Pierre Ryckmans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec son neveu Pierre Ryckmans, alias Simon Leys, sinologue belge.
Pierre Ryckmans
Portrait de Pierre Ryckmans
Portrait de Pierre Ryckmans
Fonctions
7e Gouverneur général du Congo Belge

(12 ans, 3 mois et 17 jours)
Monarque Léopold III
Prédécesseur Auguste Tilkens
Successeur Eugène Jungers
Biographie
Nom de naissance Pierre Maria Joseph Cornelius Ryckmans
Date de naissance
Lieu de naissance Anvers, Belgique
Date de décès (à 67 ans)
Lieu de décès Uccle, Belgique
Nationalité Belge
Père Alphonse Ryckmans
Diplômé de Université de Louvain
Profession Avocat
Universitaire
Haut fonctionnaire

Pierre Ryckmans
Gouverneur général du Congo Belge

Biographie[modifier | modifier le code]

Le comte Pierre Ryckmans (Anvers, - Uccle, ) est un haut fonctionnaire belge. Il fut gouverneur général du Congo belge et du Ruanda-Urundi de 1934 à 1946. Il est le fils du sénateur Alphonse Ryckmans, le beau-père de la députée et ancienne présidente du CNCD-11.11.11 Geneviève Ryckmans-Corin[1], l'oncle du sinologue Pierre Ryckmans, connu sous le nom de Simon Leys, et le grand-père de la députée wallonne Hélène Ryckmans.

Famille[modifier | modifier le code]

Pierre Ryckmans naît dans une famille catholique de la petite bourgeoisie anversoise. Il est le fils de Clémence Van Ryn et d’Alphonse Ryckmans, avocat au barreau d’Anvers. Membre du Parti Catholique, Alphonse Ryckmans se lance en politique au niveau local et sera conseiller communal d’Anvers de 1899 à 1911. Il deviendra ensuite successivement sénateur provincial en 1912, sénateur coopté de 1921 à 1925 et enfin sénateur d’Anvers de 1925 jusqu’à son décès en 1931[2].

Lors de sa naissance, le couple a déjà cinq enfants : Paula, Marie-Magdeleine, Gonzague, Elisabeth et Etienne[3]. Pierre Maria Joseph Cornelius sera baptisé le 27 novembre à l'Église Saint-Jacques[3].

Scolarité[modifier | modifier le code]

Après ses études au petit séminaire d’Hoogstraeten[4], Pierre Ryckmans entame ses études secondaires au Collège Saint-Jean-Berchmans, institution jésuite anversoise[5].

Une fois ses humanités terminées, il débute des études de droit ainsi qu’un baccalauréat en philosophe thomiste à l’Université Catholique de Louvain alors qu’il n’est même pas âgé de 16 ans. En 1913, Ryckmans décroche son doctorat en droit avec la plus grande distinction. Il sera admis la même année au barreau d’Anvers[6].

Sa contribution à la Première Guerre Mondiale[modifier | modifier le code]

En 1914, soit seulement un an après son inscription au barreau d’Anvers, Pierre Ryckmans rejoint le Front de l’Yser. Il rejoint le centre d'instruction des sous-lieutenants auxiliaires - infanterie (CISLA I) installé à Gaillon (France - Eure) avant de partir pour l'Afrique et de prendre part à la campagne du Cameroun (1915-1916) en septembre de l'année suivante, puis à celle de l'Est Africain allemand (1916-1918). Il décide de s'engager dans les troupes coloniales suite à« une profonde déception sentimentale, un grand manque d’intérêt pour la pratique du droit, un vif souci d’assurer son autonomie financière et un intense désir d’affronter plus directement les Allemands que sur le front de l’Yser »[7]. Il fait ainsi partie des troupes qui occupent le Ruanda-Urundi, territoire qui passera de la tutelle allemande à celle de la Belgique par mandat octroyé lors de la conférence de Versailles en 1919.

Premier départ en Afrique[modifier | modifier le code]

En Afrique, Ryckmans commence tout d’abord par seconder les troupes françaises au Cameroun.  

