizzo e Piazza d’Armi.
  • Ghetto de Saluces (1724-1848) : En 1724, le premier ghetto de Saluces est créé. En 1795, le ghetto est déplacé vers une autre zone à proximité du centre de la ville, via Deportati Ebrei[15].
  • Ghetto d'Acqui Terme (1731-1848) : En 1731 , avec la création du ghetto , les Juifs d'Acqui Terme sont contraints de se concentrer dans deux grands bâtiments qui existent encore, sur la piazza della Fontana Bollente.
  • Ghetto de Moncalvo (1732-1848) : Le ghetto est créé par la maison de Savoie en 1731. 171 personnes de la communauté juives vont y vivre. Le ghetto était situé dans un court passage, avec des entrées Via Montanari et Via XX Settembre. Au début du XIXe siècle, la communauté a atteint son expansion maximale. En 1836, 233 personnes vivaient dans le ghetto.
  • Ghetto de Cherasco (1740-1848) : Le ghetto est créé par la maison de Savoie en 1740, dans un grand bâtiment, à l'angle de ce qui est maintenant la ia Marconi et la via Vittorio Emanuele.
  • Ghetto de Savillan (1774-1848)[16]

Lombardie[modifier | modifier le code]

Le ghetto de Mantoue
  • Ghetto de Mantoue (it) (1612-1798) : le ghetto est créé en 1610 par le duc Vincent Ier de Mantoue, mais n'est opérationnel qu'en 1612 : il est créé en application de la bulle de Paul IV. 7 % de la population de la ville, soit 408 familles, sont contraintes de se concentrer dans les quartiers del Cammello et del Grifone. Le ghetto est aboli par l'arrivée des troupes de Napoléon en 1798. Il est partiellement démoli en 1904.
  • Ghetto d'Iseo (1460-1945) : un premier ghetto est créé en 1460[17],[18].

Vénétie[modifier | modifier le code]

  • Ghetto de Venise (1516-1797) : il est institué par la République de Venise en 1516. Ce ghetto est présenté comme le premier ghetto au monde. Le mot ghetto provient du quartier où il était implanté[19].
  • Ghetto de Vérone (1600-1797) : le ghetto est créé en 1600. Contrairement à Venise, les Juifs ne sont pas contraints d'y vivre.
  • Ghetto de Padoue (1603-1797) : le ghetto est situé au sud de la Piazza delle Erbe[20].

Frioul-Vénétie julienne[modifier | modifier le code]

  • Ghetto de Trieste (1696-1784) : le ghetto est créé en 1696. Il est situé entre la piazza della Borsa et le théâtre romain[21].
  • Ghetto de Gorizia (1698-1784) : le , l'empereur Léopold Ier de Habsbourg ordonne la création du ghetto de Gorizia, qui entre en service en [22].
  • Ghetto de Gradisca d'Isonzo (1769-1782) : Durant ces années, les Juifs sont placés en résidence surveillée dans le ghetto, qui consiste en une série de maisons situées le long de l'actuelle via Petrarca. Elia Morpurgo milite pour sa suppression.

Émilie-Romagne[modifier | modifier le code]

  • Ghetto de Bologne (it) (1566-1859) : le ghetto est créé en application de la bulle papale Cum nimis absurdum. Il est situé dans le centre historique entre les via Zamboni, via Oberdan et via Marsala.
  • Ghetto de Ferrare (it) (1627-1859) : institué en 1627, sur ordre d'Urbain VIII[8], il est situé dans la partie ancienne de la ville à proximité de la cathédrale Saint-Georges et du château d'Este. Le ghetto est aboli à l'occasion de l'unification de l'Italie mais reste un lieu de vie de la communauté Juive de Ferrare.
  • Ghetto de Cento (1638-1831) : Le ghetto est institué en 1627 Urbain VIII, mais ce n'est qu'en 1638, que le légat apostolique à Bologne, Stefano Durazzo, en fixe les règles[8].
  • Ghetto de Reggio d'Émilie (1669-1797) : Créé en 1669 par décret de la duchesse Laura Martinozzi d'Este et effectif en 1671. Les Juifs ne peuvent acquérir de biens en dehors du ghetto et doivent porter un signe distinctif rouge. Les portes du ghetto sont détruites à l'arrivée de l'armée de Napoléon, en 1796 et les Juifs sont rétablis dans leurs droits[23].

