Émile Wangermée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Émile Antoine Marie Wangermée
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Militaire, gouverneurVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Grades militaires
Archives conservées par

Émile Wangermée, né à Tirlemont le et décédé à Bruxelles le 18 avril 1924, est un capitaine-commandant du génie de l'armée belge. Le 11 avril 1897 il est élevé au grade de vice-gouverneur général de l'État indépendant du Congo. Il occupe cette fonction jusqu'au 1er décembre 1897.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il s'embarque pour le Congo le 17 avril 1893, chargé d'aller édifier le Fort de Shinkakasa pour assurer la défense de la capitale de l'État indépendant, située à cette époque à Boma. Wangermée a été collaborateur du lieutenant général Henri Alexis Brialmont, architecte militaire, et a pris part à la construction des forts de la Meuse en Belgique. Il bénéficie dès lors d'une grande expérience en cette matière.

Construction du Fort de Shinkakasa - 1899

Tout en réalisant ces travaux, il fait ériger des pylônes de support des fils électriques et télégraphiques de la ligne Boma-Matadi d'une rive à l'autre du fleuve Congo[1].

Le 10 janvier 1894, il rentre en Belgique, pour repartir vers l'Afrique le 6 février 1896 en qualité d'inspecteur d'État. C'est vers cette époque que survient la Révolte des Batetela à Luluabourg (Kananga) en 1895, puis dans l'Est du Congo en 1897 et au fort de Shinkakasa le 17 avril 1900. Cette dernière révolte ne dure que trois jours, Boma est bombardée, et les révoltés sont durement réprimés. Wangermée rentre ensuite en Belgique. Il revient plusieurs fois au Congo en mission d'inspection pour Léopold II, en particulier dans la région de l'enclave de Lado en 1904, et dans le Kivu, au Rwenzori et au Lac Tanganyka[2].

En 1906, Wangermée quitte le service de l'État indépendant du Congo. Il participera encore à d'autres missions en Afrique. Notamment en qualité de représentant du Comité spécial du Katanga. Il s'embarque le 28 juillet 1906 à Southampton à destination du Cap, puis traverse les colonies anglaises pour rejoindre le Katanga.

Le régime politique mis en place par le roi Léopold II contribuait à isoler le Katanga. Il ne dépendait pas du gouverneur général installé à Boma, mais du Comité spécial du Katanga, organisme mi-officiel, mi-privé qui de Bruxelles administrait directement le territoire[3].

Livre[modifier | modifier le code]

  • "Grands lacs africains et Katanga" chez J.Lebègue à Bruxelles (1909) - disponible en version numérique sur Gallica

Références[modifier | modifier le code]

  1. Édouard Janssens et Albert Cateaux, Les Belges au Congo: notices biographiques, Antwerp, J. van Hille-De Backer, , 183–87 p. (lire en ligne)
  2. Ibidem
  3. http://www.kaowarsom.be/documents/bbom/Tome_V/Rutten.Martin_Jean_Marie_Rene.pdf

Liens externes[modifier | modifier le code]