Pierre Gastaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pierre Gastaud
Pierre Gastaud (1995).png
Pierre Gastaud en 1995.
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Pierre Gastaud est un peintre, lithographe et sculpteur français né le à Nice et mort le à Saint-Martin-Vésubie (Alpes-Maritimes).

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre Gastaud perd son père, chef de chœur à l’Opéra de Nice, en 1929, ce qui l’oblige à travailler très jeune. En 1938, il a déjà exercé de nombreux métiers dont celui de garçon boucher, mais aucun ne l’intéresse réellement. Il se passionne pour une seule chose : le dessin, qu’il pratique tous les jours.

Sa première rencontre marquante est celle du peintre Maurice Mendjizky.

Pierre Gastaud collabore au journal Le Patriote niçois en réalisant des dessins satiriques sur le monde politique et le monde ouvrier en particulier.

Il rencontre les peintres Charles Malaussena, Philippe Artias, Alfred Angeletti et Pablo Picasso.

En parallèle, avec ses amis peintres, il forme un groupe auquel il est demandé d’organiser une exposition à la bourse du travail ainsi que des débats pour une importante manifestation appelée « France–Ligurie », réunissant des peintres, des poètes et des écrivains français et italiens.

De Nice, Pierre Gastaud déménage à Antibes[1]. Il retrouve ainsi André Verdet, Jacques Prévert, Xavier Longobardi, Ladislas Kijno, Paul Revel, Germaine Richier et parfois Picasso venu à Antibes à la demande de Romuald Dor de la Souchère. Le débat sur la peinture abstraite, informelle anime leurs rencontres. À eux tous, ils créent ce qui pourrait être appelé l'École d’Antibes[réf. nécessaire]. À cette même époque, il rencontre celle qui est sa compagne depuis près de cinquante ans, l'artiste peintre Élisabeth Adams (1924-2012)[2]. Les années qui suivent lui font multiplier les rencontres artistiques et intellectuelles comme Albert Féraud, avec qui il travaillera dans un grand atelier à Bagneux, ou Paul Revel dont il organisera l'exposition posthume.

« Je considère l'espace à peindre comme une arène où s'affrontent les éléments les plus contradictoires, formes agressives (couleurs) inharmoniques : "La Vie". À l'affût, mes quatre yeux disponibles, je parcours le ciel et la terre. » — Pierre Gastaud[réf. nécessaire]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « Des formes bien assises dans un lyrisme raisonné » - Gérard Xuriguera[9]
  • « Autodidacte, il n'expose qu'à partir de 1950 et ne se consacre entièrement à la peinture qu'après 1951. Il pratique alors une sorte de paysagisme abstrait aux tons parfois violents. » - Gérald Schurr[10]

Collections publiques[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Musée[modifier | modifier le code]

Fresque[modifier | modifier le code]

  • Vitry-sur-Seine :
    • immeubles H.L.M. : Pierre Gastaud et Ladislas Kijno, Poème de Jean-Pierre Lemesle, installées en 1976, en collaboration avec Ladislas Kijno, peintures sur panneaux métal provenant de l'exposition du plateau d'Assy de 1973[11].
    • 2-5, avenue de l'Abbé-Roger-Derry : Sans titre, 1995, peinture polyuréthane[12].

Sculpture en espace public[modifier | modifier le code]

Autres pays[modifier | modifier le code]

Collections privées[modifier | modifier le code]

Prix, distinctions et hommages[modifier | modifier le code]

  • Prix de la Jeune Peinture de Nice, 1950[15].
  • Prix de la Biennale de Menton, 1951[15].
  • Une voie de la ville d'Antibes porte le nom de chemin Pierre Gastaud.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]