Cette expédition fût éreintante. En effet, « avec ses compagnons de troupe et les porteurs, il a parcouru un millier de kilomètres à pied et en pirogue dans des conditions très difficiles. Mais il enrageait parce que les Allemands avaient préféré fuir plutôt que de continuer le combat. Rentré à Léopoldville, il participa ensuite à la campagne de l’est et après avoir remonté le fleuve il monta sur le Haut plateau est-africain jusqu’à Tabora où il arriva trop tard pour s’engager dans les combats (…) »[8]. De 1916 à 1918, il est avec les troupes britanniques dans l’Est-Africain allemand[9]. Pierre Ryckmans est un soldat qui se distingue par son courage et « après la victoire de Mahenge, il est cité à l'ordre du jour pour le courage, le zèle et le dévouement dont il a fait preuve et est nommé, en septembre 1918, lieutenant de réserve au 9e régiment de ligne[10] ».

Ascension au sein de l'administration coloniale[modifier | modifier le code]

Une fois la guerre terminée, Ryckmans entre dans l’administration territoriale de la colonie belge[11]. À l’été 1918, Ryckmans rejoint l’Urundi et devient administrateur de territoire de première classe pour la durée de l’occupation. Il occupera ce poste du 26 juin 1918 au 30 septembre 1919.

En 1919, Ryckmans sera successivement nommé commissaire de district adjoint et commissaire de district de deuxième puis de première classe. Le 16 octobre 1919, le Ministre Justin Malfeyt avant d’être nommé[12],[4] nomme Ryckmans résident de l’Urundi. Il s'agit d'un territoire qui est devenu une résidence par le biais de l’ordonnance du 6 avril 1917 grâce à laquelle le Commissaire royal en charge des territoires occupés a organisé ceux-ci administrativement[13]. La principale mission de l’administration coloniale est « d’affirmer l’emprise belge sur les territoires conquis »[14]. Il atteint donc le sommet de la hiérarchie administrative coloniale[15]. Sa résidence est située à Kitega qui est le centre administratif du district de l’Urundi. Dans les années qui suivirent sa nomination en tant que résident, Pierre Ryckmans continuera à gravir les échelons et sera nommé à des postes toujours plus prestigieux au sein de l’administration coloniale belge. Ainsi en 1925, il deviendra vice-résident du Rwanda-Urundi et en 1928 il est nommé commissaire général de district et assistant du gouvernement de province[12].

Retour en Belgique[modifier | modifier le code]

En 1929, Pierre Ryckmans décide de quitter le Congo pour des raisons familiales. Il estime que le Congo n’est pas le cadre idéal pour élever les huit enfants qu’il a eu avec Madeleine Nève, son épouse depuis 1921. Il rentre donc en Belgique dans le courant de l’année 1929 et s’inscrit au barreau de Bruxelles[4].

Carrière d'avocat (1928-1934)[modifier | modifier le code]

En 1928, Pierre décide de commencer à enseigner. En effet, son ami, Paul Coppens, lègue sa maison et ses emplois à Pierre. Paul Coppens enseigne dans une école supérieure pour jeunes filles, fondée au lendemain de la première guerre mondiale par Marie Haps.

Il y dispense le cours d’« éléments du droit privé » et un cours concernant la colonie de la Belgique : le Congo. Pierre remplace Paul à l’École de Commerce de l’Université de Louvain où il y donne un cours sur l’histoire et la législation du Congo. En 1929, le Comte Ryckmans accepte d’entrer dans le corps professoral de l’Université Coloniale d’Anvers. Le remplacement est de courte durée car Paul Coppens revient en 1930. Pierre Ryckmans en profite pour remettre sa démission des deux écoles.

Le 17 décembre 1928, Pierre s’inscrit au barreau de Bruxelles afin de continuer sa formation d’avocat, commencée avant la guerre. Il ne lui reste plus que deux ans de stages à exercer. Son emploi de temps au barreau l’empêche de vivre auprès de sa tendre épouse et de sa progéniture. Il n’aime guère son métier d’avocat et les difficultés financières se font ressentir.

