Paul Revel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Paul Revel
Paul-j-revel.jpg
Paul J.Revel.
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Peintre, graveurVoir et modifier les données sur Wikidata

Paul Revel, ou Paul Jean Revel, est un peintre et graveur français né à Cannes en 1922. Il s’installe définitivement à Paris en 1958. Il meurt à Paris le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Son enfance et son adolescence se déroulent dans un paysage méditerranéen (son père est horticulteur). Après la guerre, il décide d'être peintre. Malade, Il séjourne plateau d'Assy où il rencontre d’autres jeunes peintres (Henri Ginet, Ladislas Kijno) et des jeunes écrivains (Bernard Landry...) qui deviendront ses amis. Il part pour Paris en 1948 où il fréquente brièvement divers ateliers (Fernand Léger, André Lhote) et expose en 1949 au Salon des Indépendants deux toiles apparentées au Post-cubisme. Insatisfait de ce travail, il retourne dans le Midi où il trouve vraiment sa propre expression, notamment proche de la nature[1]. Comme l'explique José Pierre dans son "Abécédaire", c’est durant cette période que Paul J. Revel rencontre d’autres peintres (Pierre Gastaud[2], François Arnal...). Invité par Romuald Dor de la Souchère, en 1956, il présente sa première exposition personnelle au Musée d'Antibes[3] devenu par la suite le Musée Picasso.

Paul J. Revel vient s'installer définitivement à Paris en 1958. Il habite pendant près d’un an avec son ami Pierre Gastaud chez Henri Ginet dans les sous-sols du cinéma Le Ranelagh où se déroulent à cette époque de nombreuses manifestations artistiques. À cette période il est présenté à Édouard Jaguer et se lie d’amitié avec lui. Ce dernier le fait participer à diverses manifestations du groupe Phases jusqu'en 1964 en France et en Pologne. Ces six années ont été déterminantes dans la pensée de l’artiste, que cela soit d’un point de vue artistique ou intellectuel. Engagé politiquement, il signe en 1960 avec ses amis du groupe Phases (comme le peintre Jean-Pierre Vielfaure) le Manifeste des 121[4] En 1959, il s’installe impasse Delépine dans le 11e arrondissement dans les locaux d’une ancienne fabrique de jouets, un petit coin de campagne à Paris. C’est dans cet atelier, sur les conseils de Paolo Boni, qu’il réalise ses premières gravures.

Pendant près de 20 ans, il participe à de nombreuses expositions collectives, en France et dans le monde[5], avec les surréalistes ou avec ses amis peintres, sculpteurs ou graveurs[6], James Pichette[7], Chu Teh-Chun, Hubert Juin, José Pierre, Xavier Longobardi, Jean Coulot, Philippe Artias, Jean-Pierre Jouffroy, Pierre Gastaud, Paolo Boni, Albert Féraud, Dietrich Mohr, Thibaud, Kijno, … Tout au long de ces années, il retourne régulièrement dans le Midi où il retrouve beaucoup de ses amis à Antibes, à Nice chez le Docteur Gioan et à Cannes auprès de sa famille. Les nombreux artistes qui se retrouvaient ainsi, notamment à la terrasse de L'Agora seront des membres de l'école d'Antibes. Paul J. Revel meurt à Paris, le 19 avril 1983, d'un cancer de la gorge, dans son atelier de l'impasse Delépine.

Principales expositions[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • 1956 Musée Picasso d'Antibes
  • 1960 Galerie H. Legendre, Paris (6°)
  • 1962 Chez le docteur Paul Gay, Saint-Jeoire-en-Faucigny (Haute-Savoie)
  • 1965 Galerie Cavaléro, Cannes
  • 1968 Galerie Legall, Paris
  • 1977 Saint-Etienne, Maison de la culture
  • 1978 Thonon les bains, Maison de la culture et des loisirs
  • 1979 Mâcon, Centre d’action culturel
  • 1992 Sochaux, Maison des Arts et Loisirs
  • 1994 Galerie Alain Margaron, Paris
  • 1996 « Treffpunkt Kunst », Saarlouis (Allemagne)

Expositions de groupe[modifier | modifier le code]

  • 1948 Salon des indépendants
  • 1958 Groupe Le Cadran : « L’art au village », Saint-Jeoire-en-Faucigny (Haute-Savoie)
  • 1959 "Peintres du dépaysage" à la Galerie de la Roue, Paris.
  • 1959 à 1962 expositions avec le groupe Phases
  • 1960 à 1963 « École de Paris » - Galerie Charpentier, Paris
  • À partir de 1964, participations régulières au Salon de Mai
  • 1983 « Parallèles », Jardins de Bagatelle, Paris (à titre posthume)
  • 1983 « Parallèles », Pérouge
  • 1988 Groupe Phases : l’expérience continue, Musée d'art moderne André-Malraux, Le Havre (France)

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir « La Revue moderne des arts et de la vie », Publié en 1976. Paul J. Revel est cité page 26 : « La nature est là qui t'invite et qui t'aime ». (fr) « La Revue moderne des arts et de la vie ».
  2. (fr) « Biographie de Pierre Gastaud ». Site de Com2Art Factory. Consulté le 10 mars 2010.
  3. (fr) « Historique - Les expositions du musée Picasso depuis 1928 ». Site du Musée Picasso. Consulté le 10 mars 2010.
  4. (fr) « Tracts surréalistes et déclarations collectives, 1922-1939 et 1940-1969 », Ouvrage de José Pierre. Éditeur Terrain vague, 1980. Référence à la signature de Paul J. Revel page 410. Site Google Book. Consulté le 11 mars 2010.
  5. (fr) Nouvelles de l'Estampe, Numéros 7-10. Edition Comité national de la gravure française, Bibliothèque nationale (France). Cabinet des estampes. Édité en 1968. Référence à Paul J. Revel, comme représentant français dans une exposition internationale, page 329. Site Google Book. Consulté le 9 mars 2010.
  6. (fr) Revue Afrique-Asie, Numéros 217-229. Edition Société d'Éditions Afrique, Asie, Amérique Latine, 1980. Référence à Paul J. Revel page 11. Site Google Book. Consulté le 11 mars 2010.
  7. Voir dans « La Peinture abstraite et l'œuvre de James Pichette », par Roger Garaudy. Editions Arted, 1969. Référence à Paul J. Revel page 32.
  8. Voir « Arroyo: galeries contemporaines, 9 octobre-29 novembre 1982, Musée national d'art moderne », Ouvrage de Eduardo Arroyo. Edition Centre Georges Pompidou, Musée national d'art moderne, 1982. Référence à Paul J. Revel page 91.
  9. (fr) « Composition II » Estampe de Paul J. Revel datant de 1966. Site du Ministère de la Culture. Consulté le 11 mars 2010.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Clarence Lambert, Paul J. Revel, Paris, Somogy, (ISBN 978-2-757-20197-8) (lire résumé en ligne)
  • L'Abécédaire, José Pierre, Paris, Éditions Eric Losfeld, 1971.
  • L'univers surréaliste, José Pierre, Paris, Éditions Somogy, 1983.
  • L'Ecole de Paris 1945-1956 : Dictionnaire des peintres, Lydia Harambourg, Neuchâtel, Éditions Ides et Calendes, 1993.
  • Dictionnaire Bénézit, éditions Gründ.
  • Memento Mori, Mihail Eminesco, préface et édition scientifique d'Hubert Juin, Paris, Éditions P.-J. Oswald, 1958.
  • Histoire de l'art : la peinture abstraite, Jean-Clarence Lambert, Lausanne, Éditions Rencontre, 1967.

Liens externes[modifier | modifier le code]