Paul Troubetzkoy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paul Troubetzkoy
Serov Trubetskoy.jpg

Valentin Serov, Portrait de Paul Troubetzkoy,
localisation inconnue.

Naissance
Décès
(à 71 ans)
Pallanza
Nationalité
Activité
Maître


Le prince Paul Troubetzkoy (en russe : Павел Петрович Трубецкой, Pavel Petrovitch Troubetskoï[1]), né le à Intra (près du lac Majeur en Italie) et mort le à Pallanza (actuellement Verbania), est un sculpteur russe. Il est surnommé le « Rodin russe » [2], [3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul Troubetzkoy est le fils du prince Pierre Troubetzkoy, diplomate russe, et de la pianiste américaine Ada Winans. Il se forme dans les ateliers de Giuseppe Grandi à Milan[4]. Il fréquente les ateliers de sculpteurs, voyage en Russie et à Paris où il rencontre Auguste Rodin. Il expose pour la première fois à l'Accademia di Brera en 1886 en y envoyant une statuette de cheval. Il expose ensuite aux États-Unis. Il sculpte les enfants de son cousin Sergueï Troubetskoï chez qui il passe ses vacances d'été en 1895 au château d'Ouzkoïe. À Milan, dans les années 1890-1894, il est l'ami de l'ébéniste Carlo Bugatti et contribue à inspirer les débuts du sculpteur animalier Rembrandt Bugatti.

En Italie, encore, il participe à des projets de monuments et, entre 1897 et 1906, il enseigne à Moscou à l'École de peinture. Il installe son atelier rue Gutenberg à Boulogne-sur-Seine, voisinant d'autres artistes comme Paul Landowski. En 1914, Troubetzkoy vit à Paris et sculpte des bustes : Anatole France, George Bernard Shaw, Rodin, Fédor Chaliapine, la princesse M. Gagarina. Il exécute également des sculptures animalières. En 1911, il séjourne aux États-Unis, à Hollywood pendant la Première Guerre mondiale. En 1932, il se fixe en Italie à Pallanza au bord du lac Majeur, où il continue à œuvrer et à exposer[5].

Il exécute le Monument à Alexandre III qui soulève une grande polémique. Cette statue équestre est inaugurée en 1909, démontée en 1937, puis réérigée en 1990. Il participe à de nombreuses expositions en Russie, en Europe : Sécession à Berlin, Salon d'automne à Paris, Venise, Dresde, Vienne, Rome.

Paul Troubetzkoy était végétarien[6].

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

En France
En Russie
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il s'agit de la transcription normalisée du nom russe. L'usage a imposé Paul (ou Paolo[réf. nécessaire]) Troubetzkoy.
  2. « Paul Troubetzkoy, le Rodin russe, Drouot »
  3. « Paul Troubetzkoy, le Rodin russe, geneanet »
  4. Catalogue de vente Tajan à Paris, 9 décembre 2004.
  5. Russes, catalogue du musée de Montmartre, Fragments éditions, 2003 (ISBN 2-912964-48-2).
  6. (en) Dagmar Godowsky, First Person Plural: The Lives of Dagmar Godowsky, Viking Press, 1958, p. 105.
  7. Robert de Montesquiou (1855-1921) fut l'un des modèles de Marcel Proust pour le baron de Charlus dans À la recherche du temps perdu.
  8. Médecin et gynécologue de renom, Samuel Pozzi servit de modèle à Marcel Proust pour camper le docteur Cottard, habitué du salon de Madame Verdurin dans À la recherche du temps perdu.

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :