Parti de la gauche biélorusse « Un monde juste »

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un parti politique image illustrant biélorusse image illustrant le communisme
Cet article est une ébauche concernant un parti politique biélorusse et le communisme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Parti des communistes de Biélorussie (1991-2009)
Parti de la gauche biélorusse « Un monde juste » (depuis 2009)
Image illustrative de l'article Parti de la gauche biélorusse « Un monde juste »
Logotype officiel.
Présentation
Fondation 1991
Positionnement Gauche
Idéologie Communisme
Couleurs Rouge
Site web http://www.camarade.biz http://www.smir.biz

Le Parti de la gauche biélorusse « Un monde juste » (biélorusse : Беларуская партыя аб'яднаных левых «Справядлівы сьвет», russe : Белорусская партия объединённых левых «Справедливый мир») est un parti politique de Biélorussie, qui s'oppose au gouvernement d'Alexandre Loukachenko.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Parti des Communistes de Biélorussie (russe : Партия коммунистов Белорусская, biélorusse : Партыя камуністаў Беларуская, Partyja Kamunistau Bielaruskaja, PKB) a été fondé en 1991 et est devenu un des partis majoritaires de la Biélorussie indépendante. Ce parti ne doit pas être confondu avec le Parti communiste de Biélorussie dont il se sépara en 1996, pour devenir le PKB.

À l'occasion des élections législatives des 13 et 17 octobre 2004, il fit partie de la « coalition populaire des cinq plus » (Narodnaja Kaalicyja Piaciorka Plus), qui n'obtint aucun siège. Ces élections furent particulièrement entachées d'irrégularités, d'après un travail réalisé dans le cadre de la Mission d'Observation des élections par l'OSCE/ODIHR[réf. nécessaire].

Il a changé de nom en octobre 2009 pour devenir Parti de la gauche biélorusse « Un monde juste » .

Les principes universels et les droits constitutionnels garantissant la liberté d'expression, d'association et de rassemblement furent gravement atteints. Lors de la campagne électorale, on reprocha aux autorités biélorusses de ne pas traiter de façon égalitaire les différents partis politiques. Elles auraient totalement ignoré les principes de la démocratie selon lesquels chaque citoyen a le droit d'accéder à une fonction politique sans discrimination et peut exprimer ses idées aux électeurs, avec qui il peut discuter librement.