CDS – Parti populaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Parti populaire (Portugal))
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un [[partis politiques <adj>s image illustrant la vie politique portugaise
Cet article est une ébauche concernant un parti politique et la vie politique portugaise.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

CDS – Parti populaire
(pt) CDS – Partido Popular
Image illustrative de l'article CDS – Parti populaire
Logo officiel
Présentation
Président Assunção Cristas
Fondation
Siège Largo Adelino Amaro da Costa 5, 1149-063, Lisbonne
Secrétaire général Pedro Morais Soares
Vice-présidents Nuno Melo
Adolfo Mesquita Nunes
Cecília Meireles
Porte-parole João Almeida
Président du conseil national Telmo Correia
Positionnement idéologique Centre droit
Idéologie Conservatisme[1],[2],[3]
Démocratie chrétienne[1],[4],[5]
National-conservatisme[1],[6]
Euroscepticisme modéré[7]
Affiliation européenne Parti populaire européen
Affiliation internationale Union démocrate internationale
Couleurs Bleu
Site web http://www.cds.pt
Présidents de groupe
Assemblée de la République Nuno Magalhães
Parlement européen Manfred Weber (PPE)
Représentation
Députés
18 / 230
Député européens
1 / 21

Le CDS – Parti populaire (en portugais : CDS – Partido Popular[8], sigle officiel CDS-PP), est un parti politique portugais, fondé le 19 juillet 1974, conservateur. Au niveau international, il est membre de l'Union démocrate internationale et du Parti populaire européen[9] après avoir fait partie des Démocrates européens.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

Le Parti du Centre démocratique et social (en portugais : Partido do Centro Democrático Social, CDS) est fondé le , à peine trois mois après la révolution des Œillets. Il se revendique alors de la démocratie chrétienne, du conservatisme et du libéralisme classique. Parmi ses principaux fondateurs se trouvent Diogo Freitas do Amaral, Vítor Sá Machado et Adelino Amaro da Costa.

Le CDS se déclare alors au centre, dans la mesure où la chute de l'État nouveau a été principalement menée par la gauche et l'extrême gauche. Inscrit au Tribunal suprême de justice le , le parti organise son premier congrès douze jours plus tard à Lisbonne. Celui-ci sera perturbé par des militants d'extrême gauche, qui encercleront le bâtiment. Avec le Parti socialiste (PS) et le Parti populaire démocratique (PPD), il participe de la stabilisation du Processus Révolutionnaire en Cours (PREC).

De l'opposition à la coalition gouvernementale[modifier | modifier le code]

Après l'échec du coup d'État d'extrême gauche du , le CDS se déclare parti d'opposition. Il n'obtient que 7,6 % des voix aux élections constituantes du suivant, soit 16 députés sur 250. Il vote ainsi contre la nouvelle Constitution dans la mesure où elle décrit le Portugal comme « un pays sur la voie du socialisme ».

Les élections législatives du marquent une progression certaine du CDS, qui atteint 16 % des suffrages exprimés et 42 sièges sur 263 à l'Assemblée de la République. Le , les chrétiens-démocrates entrent en coalition avec les socialistes, pour former le IIe gouvernement constitutionnel sous l'autorité de Mário Soares, obtenant le ministère des Affaires étrangères, le ministère de la Réforme administrative et le ministère du Commerce et du Tourisme. Le conseil national du CDS rappelle ses ministres dès le , et le président de la République destitue l'exécutif à peine trois jours plus tard.

L'Alliance démocratique[modifier | modifier le code]

En 1979, le CDS propose au Parti social-démocrate (PPD/PSD) et au Parti populaire monarchiste (PPM) de constituer une coalition électorale de centre droit. Celle-ci prend le nom d'Alliance démocratique (en portugais : Aliança Democrática, AD). Aux élections législatives intercalaires du de cette même année, l'AD remporte 42,5 % des voix et 128 députés sur 250, dont 43 pour les chrétiens-démocrates. Quand Francisco Sá Carneiro forme le VIe gouvernement constitutionnel le , le CDS obtient le ministère des Affaires étrangères, le ministère de la Défense nationale, le ministère des Affaires sociales, le ministère du Commerce et le ministère des Travaux publics, ainsi que le poste de Vice-Premier ministre.