Ligurie[modifier | modifier le code]

Rue du ghetto de Sienne

Toscane[modifier | modifier le code]

  • Ghetto de Florence (1571-1848), démoli (1885-1895)
  • Ghetto de Sienne (1571-1859) : la présence des Juifs à Sienne est attestée par des documents de 1229. En 1571 il est décrété la résidence forcée des Juifs dans le ghetto vers la Piazza del Campo, où ils resteront jusqu'en 1859
  • Ghetto de Pitigliano (1622-1861)  : la communauté juive de Pigigliano est appelée la Petite Jérusalem.

Trentin[modifier | modifier le code]

Ghetto de Rovereto

Marches[modifier | modifier le code]

  • Ghetto d'Ancône (1555-1861)[25]
  • Ghetto d'Osimo (1555-1861)
  • Ghetto de Pesaro (1632-1861)
  • Ghetto d'Urbino (1633-1861)
  • Ghetto de Senigallia (1634-1861)

Latium[modifier | modifier le code]

Campanie[modifier | modifier le code]

  • Ghetto de Capoue (1375-1540)[26]

Pouilles[modifier | modifier le code]

  • Ghetto de Manduria

Autres[modifier | modifier le code]

Durant la période romaine de l'Égypte, à Alexandrie, un ghetto est cité par Philon d'Alexandrie, en 38 av. J.-C..

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yerushalmi, Yosef Hayim, De la Cour d'Espagne au ghetto italien : Isaac Cardoso et le marranisme au xviie siècle, Paris, Fayard, , 663 p. (ISBN 2-213-01715-8, lire en ligne)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Légation à Caius, 124-131

    « On chassa les Juifs de la ville entière ; des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants, acculés dans un quartier étroit, pareil à une caverne, furent entassés comme de vils troupeaux, dans l'espoir qu'en peu de jours ils ne seraient plus qu'un monceau de cadavres. On comptait qu'ils périraient de faim, faute de provisions dont ils n'avaient pu se munir dans cette attaque imprévue et soudaine, ou bien que resserrés dans un espace étroit et brulant, ils succomberaient à la corruption de l'air environnant et à l'épuisement des principes vitaux que cet air contenait. […] Quand il leur fut devenu impossible de supporter plus longtemps les souffrances de cet entassement, ils se répandirent dans les solitudes au bord de la mer et jusque dans les tombeaux, cherchant du moins à respirer un air pur et inoffensif. […] Ceux qui étaient surpris dans les autres quartiers de la ville, ceux qui arrivaient de la campagne, ignorant le malheur de leurs frères, étaient en butte à toutes sortes de mauvais traitements. On les blessait à coups de pierres, de briques ou de fragments de vases ; on les frappait avec des bâtons à la tête et partout où les blessures peuvent être mortelles, jusqu'à ce qu'on les eut tués. La partie oisive de la populace d'Alexandrie s'était postée tout autour de l'étroit quartier dans lequel on avait refoulé les Juifs ; elle les tenait assiégés comme dans les murs d'une ville et veillait à ce qu'aucun ne pût furtivement s'évader. On prévoyait que beaucoup, pressés par la famine, braveraient la mort pour ne pas voir périr d'inanition leur famille, et se résoudraient à sortir. Leurs ennemis leur fermaient rigoureusement toute issue ; ceux qu'on arrêtait s'échappant étaient tués après d'affreux supplices. […] Il en eut aussi quelques-uns, qu'on prit vivants ; on leur mit aux talons des lanières et des courroies ; ils furent ainsi traînés à travers les places et foulés aux pieds par la plèbe qui ne respecta pas même leurs cadavres. Leurs corps, mis en pièces, comme l'eussent pu faire des bêtes féroces transportées de rage, perdirent toute forme, au point qu'il n'en resta pas même des débris pour la sépulture. »