Conférencier[modifier | modifier le code]

Pierre donne des conférences et publie des articles. Dans ses conférences et publication, il aborde les famines au Ruanda-Urundi. Le recueil de ses exposés et de ses publications, au nombre de huit, est repris dans un ouvrage : Dominer pour servir[16]. En voici un extrait : « Dominer pour servir, servir l’Afrique c’est-à-dire la civiliser. Pas seulement faire naître des besoins nouveaux et fournir le moyen de les satisfaire ; pas seulement exploiter, pas seulement enrichir ; mais rendre les gens meilleurs, plus heureux, plus hommes. Pour pouvoir servir, il faut connaître ; pour pouvoir servir, il faut aimer. Et c’est en apprenant à connaître les noirs qu’on apprend à les aimer ; car aimer, ce n’est que comprendre, comprendre jusqu’à l’héroïsme ». Dans son livre, Jacques Vanderlinden mets les mots justes sur la pensée de Pierre Ryckmans : « La pensée de Pierre Ryckmans est une pensée de son temps qui s’exprime dans les mots de son temps. Mais quelle leçon éternelle ne donne-t-elle pas à tous ceux, Européens comme Africains, qui ont l’ambition, à un titre quelconque d’exercer le pouvoir, de dominer »[17].

Pierre Ryckmans part le 21 septembre 1930, à Anvers, à bord du Thysville en mission d’étude sur la main-d’œuvre indigène. En effet, quelques mois plus tôt, le 25 mars 1930, Émile Vandervelde sollicite le premier ministre et le ministre des colonies, Henri Jaspar sur la question de la main d’œuvre de notre colonie. Le Comte va alors redécouvrir pendant 6 mois le Congo où il n’est allé que deux fois, en 1916, en le traversant, et en 1924, en vacances. À Boma, au Bas-Congo, il est engagé pour la durée de sa mission. Pierre rentre de mission le 2 mars à bord de l’Élisabethville.

Il prévoit, à son retour, la parution de son livre, Dominer pour servir, en juin 1931. Le succès de son livre lui permet d’entrer dans le Conseil d’Administration de l’œuvre Nationale des Ecoles Congolaises (ENAC).

En 1934, le mois de février est marqué par un événement majeur : le 17 février, le Roi Albert fait une chute mortelle à Marche-Les-Dames. Léopold III monte ainsi sur le trône. 5 semaines plus tard, Léopold III demande au Comte Ryckmans de devenir son successeur dans la présidence de l’institut national pour l’étude agronomique du Congo belge (INEAC).

Le Gouverneur Général du Congo belge[modifier | modifier le code]

Le 14 septembre 1934 (année du décès du Roi Albert 1er)[12], Pierre Ryckmans succède à Auguste Tilkens[18]et est nommé gouverneur général du Congo[19] ainsi que du Ruanda-Urundi qui fut annexé au territoire du Congo sous le Général Tombeur, à la suite de la première guerre mondiale[12]. C’est Léopold III qui, après avoir envisagé de lui confier le poste[8], l’a nommé. Il occupera ce poste jusqu’en 1946[20].

Pierre est confronté à deux problèmes majeurs pendant son gouvernement : la crise économique des années 1930 et la deuxième Guerre Mondiale (1940 – 1945).

La période de l’entre-deux guerres[modifier | modifier le code]

La crise économique et financière, dite la Grande Dépression[21], bat son plein. Néanmoins, jusqu’en 1940, la production et la qualité des matières premières augmentent et on observe un lent redressement économique. Ce dernier permet alors de se concentrer sur d’autre problème concernant « l’indigène »[22]. Ryckmans était un catholique dévoué et un juriste, expert en droit colonial. Il était persuadé du bon fonctionnement du gouvernement belgo-congolais avec une collaboration des multinationales et de l’Église catholique[23]. Cependant, s'il peut soutenir les écoles protestantes et l’intérêt de diminuer la production minière pour augmenter la production de nourriture, jamais il n’arrive à augmenter les conditions sociales des populations coloniales, « destinées à servir »[23].

