Élections constituantes portugaises de 1975

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 1973 Drapeau du Portugal 1976 Suivant
Élections constituantes portugaises de 1975
250 députés de l'Assemblée constituante
(Majorité absolue : 126 députés)
le
Type d’élection élection parlementaire
Corps électoral et résultats
Inscrits 6 231 372
Votants 5 711 829
91,66 %
Votes valables 5 315 064
Votes nuls 396 765
Mário Soares - Claude Truong-Ngoc 1978 (cropped).jpg PS – Mário Soares
Voix 2 162 972
40,70 %
Députés élus 116
Sá Carneiro.jpg PPD – Francisco Sá Carneiro
Voix 1 507 282
28,36 %
Députés élus 81
Alvaro Cunhal.jpg PCP – Álvaro Cunhal
Voix 711 935
13,39 %
Députés élus 30
Freitas do Amaral, XV Cimeira Ibero-Americana - Salamanca, Espanha.jpg CDS – Diogo Freitas do Amaral
Voix 434 879
8,18 %
Députés élus 16
Composition politique
Diagramme
Premier ministre
Sortant Élu
Vasco Gonçalves
Indépendant
Vasco Gonçalves
Indépendant
eleicoes.cne.pt/

Les élections constituantes portugaises de 1975 (en portugais : Eleições legislativas portuguesas de 1975) se sont tenues le afin d'élire les 250 députés de l'Assemblée constituante pour un mandat d'un an.

Le scrutin est remporté à la majorité relative par le Parti socialiste (PS).

Contexte[modifier | modifier le code]

Les précédentes élections législatives se sont tenues le , sous le régime autoritaire de l'État nouveau. L'Action nationale populaire (ANP), parti unique du président du conseil Marcelo Caetano avait remporté les 150 députés de l'Assemblée nationale, avec un taux de participation de 66,5 % des inscrits.

Le , la « révolution des Œillets », initiée par les capitaines du Mouvement des forces armées (MFA), met fin au pouvoir autoritaire instauré en par António de Oliveira Salazar. Une « Junte de salut national » (JSN), présidée par le général António de Spínola, prend alors les fonctions de chef de l'État et du gouvernement.

Les partis politiques étant de nouveau légaux, le secrétaire général du Parti socialiste (PS) Mário Soares et le secrétaire général du Parti communiste portugais (PCP) Álvaro Cunhal font leur retour au Portugal moins d'une semaine plus tard. En outre, les anciens de l'« aile libérale » de l'ANP, favorable à une démocratisation de l'État nouveau avant sa chute, se réunissent pour former le Parti populaire démocratique (PPD) qui se revendique de la social-démocratie.

Au bout de trois semaines Spínola est investi président de la République et nomme Adelino da Palma Carlos Premier ministre à la tête d'un gouvernement provisoire où siègent civils et militaires, indépendants, socialistes, sociaux-démocrates et communistes.

Dès le , Vasco Gonçalves, militaire présenté comme proche du Parti communiste, remplace Palma Carlos à la direction du gouvernement. Le lendemain apparaît le premier parti qui ne se revendique pas de la gauche ou du centre gauche, le Parti du centre démocratique et social (CDS), qui dit se rattacher à la démocratie chrétienne et au libéralisme.

À peine deux mois et demi plus tard, après avoir échoué à mener une contre-révolution, le président de Spínola démissionne et se trouve remplacé par le général Francisco da Costa Gomes, alors « numéro deux » de la JSN.

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Le mode de scrutin retenu, fixé par la loi électorale du , prévoit l'élection des députés au scrutin proportionnel suivant la méthode d'Hondt, connue pour avantager les partis arrivés en tête.

La loi fixe le nombre d'un député pour 25 000 habitants et un de plus par fraction de 12 500. Les députés sont élus dans vingt-trois circonscriptions électorales, à savoir les dix-huit districts métropolitains, les Açores, Madère, le Mozambique, Macao, et le reste du monde.

En application de ces dispositions, 250 sièges sont à pourvoir.

Principaux partis et chefs de file[modifier | modifier le code]

Parti Idéologie Chef de file
Parti socialiste
Partido Socialista
Centre gauche
Socialisme démocratique
Mário Soares
Ministre des Affaires étrangères
Parti populaire démocratique
Partido Popular Democrático
Centre gauche
Social-démocratie
Francisco Sá Carneiro
Parti communiste portugais
Partido Comunista Português
Gauche
Communisme, anticapitalisme
Álvaro Cunhal
Ministre sans portefeuille
Parti du centre démocratique et social
Partido do Centro Democrático Social
Centre
Démocratie chrétienne, libéralisme
Diogo Freitas do Amaral

Résultats[modifier | modifier le code]

Scores[modifier | modifier le code]

Élections constituantes portugaises de 1975
Inscrits 6 231 372
Abstentions 519 543 8,34 %
Votants 5 711 829 91,66 %
Bulletins enregistrés 5 711 829
Bulletins blancs ou nuls 396 765 6,95 %
Suffrages exprimés 5 315 064 93,05 % 250 sièges à pourvoir
Liste Tête de liste Suffrages Pourcentage Sièges acquis Var.
Parti socialiste (PS) Mário Soares 2 162 972 40,7 %
116 / 250
Parti populaire démocratique (PPD) Francisco Sá Carneiro 1 507 282 28,36 %
81 / 250
Parti communiste portugais (PCP) Álvaro Cunhal 711 935 13,39 %
30 / 250
Parti du centre démocratique et social (CDS) Diogo Freitas do Amaral 434 879 8,18 %
16 / 250
Mouvement démocratique portugais (MDP) José Manuel Tengarrinha 236 318 4,45 %
5 / 250
Divers N/A 46 499 0,87 %
2 / 250
Autres listes Néant 215 179 4,05 %
0 / 250

Analyse[modifier | modifier le code]

Conséquences[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]