  2. a, b, c, d et e (en) David Corcos, « Jewish quarter » [« Quartier juif »], sur Jewish Virtual Library, (consulté le 29 mars 2016)
  3. « Ghetto », sur Larousee.fr (consulté le 27 mars 2016)
  4. « Concile de Latran III - 1179 - onzième concile œcuménique », sur Dictionnaire universel et complet des conciles (lien archivé) (consulté le 21 mars 2016). Canon 26
  5. Amédée VIII de Savoie, Recherches historiques sur le département de l'Ain, Volumes 4-5 : Statuts de Savoie, vol. Livre I, t. Chapitre VIII, (lire en ligne), p.210 à 219 : « Les Juifs doivent être séparés des habitations des fidèles et renfermés dans une même enceinte. De peur que les âmes des fidèles ne se corrompent par le voisinage des Juifs, ainsi que les Juifs ne puissent nuire aux Chrétiens autant qu'ils le veulent, afin d'éviter tout mélange damnable entre les hommes et femmes de la religion chrétienne et les Juifs, nous ordonnons que dans tous les lieux de notre patrie, où les Juifs auront des habitations, les châtelains, ou les officiers, ou les syndics de ces lieux, séquestreront les hommes juifs et leurs femmes avec tous leurs petits (cum tota prote) dans un lieu sûr et fermé, qui sera appelé Judeasyme, et qui sera loin des chrétiens et des chemins publics. Les Juifs ne pourront en sortir depuis le coucher du soleil jusqu'à son lever, excepté pour cause d'incendie arrivé soit dans le Judeasyme, soit auprès, ou à cause de violences commises sur eux ou pour leurs purifications légales. Il leur est défendu, pendant le même temps, de recevoir aucun chrétien, homme ou femme seul dans le Judeasyme. Ils tiendront, pendant le même temps, leurs portes fermées, sous peine de trois jours de prison, au pain et à l'eau, pour chacun des Juifs qui aura contrevenu à cette défense et pour chaque contravention. »
  6. (en) Hans Erich Bödeker, Clorinda Donato et Peter Reill, Discourses of Tolerance & Intolerance in the European Enlightenment, University of Toronto Press, (lire en ligne)).
  7. Michaël Gasperoni, La "communauté familiale" des juifs de la République de Saint-Marin, Editions Publibook, (lire en ligne)
  8. a, b et c (it) « Ghetto di Cento », sur le site du musée de Ferrare (consulté le 3 avril 2016).
  9. (it) « Les Juifs Casalesi », sur Comunità Ebraica di Casale Monferrato (consulté le 21 mars 2016)
  10. (it) « Il Ghetto di Biella », sur JSTOR.org, (consulté le 21 mars 2016).
  11. (it) « Il Ghetto di Carmagnola », sur JSTOR.org, (consulté le 21 mars 2016).
  12. (it) « Ghetto Ebraico », sur Comune di Chieri (consulté le 22 mars 2016).
  13. (it) « Cuneo », sur Comunità Ebraica di Torino (consulté le 22 mars 2016).
  14. (it) « Mondovi », sur Comunità Ebraica di Torino (consulté le 22 mars 2016).
  15. (it) « Saluzzo », sur Comunità Ebraica di Torino (consulté le 22 mars 2016).
  16. (it) « Il Ghetto di Savigliano », sur JSTOR.org (consulté le 22 mars 2016).
  17. (it) Da Brescia ad Iseo, « Guida al Lago d'Iseo ed alle Valli Camonica e di Scalve », sur Wikisource (it) (consulté le 27 mars 2016).
  18. (it) Fulgenzio Rinaldi, « Monimenti historiali dell'antico, e nobile castello d'Iseo, da quali, nella », sur Google books (consulté le 23 mars 2016).
  19. (en) Fulgenzio Rinaldi, « Venise, Italie », sur Jewish Virtual Library (consulté le 28 mars 2016).
  20. (en) « Ghetto La partie la plus ancienne du ghetto et la vie de la communauté juive à Padoue », sur Site de la commune de Padoue, (consulté le 28 mars 2016).
  21. (it) « Il ghetto », sur Comunità Ebraica di Trieste (consulté le 28 mars 2016).
  22. (it) « Itinéraire juif », sur Gopolis.it (consulté le 28 mars 2016).
  23. (it) istoreco, « Ghetto di Reggio Emilia », sur Enciclopedia Storica dell' Ebraismo Reggiano, (consulté le 10 avril 2016).
  24. (it) « L'histoire du ghetto, le «paradis du péché» à Gênes », (consulté le 10 avril 2016).
  25. (en) Rivka et Ben-Zion Dorfman, « La communauté juive d'Ancône (Italie) », sur Museum of the Jewish People (consulté le 21 mars 2016).
  26. (it) Francesco Granata, Storia Civile Della Fedelissima Città di Capua (lire en ligne), p. 320-321

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Source de la traduction[modifier | modifier le code]