En l’an 1940, la crise prend l’ascendant sur les autres préoccupations, elles obligent Ryckmans a donner des discours très matérialistes au Conseil de Gouvernement. Ces derniers sont consultables dans l’ouvrage écrit par le gouverneur lui-même, Étapes et Jalons.

Seconde Guerre Mondiale[modifier | modifier le code]

En 1939, la guerre est déclarée mais c’est en mai 1940 que la Belgique est envahie par l’Allemagne et la mère-patrie capitule à la fin du mois.

Pour Ryckmans, malgré le lien pacifique qui lie le territoire du Congo aux territoires africains voisins, les agressions sont imminentes[24]. Deux questions se posent à Pierre ; la première est celle du recensement de l’armée et l’assistance africaine (à savoir que les effectifs blanc mais surtout noirs peuvent être d’un grand secours)[24]et la seconde, celle de restructuration (changement de l’occupation des compétences, augmentation des productions essentielles[25]) afin de faire du Congo Belge le premier producteur des matériaux nécessaires au triomphe belge[26],[11]. Son but premier était « de préserver l’autonomie et l’intégrité de l’empire belge en Afrique »[27].

Ryckma[28]ns, dans Messages de guerre, se dit prêt à servir le combat en fournissant un effort militaire[25](ce qui s’est fait, malgré les réserves du Gouvernement, en Afrique orientale italienne[29]).

Pierre Ryckmans est en contact avec le Gouvernement belge tout le long de la guerre. D’ailleurs, ce dernier lui envoie, le 24 juin 1940, un arrêté-loi promulgué le 18 juin 1940 qui, en son article 2, attribue l’exercice du pouvoir législatif au gouverneur général à condition de renouveler les ordonnances, dites d’urgence,  tous les 6 mois. Il est muni de pouvoirs exceptionnels par le ministre chargé des colonies Albert de Vleeschauwer. Cependant, le Gouvernement n’indique rien en ce qui concerne une mobilisation de l’armée coloniale qui se veut neutre[8].

Finalement, en plus d’exporter une partie des productions coloniales en Belgique[30], il estime devoir se mobiliser davantage. Ainsi, le 21 janvier 1941, il signe un accord économique avec les la Grande-Bretagne, après que Churchill lui expliquent les besoins dont manquent les Alliés. Cet accord a pour but d’établir un certain nombre de produit que les anglais s’engagent à leur acheter jusqu’au 31 août 1941[8][21]. Il s’agit de l’or et de l’étain-métal, principaux matériaux de guerre[31]mais aussi d‘uranium.

Pierre Ryckmans doit faire face à l'effort de guerre économique en faveur des alliés et à l'organisation des campagnes victorieuses des troupes belgo-congolaises en Éthiopie. Il est aussi appelé à résoudre de graves problèmes politiques dont une mutinerie militaire à Luluabourg[32].

Après la perte des plantations de caoutchoucs malaisiens, suite à la victoire des Japonais en 1942, le Congo belge est devenu un fournisseur stratégique de caoutchouc[33].

Pierre Ryckmans quitte son poste de gouverneur général du Congo en 46, à 55 ans[15] et laisse Eugène Jungers lui succéder[34] malgré sa préférence pour Robert Godding[35].

Aux Nations-Unies[modifier | modifier le code]

« Un jour, à un déjeuner donné en l’honneur de Smuts, Spaak s’est trouvé embarrassé par la défection inopinée d’une parlementaire qui devait faire partie de la délégation à New York. Quelqu’un lui a dit en me voyant là pourquoi pas Ryckmans ? J’ai accepté croyant que cela ne s’engageait à rien – ou plutôt sans presque y penser »[36].

Pierre refuse le poste de la Première présidence du Conseil d’État.