Les élections législatives du confirment la domination de l'AD, qui obtient 134 députés dont 46 pour le CDS, ce qui constitue la plus importante représentation parlementaire de son histoire. Le ]], le Premier ministre Sá Carneiro et le ministre de la Défense Amaro da Costa meurent dans un accident d'avion. Le Vice-Premier ministre Freitas do Amaral prend l'intérim de la direction du gouvernement. Le ministre adjoint Francisco Pinto Balsemão est alors nommé chef de l'exécutif et constitue le VIIe gouvernement constitutionnel, dans lequel le CDS obtient le poste de ministre d'État adjoint du Premier ministre, le ministère de la Défense nationale, le ministère des Finances, le ministère de l'Industrie et le ministère des Travaux publics. Dans le VIIIe gouvernement constitutionnel, constitué le par Pinto Balsemão, le parti reçoit le ministère de la Défense nationale, le ministère des Affaires sociales, le ministère de l'Agriculture, le ministère de l'Industrie, le ministère de la Culture et le titre de Vice-Premier ministre.

L'effondrement[modifier | modifier le code]

L'AD n'est finalement pas reconduite pour les élections législatives anticipées du , après son échec aux élections locales de . En , Diogo Freitas do Amaral abandonne la présidence du CDS, Francisco Lucas Pires étant élu à sa suite face à Luís Barbosa. Avec un total de 12,6 %, les chrétiens-démocrates font élire 30 députés et se trouvent alors dans l'opposition du fait de la formation d'une grande coalition entre socialistes et libéraux. Le parti recul encore aux élections législatives anticipées du à 10 % des voix, soit 22 députés. Pires renonce alors à en assumer la direction, Adriano Moreira lui succédant.

Ce dernier amène le CDS au plus mauvais résultat de son histoire, à savoir 4,4 % des suffrages et 4 députés sur 250 à l'Assemblée de la République au cours des élections législatives anticipées du . Il décide de ne pas postuler à sa succession et Freitas do Amaral reprend le contrôle de la formation chrétienne-démocrate. Il échoue à la redresser lors des élections législatives du , où il se contente de 4,4 % des voix et 5 élus sur 230.

Le Parti populaire et la récupération[modifier | modifier le code]

En , Amaral laisse de nouveau la présidence du parti. L'ancien dirigeant de la Jeunesse centriste Manuel Monteiro, âgé de 30 ans, prend alors sa suite en battant Basílio Horta et António Lobo Xavier. Il entame alors un virage idéologique majeur, notamment sur les questions européennes puisqu'il rejette l'idée d'une Europe fédérale au profit d'une Europe des Nations. Il organise également le changement de nom du parti, qui devient en le Parti du centre démocratique et social – Parti populaire (en portugais : Partido do Centro Democrático Social – Partido Popular, CDS-PP). Il change définitivement de nom en , devant le Parti populaire (en portugais : Partido Popular, CDS–PP).

Les élections législatives du suivant voient le CDS-PP fortement se redresse avec 9,1 % des voix et 15 députés à l'Assemblée de la République. Monteiro se maintient alors à la direction de la formation, mais l'échec aux élections locales de 1997 le conduit à y renoncer. Paulo Portas est alors élu président du parti en contre la candidate de son prédécesseur, Maria José Nogueira Pinto. Aux élections législatives du , la formation recule à 8,4 % mais conserve ses 15 députés.

