Xavier Longobardi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Xavier Longobardi
Longobardi.png

Xavier Longobardi en 1995, capture d'écran d'une vidéo de l'Encyclopédie audiovisuelle de l'art contemporain.

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
Nationalité
Activité

Xavier Longobardi est un peintre absrait français, né le à Alger et mort le [1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Le grand-père maternel de Xavier Longobardi est officier-interprète en langue arabe. Son père, inspecteur puis trésorier du ministère des Finances, pratique la peinture en amateur, sa mère, déléguée à la liberté surveillée au Tribunal pour enfants, le piano[2].

Après une scolarité chez les Jésuites du collège de Notre-Dame d'Afrique, il poursuit ses études à l'université d'Alger. En novembre 1942 il s’engage comme volontaire et participe durant trois ans aux campagnes du général De Lattre de Tassigny réalisant plus de trois cents portraits de ses compagnons. Il est décoré de la Croix de guerre.

À sa démobilisation, Xavier Longobardi est professeur de dessin dans le collège où il avait fait ses études, reprend ses études à l'Université où il suit les cours d'André Mandouze. En 1946 une bourse d'ancien combattant lui est accordée, il part à Paris où son ami Paul Élie Dubois lui cède son atelier. Abandonnant rapidement l'École des beaux-arts où il était admis, il travaille seul et dessine à l'Académie de la Grande Chaumière. Il fréquente simultanément à la Sorbonne les cours de Jean Wahl, Étienne Souriau, René Le Senne, Raymond Bayer, à l'Institut d'art et d'archéologie ceux de Réau, Chastel, Lavedan, qui est son directeur de thèse. En 1948 il en interrompt la préparation pour se consacrer entièrement à la peinture.

Depuis 1952, Xavier Longobardi vit et travaille à Paris et à Aix-en-Provence.

L'œuvre[modifier | modifier le code]

À partir de 1951, la peinture de Xavier Longobardi prend la direction de l’abstraction.

« Chez lui la couleur est une lumière interne aux objets imaginaires qu'il nous propose, d'où son faste. Ce n'est pas comme pour la plupart des peintres du Sud un renvoi d'une lumière externe à l'objet. »[3].

Il a créé de nombreux cartons de tapisseries,des lithographies, linogravures et sérigraphies. Il a également illustré plusieurs ouvrages, dont Certitudes et incertitudes de la science de Louis de Broglie.

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • 1952 : galerie Saint-Jacques, Paris
  • 1953 : galerie de Beaune, Paris
  • 1954/1955 : galerie Arnaud, Paris
  • 1956/1957/1959 : galerie Lucien Durand, Paris
  • 1964 : galerie Maurice Garnier, Paris
  • 1968 : « Structurations puissance », Musée d'art moderne de la ville de Paris
  • 1965 : Esch-sur-Alzette
  • 1966 : Musée Picasso, Antibes, et Musée de L’Athénée, Genève
  • 1968 : musée d'art moderne de la ville de Paris, section de l’ARC (Art-Recherche-Confrontation)
  • 1972 : musée de Tessé, Le Mans
  • 1981 : musée R. Brindisi, Ferrare
  • 1984 : Maison des Arts, Sochaux
  • 1987 : galerie Suzanne Pons, Cannes; C.A.L.A.T, Privas
  • 1988 : galerie Callu Mérite, Paris
  • 1989 : galerie Bellint, Paris
  • 1990 : galerie Art Prestige, Paris; galerie François Clouet, Vanves
  • 1991 : galerie Régis Dorval, Le Touquet
  • 1999 : M.A.L.S., Sochaux; Treffpunkt, Saarlouis

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

Musées[modifier | modifier le code]

Ses œuvres sont présentes dans les musées de : Alger, Antibes, Châteauroux, Constantine, Dunkerque, Ferrare, Genève, Harnheim, Londres, Paris, Zurich

Réalisations publiques[modifier | modifier le code]

  • School House Lane à Philadelphie
  • Gotham Hôtel de New York
  • Présidence de la République d’Abidjan
  • Rectorat de l’Académie de Poitiers
  • Paquebot France

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : source utilisée pour la rédaction de cet article

Monographies[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Jouffroy, L'espace et la lumière de Xavier Longobardi, Aix-en-Provence, Éditions Clair-Obscur, 1982 (ISBN 2-904218-00-9)
  • Xavier Longobardi, œuvres de 1989-1990, texte de François de Villandry, Paris, Fragments éditions, 1990
  • Xavier Longobardi, préface d'Erik Orsenna, texte de Lydia Harambourg, Paris, Fragments éditions, 2000 (ISBN 2-912964-08-3) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Catalogues[modifier | modifier le code]

  • Abstraction 50, l'explosion des libertés, Ville de Rueil-Malmaison, 9 décembre 2011 - 19 mars 2012, Éditions du Valhermeil, 2011, 128 p. (reproductions : Sans titre, 1954, 23 × 25 cm, p. 13) (ISBN 9 782354 670948). Document utilisé pour la rédaction de l’article

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Adieu l'artiste
  2. toutes indications biographiques extraites de « Biographie » dans Xavier Longobardi, préface d'Erik Orsenna, texte de Lydia Harambourg, Paris, Fragments éditions, 2000, p. 325-332
  3. Jean-Pierre Jouffroy, L'espace et la lumière de Xavier Longobardi, Aix-en-Provence, éditions Clair Obscur, (ISBN 2-904218-00-9)