Élections législatives portugaises de 1983

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Élections législatives portugaises de 1983
250 députés de l'Assemblée de la République
(Majorité absolue : 126 députés)
le
Type d’élection élection parlementaire
Corps électoral et résultats
Inscrits 7 337 064
Votants 5 707 695
77,79 %  −6,1
Votes exprimés 5 560 925
Votes blancs 42 494
Votes nuls 104 276
Mário Soares - Claude Truong-Ngoc 1978 (cropped).jpg PS – Mário Soares
Voix 2 061 309
37,07 %
Députés élus 101  +27
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
PPD/PSD – Carlos Mota Pinto
Voix 1 554 804
27,96 %
Députés élus 75  −7
Alvaro Cunhal.jpg PCP – Álvaro Cunhal
Voix 1 031 609
18,55 %
 +1,4
Députés élus 44  +3
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
CDS – Francisco Lucas Pires
Voix 716 705
12,89 %
Députés élus 30  −16
Composition politique
Diagramme
Premier ministre
Sortant Élu
Francisco Pinto Balsemão
PPD/PSD
Mário Soares
PS
eleicoes.cne.pt/

Les élections législatives portugaises de 1983 (en portugais : Eleições legislativas portuguesas de 1983) se sont tenues le afin d'élire les 250 députés de la troisième législature de l'Assemblée de la République pour un mandat de quatre ans.

Le scrutin est remporté à la majorité relative par le Parti socialiste (PS).

Contexte[modifier | modifier le code]

La « révolution des Œillets » du met fin à 40 ans de régime autoritaire et corporatiste de l'État nouveau. Elle est suivie de cinq ans d'instabilité.

Les élections législatives « intercalaires » de portent au pouvoir l'Alliance démocratique (AD), une coalition de centre droit dirigée par le président du Parti social-démocrate (PPD/PSD) Francisco Sá Carneiro. Au cours des élections législatives du , l'AD conforte sa majorité avec 134 députés sur 250 et plus de 46 % des suffrages, contre 74 élus et 28 % des voix pour le Front républicain et socialiste (FRS), constitué autour du PS de Mário Soares. La troisième place revient à l'Alliance du peuple uni (APU), créée par le Parti communiste portugais (PCP) d'Álvaro Cunhal et qui rassemble 17,1 % des voix, faisant élire 41 parlementaires.

Le , alors que la campagne pour le premier tour de l'élection présidentielle s'achève, le Premier ministre Sá Carneiro et le ministre de la Défense nationale Adelino Amaro da Costa meurent dans un accident d'avion au décollage de Porto. Aussitôt le vice-Premier ministre Diogo Freitas do Amaral assure l'intérim à la tête de l'exécutif. Le premier tour organisé trois jours plus tard consacre la victoire du général António Ramalho Eanes, président de la République sortant et candidat soutenu par les partis de gauche, sur le général Soares Carneiro, appuyé par les formations de l'Alliance démocratique.

Le conseil national du PPD/PSD désigne alors le ministre adjoint au Premier ministre, fondateur du parti et rédacteur en chef du journal Expresso Francisco Pinto Balsemão pour prendre la suite de Sá Carneiro. Il prend ses fonctions le . Du fait des luttes internes au sein du Parti social-démocrate, Pinto Balsemão démissionne dès le , mais les retrouve trois semaines plus tard, le .

Les élections locales du constituent un désaveu pour l'AD. Au total, elle perd plus de sept points et 30 villes par rapport au scrutin de , tandis que le PS gagne 23 postes de maire. Face au redoublement des critiques internes au PPD/PSD, Pinto Balsemão renonce de nouveau à diriger le gouvernement et le président Eanes décide alors de dissoudre l'Assemblée de la République pour tenir de nouvelles élections législatives. À cette occasion, l'AD et le FRS ne sont pas reconduits.

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Le mode de scrutin retenu, fixé par la loi électorale du , prévoit l'élection des députés au scrutin proportionnel suivant la méthode d'Hondt, connue pour avantager les partis arrivés en tête.

La loi électorale, conformément aux dispositions constitutionnelles, établit le nombre de députés à 250, le maximum autorisé. Les députés sont élus dans 22 circonscriptions électorales, à savoir les 18 districts du Portugal, les Açores, Madère, l'Europe, et le reste du monde.

Principaux partis et chefs de file[modifier | modifier le code]

Parti Idéologie Chef de file Résultats en 1980
Parti social-démocrate
Partido Social Democrata
Centre droit
Libéralisme
Carlos Mota Pinto 82 députés
Parti socialiste
Partido Socialista
Centre gauche
Social-démocratie, socialisme démocratique
Mário Soares 74 députés
Alliance du peuple uni
Aliança Povo Unido
Gauche
Communisme, anticapitalisme
Álvaro Cunhal 17,1 % des voix
41 députés
Parti du centre démocratique et social
Partido do Centro Democrático Social
Centre
Démocratie chrétienne, libéralisme
Francisco Lucas Pires
Ministre de la Culture
46 députés

Résultats[modifier | modifier le code]

Scores[modifier | modifier le code]

Élections législatives portugaises de 1983
Inscrits 7 337 064
Abstentions 1 629 369 22,21 %
Votants 5 707 695 77,79 %
Bulletins enregistrés 5 707 695
Bulletins blancs ou nuls 146 770 2,57 %
Suffrages exprimés 5 560 925 97,43 % 250 sièges à pourvoir
Liste Tête de liste Suffrages Pourcentage Sièges acquis Var.
Parti socialiste (PS) Mário Soares 2 061 309 37,07 %
101 / 250
en augmentation 27
Parti social-démocrate (PPD/PSD) Carlos Mota Pinto 1 554 804 27,96 %
75 / 250
en diminution 7
Alliance du peuple uni (APU) Álvaro Cunhal 1 031 609 18,55 %
44 / 250
en augmentation 3
Parti du centre démocratique et social (CDS) Francisco Lucas Pires 716 705 12,89 %
30 / 250
en diminution 16
Autres listes Néant 196 498 3,53 %
0 / 250

Analyse[modifier | modifier le code]

Conséquences[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]