Le 15 octobre 1946 il s’en va pour New York. Il restera à l’ONU jusqu’en septembre 1957. Le délégué assiste à la mise sur pied des Nations unies. Il y élabore un plan de tutelle proposé par la Belgique pour le Ruanda-Urundi. Il devient alors représentant permanent de la Belgique au Conseil de tutelle. Son action permet à tous les territoires autonomes d’être sous le contrôle direct des Nations unies. En 1951, il devient le premier commissaire belge à l'énergie atomique et fonde, en 1952, le CEAN qui deviendra plus tard le SCK-CEN.

Pierre va intervenir au conseil de tutelle dans le conflit Palestinien afin qu’en cas de désaccord, la ville de Jérusalem soit sous le contrôle direct du conseil.

En août 1958, Pierre souffre d’un cancer des poumons. Le poumon droit est enlevé. Mais le début février 1959, une bronchite l’attaque, les reins lâchent peu après. Le 18 février 1959, le Comte Pierre Ryckmans arrête de respirer. Il est enterré à 11h, le 20 février 1959.

Pierre Ryckmans, l'auteur de conférences, ouvrages et nouvelles[modifier | modifier le code]

Outre les différentes positions qu’il a pu tenir, il fut l’auteur de différents écrits, notamment sur le Congo Belge et sa façon de le gouverner du temps où il était gouverneur.

Les ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Allo ! Congo ! Chroniques radiophoniques. Le Congo vous parle., 1917[37].
    • Barabara, 1947[38].
  • Le problème de la main-d’œuvre au Congo Belge : rapport de la Commission de la main-d'oeuvre indigène 1930-1931 : Province Orientale, 1931[39].
  • La politique coloniale, 1933[40].
  • Hommage au roi Albert [Albert I. König v. Belgien], 1934[41].
  • Messages de guerre, 1945[42].
  • Dominer pour servir, 1946[16].
  • Étapes et jalons, 1946[43].
  • «  Vers l’avenir, problèmes coloniaux de demain : conférence faite à Léopoldville le 6 juillet 1946 », 1946[44].
  • Une page d’histoire coloniale : l’occupation allemande dans l’Urundi, 1953[45].
  • Inédits, 1988[7].

Sous le pseudonyme de Simon Dives[modifier | modifier le code]

  • Pourquoi on siffle Chantecler ?, 1912.
  • Compilations de notes sur l’Irlande publiée par la Métropole : Lettres d’Irlande, 1912[46].

Distinctions et titres honorifiques[modifier | modifier le code]

Distinctions belges[modifier | modifier le code]

  • Grand’Croix de l’Orde de l’Étoile Africaine.
  • Grand’Croix de l’Ordre de la Couronne.
  • Commandeur de l’Ordre de Léopold.
  • Commandeur de l’Ordre Royal du Lion.
  • Croix de guerre 1914-1918[47].

Distinctions étrangères[modifier | modifier le code]