Le retour au gouvernement[modifier | modifier le code]

À l'occasion des élections législatives anticipées du , le CDS–PP recueille 8,7 % des suffrages et 14 parlementaires. Il passe alors un accord de coalition avec le Parti social-démocrate (PPD/PSD) et intègre le le XVe gouvernement constitutionnel de José Manuel Durão Barroso, occupant le ministère de la Défense nationale, le ministère de la Justice et le ministère du Travail. Après que Pedro Santana Lopes a remplacé Barroso et formé le XVIe gouvernement constitutionnel le , le CDS–PP obtient le ministère de la Défense nationale, le ministère des Finances, le ministère de l'Environnement et le ministère du Tourisme.

Deux années d'instabilité[modifier | modifier le code]

Le nouvel exécutif se révélant miné par des divisions, les élections législatives anticipées du sont convoquées. Portas, ministre de la Défense sortant, impose alors quatre objectifs à son propre parti : rester la troisième force politique, devancer les communistes, dépasser 10 % des voix et empêcher une majorité absolue du Parti socialiste. Au soir du scrutin, le Parti populaire se contente de 7,2 % des voix, terminant quatrième derrière le PCP alors que les socialistes conquièrent plus de la moitié des sièges à l'Assemblée de la République.

Prenant acte de son échec, Paulo Portas renonce à présider la formation après sept ans de mandat, le plus long après le premier de Diogo Freitas do Amaral. Le congrès du CDS–PP, convoqué à Lisbonne en suivant consacre l'élection de José Ribeiro e Castro sur Telmo Correia, candidat soutenu par le chef sortant. Ribeiro e Castro sera réélu dès au cours d'élections directes où il sera le seul candidat. Le congrès organisé en lui permet de défaire le président de la Jeunesse populaire, João Almeida, et conserver la direction du CDS–PP.

Les relations tendues entre Ribeiro e Castro et le groupe parlementaire, formé de fidèles de Portas, vont alors croissantes, jusqu'à la démission de son président Nuno Melo au début de l'année 2007.

La deuxième présidence Portas[modifier | modifier le code]

Portas décide alors de revenir dans le jeu politique et défie son successeur pour la présidence du CDS–PP. Le premier défend des élections directes, le second estimant que seul un congrès peut attribuer le poste de président du parti. Après un conseil national marqué par des agressions physiques et verbales, les militants sont appelés à voter et désignent Paulo Portas par 75 % des voix.

Lors d'un conseil national convoqué le , la formation change une nouvelle fois de nom et décider de se baptiser CDS – Parti populaire (en portugais : CDS – Partido Popular, CDS-PP). Les élections législatives du suivant amènent à un redressement certain du parti, qui cumule 10,4 % des suffrages exprimés et 21 députés. L'absence de majorité parlementaire stable conduit à la tenue des élections législatives du . Avec 24 députés et 11,7 % des voix, il atteint son meilleur résultat en trente ans.

Un nouvel accord de coalition est passé avec les libéraux. Dans le XIXe gouvernement constitutionnel, formé par Pedro Passos Coelho le , le CDS–PP obtient le ministère des Affaires étrangères, le ministère de l'Agriculture et de l'Environnement, et le ministère de la Sécurité sociale. Le remaniement ministériel orchestré le lui accorde le poste de Vice-Premier ministre, le ministère de l'Économie, le ministère de l'Agriculture et le ministère de l'Emploi.

2016, le nouveau changement de génération[modifier | modifier le code]

Pour les élections législatives , les chrétiens-démocrates acceptent de constituer une coalition électorale avec les libéraux, baptisée « Portugal en avant ! » (en portugais : Portugal à Frente, PàF). L'alliance obtient 36,9 % des voix et 107 députés, dont seulement 18 pour le CDS–PP. Bien qu'il soit minoritaire, Passos est reconduit par le président de la République et forme le XXe gouvernement constitutionnel, le CDS – Parti populaire se voyant attribuer le même portefeuille. Ce cabinet n'obtient pas l'investiture de l'Assemblée de la République et le CDS–PP retourne dans l'opposition.

Portas renonce une nouvelle fois à la présidence de la formation chrétienne-démocrate. Le , l'ancienne ministre de l'Agriculture et seule candidate Assunção Cristas est élue présidente du CDS–PP, devenant la première femme à exercer cette fonction.

