François Arnal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
François Arnal
Arnalfrançois.png
François Arnal en 1995.
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Lieu de travail

François Arnal, né le à La Valette-du-Var et mort le au Le Kremlin-Bicêtre, est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

François Arnal est issu d'une famille de vignerons varois. Après des études secondaires au lycée de Toulon, il poursuit, à l'université d'Aix-en-Provence, des études de droit et de lettres.

En 1943, il entre dans la Résistance et rejoint un maquis de l'Auvergne.

Après guerre, François Arnal se tourne vers la peinture en 1947. En 1948, il arrive à Paris où il rencontre des peintres, tels Pierre Dmitrienko, Serge Rezvani ou Bernard Quentin, et des écrivains, dont Raymond Queneau, Hubert Juin, J.-C. Lambert et Alain Jouffroy. Il participe au mouvement de l'abstraction lyrique (Charles Estienne) et de l'art informel (Michel Tapié).

En 1960, François Arnal aborde la sculpture.

Il vit ensuite aux États-Unis six mois par an, où il expose et travaille jusqu'en 1964, année où il se fixe à Paris.

Il a été le compagnon de l'actrice Micheline Presle pour le domicile de laquelle il a créé du mobilier[1].

En 1968, Arnal ouvre l'Atelier A à Paris, qui édite notamment des objets créés par des artistes (tables, luminaires).

En 1975, il se remet à la peinture et à la sculpture et commence à écrire des romans et des pièces de théâtre.

En 2009, François Arnal revient au design et dessine la table Véli Vélo, qui sera éditée à 50 exemplaires et signée François Arnal, Atelier A.

Œuvres (sélection)[modifier | modifier le code]

  • L'Éclipse, 1954, huile sur toile, signée datée en bas à droite, 54,5 × 33 cm, Musée d'Évreux.
  • Série des élémentaires pour une dynamique blanche, acrylique sur toile, 176 × 175 cm, 1980, musée d'Art de Toulon

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Citations[modifier | modifier le code]

« On ne sait rien du tout, d'où on est, où on va, sauf qu'il faut aimer la vie, la vie... et j'aime la vie. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « 1977-2007 Design, une génération | Vente n°1347 | Lot n°55 | Artcurial », sur www.artcurial.com (consulté le 22 juillet 2020)

Lien externe[modifier | modifier le code]