  • Grand Cordon de l’Ordre de Phénix (Grèce).
  • Chevalier et Grand’Croix de l’Ordre de l’Empire Britannique.
  • Grand’Croix de l’Ordre de St-Sylvestre (le St-Siège, le Vatican).
  • Grand’Croix de l’Orde du Christ (Portugal).
  • Grand’Croix de l’Ordre de l’Étoile Noire (France).
  • Grand’Croix de l’Ordre de la Couronne de Chêne (Luxembourg).
  • Grand Officier de la Légion d’Honneur.
  • Grand Officier de l’Ordre de l’Empire Colonial du Portugal.
  • Medal for Merit (États-Unis)[47].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Geneviève Ryckmans-Corin », sur connaitrelawallonie.wallonie.be, (consulté le 11 août 2014)e
  2. Jacques Vanderlinden, Pierre Ryckmans. 1891-1959. Coloniser avant l'honneur., Bruxelles, De Boeck-Université, , 802 p. (ISBN 2804118819), p. 21
  3. a et b Jacques Vanderlinden, Pierre Ryckmans. 1891-1959. Coloniser avant l'honneur., Bruxelles, De Boeck-Université, , 802 p. (ISBN 2804118819), p. 18
  4. a, b et c Léon Antoine Pétillon, Biographie nationale, t. XXXIV : col. 693-710, Bruxelles, Émile Bruylant, , 772 p., p. 698
  5. Jacques Vanderlinden, Pierre Ryckmans. 1891-1959. Coloniser avant l'honneur., Bruxelles, De Boeck-Université, , 802 p. (ISBN 2804118819), p. 19
  6. Jacques Vanderlinden, Pierre Ryckmans. 1891-1959. Coloniser avant l'honneur., Bruxelles, Émile Bruylant, , 802 p. (ISBN 2804118819), p. 38
  7. a et b Pierre Ryckmans, Inédits de Pierre Ryckmans avec une introduction et des notes par J. Vanderlinden, Bruxelles, Académie Royale des Sciences d'Outre-Mer, , 266 p., p. 6
  8. a, b, c et d Christian Laporte, « Grands commis de l’État, proches du peuple congolais », La Libre,‎ (lire en ligne)
  9. H. Van Waeyembergh, In memoriam : Pierre Ryckmans. Professeur à la faculté de droit. 1891-1959, Bruxelles, Drukkerij Georges Michiels, , 18 p., p. 6
  10. Léon Antoine Pétillon, Biographie nationale, Bruxelles, Émile Bruylant, , 772 p., p. 694 à 695.
  11. a et b Hervé Hasquin, ictionnaire d’histoire de Belgique. 20 siècles d’institutions. Les hommes, les institutions, les faits, le Congo Belge et le Rwanda-Urundi, Bruxelles, Didier Hatier, (ISBN 2870889267), p. 572
  12. a, b, c et d H. Van Waeyembergh, In memoriam : Pierre Ryckmans, professeur à la faculté de droit, 1891-1959, Bruxelles, Drukkerij Georges Michiels, , 18 p., p. 7
  13. Jacques Vanderlinden, Pierre Ryckmans. 1891-1959. Coloniser avant l'honneur., Bruxelles, De Boeck-Université, , 802 p. (ISBN 2804118819), p. 74
  14. Jacques Vanderlinden, Pierre Ryckmans. 1891-1959. Coloniser avant l'honneur., Bruxelles, De Boeck-Université, , 802 p. (ISBN 2804118819), p. 75
  15. a et b (nl) A.A.J. Van Bilsen, « Pierre Ryckmans : een uitzonderlijke biografie », Revue belge de philologie et d'histoire, Bruxelles, Société pour le Progrès des Études Philologiques et Historiques, vol. 74 « fasc. 2 »,‎ , p. 457
  16. a et b Pierre Ryckmans, Dominer pour servir, Bruxelles, Édition Universelle,
  17. Jacques Vanderlinden, Pierre Ryckmans. 1891-1959. Coloniser dans l'honneur, Bruxelles, De Boeck-Université, , 802 p. (ISBN 2804118819), p. 183
  18. Jacques Vanderlinden, Pierre Ryckmans. 1891-1959. Coloniser avant l'honneur., Bruxelles, De Boeck-Université, , 802 p. (ISBN 2804118819), p. 253
  19. Jacques Vanderlinden, Pierre Ryckmans. 1891-1959. Coloniser avant l'honneur., Bruxelles, De Boeck-Université, , 802 p. (ISBN 2804118819), p. 257