Idéologie[modifier | modifier le code]

Dirigeants[modifier | modifier le code]

Siège national du CDS-PP à Lisbonne.

Présidents du CDS-PP[modifier | modifier le code]

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections parlementaires[modifier | modifier le code]

Année Voix  % Sièges Rang Gouvernement
1975 434 879 7,61
16 / 250
4e
1976 876 007 15,98
42 / 263
3e Opposition (1976-1978), IIe (1978) et opposition (1978-1979)
1979 au sein de l'AD
43 / 250
1980 au sein de l'AD
46 / 250
VIe (1980-1981), VIIe (1981) et VIIIe (1981-1983)
1983 716 705 12,56
30 / 250
4e Opposition
1985 577 580 9,96
22 / 250
5e Xe (1985-1987)
1987 251 987 4,44
4 / 250
5e Opposition
1991 254 317 4,43
5 / 230
4e Opposition
1995 534 470 9,05
15 / 230
3e Opposition
1999 451 643 8,34
15 / 230
4e Opposition
2002 477 350 8,72
14 / 230
3e XVe (2002-2004) et | XVIe (2004-2005)
2005 432 009 7,54
12 / 230
4e Opposition
2009 592 778 10,34
21 / 230
3e Opposition
2011 653 888 11,71
24 / 230
3e XIXe
2015 au sein de PàF (en)
18 / 230
XXe (2015) et opposition (2015-)

Élections européennes[modifier | modifier le code]

Année  % Sièges Tête de liste Groupe
1987
15,4 %
4 / 24
Francisco Lucas Pires PPE
1989
14,1 %
3 / 24
Francisco Lucas Pires PPE
1994
12,5 %
3 / 25
Manuel Monteiro UEN
1999
8,1 %
2 / 25
Paulo Portas UEN
2004 [10]
2 / 24
PPE-DE
2009
8,3 %
2 / 22
Nuno Melo PPE
2014 [11]
1 / 21
PPE

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Parties and Elections in Europe: The database about parliamentary elections and political parties in Europe, by Wolfram Nordsieck
  2. André Freire, The Party System of Portugal, VS Verlag,‎ , p. 373
  3. Howard J. Wiarda et Margaret MacLeish Mott, Catholic Roots and Democratic Flowers: Political Systems in Spain and Portugal, Greenwood,‎ , p. 138
  4. Richard Gunther et Jose R. Montero (sujets : Parties, Politics, and Democracy in the New Southern Europe), The Anchors of Partisanship: A Comparative Analysis of Voting Behavior in Four Southern European Democracies, Johns Hopkins University Press,‎ (ISBN 978-0-8018-6518-3, lire en ligne), p. 108.
  5. José M. Magone, Contemporary European Politics: A comparative introduction, Routledge,‎ (lire en ligne), p. 117
  6. David Art, Memory Politics in Western Europe, Vandenhoeck & Ruprecht,‎ (ISBN 978-3-525-36922-7, lire en ligne), p. 364
  7. Manuel Monteiro, Paulo Portas, Jaime Nogueira Pinto, Adriano Moreira, António Lobo Xavier et António Marques Bessa, Viva Portugal - Uma nova ideia da Europa, Lisbon, Europa América,‎ (ISBN 972-1-03772-9), p. 137.
  8. L'article premier de ses statuts dispose « O CDS - Partido Popular, fundado em 19 de Julho de 1974, denomina-se CDS-Partido Popular, usará a sigla CDS-Partido Populare rege-se pelos presentes Estatutos. »
  9. (en) « Member Parties », sur epp.eu (consulté le 17 mai 2016)
  10. 33,2 % en coalition avec le Parti social-démocrate qui a obtenu sept élus
  11. 27,7 %en coalition avec le Parti social-démocrate qui a obtenu six élus

Voir aussi[modifier | modifier le code]