  20. (en) B. Jewsiewicki, Yvonne Brett et Andrew Roberts, Belgian Africa [« The Cambridge History of Africa : From 1905 to 1940 »], vol. 7, Cambridge, Cambridge University Press, , 1063 p. (ISBN 9781139054614), p. 488
  21. « Larousse » (consulté le 14 novembre 2016)
  22. Léon Antoine Pétillon, Biographie nationale, t. XXXIV : col. 693-710, Bruxelles, Émile Bruylant, , 772 p., p. 702
  23. a et b (en) John D. Hargreaves, « Review: Ryckmans: A Biography », The Journal Of African History, vol. 36, no 3,‎ , p. 522
  24. a et b Pierre Ryckmans, Messages de guerre, Bruxelles, Laricer, , 198 p., p. 10
  25. a et b Pierre Ryckmans, Messages de guerre, Bruxelles, Larcier, , 198 p., p. 28
  26. Pierre Ryckmans, Messages de guerre, Bruxelles, Larcier, , 198 p., p. 32
  27. (en) John D. Hargreaves, « Review: Ryckmans: A Biography », The Journal of African History, vol. 36, no 3,‎ , p. 522
  28. Pierre Ryckamans, Messages de guerre, Bruxelles, Larcier, , 198 p., p. 67
  29. Jacques Vanderlinden, Pierre Ryckmans. 1891-1959. Coloniser avant l'honneur., Bruxelles, De Boeck-Université, , 802 p. (ISBN 2804118819), p. 425 à 427, 447 à 450 et 474 à 477
  30. (en) B. Jewsiewicki, Yvonne Brett et Andrew Roberts, Belgian Africa [« The Cambridge History of Africa : From 1950 to 1940 »], vol. 7, Cambridge, Cambridge University Press, , 1063 p., p. 493
  31. Pierre Ryckmans, Messages de guerre, Buxelles, Larcier, , 198 p., p. 71
  32. A. Six, Mutinerie dans la Force Publique à Luluabourg en 1944, , 71 p.
  33. Pierre Ryckmans, Messages de guerre, Bruxelles, Larcier, , 198 p., p. 88 à 95
  34. Jacques Vanderlinden, Pierre Ryckmans. 1891-1959. Coloniser avant l'honneur., Bruxelles, De Boeck-Université, , 802 p. (ISBN 2804118819), p. 600
  35. Jacques Vanderlinden, Pierre Ryckmans. 1891-1959. Coloniser avant l'honneur., Bruxelles, De Boeck-Université, , 802 p. (ISBN 2804118819), p. 601
  36. Jacques Vanderlinden, Pierre Ryckmans. 1891-1959. Coloniser avant l'honneur., Bruxelles, De Boeck-Université, , 802 p. (ISBN 2804118819), p. 609
  37. Pierre Ryckmans, Allo ! Congo ! Chroniques radiophoniques. Le Congo vous parle., Éd. Universelle,
  38. Pierre Ryckmans, Barabara, Bruxelles, Larcier, , 2857982507003838 p.
  39. Pierre Ryckmans, Le problème de la main-d'oeuvre au Congo Belge: rapport de la Commission de la main-d'oeuvre indigène 1930-1931 : Province Orientale, Bruxelles, Imprimerie A. Lesigne,
  40. Pierre Ryckmans, La politique coloniale, Louvain, Éditions Rex, , 117 p.
  41. Pierre Ryckmans, Hommage au Roi Albert [Albert I. König v. Belgien], Bruxelles, Goemaere,
  42. Pierre Ryckmans, Messages de guerre, Bruxelles, Larcier, , 198 p.
  43. Pierre Ryckmans, Étapes et Jalons, Bruxelles, Larcier, , 266 p.
  44. Pierre Ryckmans, « Vers l’avenir, problèmes coloniaux de demain : conférence faite à Léopoldville le 6 juillet 1946 sous les auspices des Associations universitaires par Monsieur P. Ryckmans, « Gouverneur général du Congo belge », Courrier d'Afrique,‎
  45. Pierre Ryckmans, Un page d'histoire coloniale : l'occupation allemande dans l'Urundi, Bruxelles, Institut royal colonial belge,
  46. Hervé Hasquin, Dictionnaire d’histoire de Belgique. 20 siècles d’institutions. Les hommes, les institutions, les faits, le Congo Belge et le Rwanda-Urundi, Bruxelles, Didier Hatier, (ISBN 2870889267), p. 29 et 35
  47. a et b H. Van Waeyembergh, In memoriam : Pierre Ryckmans. Professeur à la faculté de droit. 1891-1959, Bruxelles, Drukkerij Georges Michiels, , 18 p., p. 8

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • HASQUIN (H.), Dictionnaire d’histoire de Belgique. 20 siècles d’institutions. Les hommes, les institutions, les faits, le Congo Belge et le Rwanda-Urundi, Bruxelles, Didier Hatier, 2000, p. 572.
  • JEWSIEWICKI (B.), BRETT (Y.) et ROBERTS (A.D.), «Belgian Africa », The Cambridge History of Africa : From 1905 to 1940,  vol. 7, Cambridge, Cambridge University, 1975-1986, p. 482 à 492
  • LAPORTE (C.), « Grands commis de l’État, proches du peuple congolais », La Libre, le 30 juin 2010, http://www.lalibre.be/actu/international/grands-commis-de-l-etat-proches-du-peuplecongo-lais-51b8bf49e4b0de6db9bc2d5d.
  • Léo A. Pétillon, « Ryckmans (Pierre-Marie-Joseph, comte) », dans Biographie nationale, t. XXXIV, Bruxelles, Établissements Émile Bruylant, (lire en ligne), col. 693-710.
  • RYCKMANS (P.), Allo ! Congo ! Chroniques radiophoniques. Le Congo vous parle., Ed. Universelle, 1917.
  • RYCKMANS (P.), Barabara, Bruxelles, Larcier, 1947
  • RYCKMANS (P.), Dominer pour servir, Bruxelles, Ed. Universelle, 1948.
  • RYCKMANS (P.), Étapes et jalons, Bruxelles, Larcier, 1946.
  • RYCKMANS (P.), « Inédits de Pierre Ryckmans avec une introduction et des notes par J. Vanderlinden», A.R.S.O.M., Classe des Sciences Morales et Politiques, Mémoires in-8°, Nouvelle Série, t. 49, fasc. 2, Bruxelles, 1988.
  • RYCKMANS (P.), Hommage au Roi Albert [Albert I. König v. Belgien], Bruxelles, Goemaere, 1934
  • RYCKMANS (P.), La politique coloniale, coll. d’Études de doctrine politique catholique, Louvain, Éditions Rex, 1933.
  • RYCKMANS (P.), Le problème de la main-d'oeuvre au Congo Belge: rapport de la Commission de la main-d'oeuvre indigène 1930-1931 : Province Orientale, Bruxelles, Imprimerie A. Lesigne, 1931.
  • RYCKMANS (P.), Messages de guerre, Bruxelles, Larcier, 1945.
  • RYCKMANS (P.), Une page d’histoire coloniale  : l’occupation allemande dans l’Urundi, Institut royal colonial belge, Bruxelles, 1953.
  • RYCKMANS (P.), « Vers l’avenir, problèmes coloniaux de demain : conférence faite à Léopoldville le 6 juillet 1946 sous les auspices des Associations universitaires par Monsieur P. Ryckmans, Gouverneur général du Congo belge », Courrier d'Afrique, Léopoldville, 1946.
  • VAN BILSEN (A.A.J.), « Pierre Ryckmans : een uitzonderlijke biografie », Revue belge de philologie et d'histoire, t. LXXIV, fasc. 2, Bruxelles, Société pour le Progrès des Études Philologiques et Historiques 1996, p. 445 à 464.
  • VANDERLINDEN (J.), Pierre Ryckmans, 1891-1959 : coloniser dans l'honneur, De Boeck Université, 1994, (ISBN 978-2-8041-1881-5) sur GoogleBooks.
  • VAN WAEYEMBERGH (H.), In memoriam : Pierre Ryckmans, Professeur à la faculté de droit. 1891-1959, Louvain, Drukkerij Georges Michiels, 1959 (Éloge académique prononcé en la salle des promotions, le 29 avril 1959, par Son Excellence Mgr. H. van Waeyembergh, Évêque titulaire de Gilba, recteur Magnifique).
  • A. Gille et M. Van den Abeele, « Ryckmans (Comte Pierre-Maria-Joseph) », dans Biographie belge d'outre-mer, t. VII-A, Bruxelles, Académie royale des sciences d'outre-mer, (lire en ligne), col. 415-426.

Liens externes[modifier | modifier le code]