Démocratie chrétienne (Espagne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Démocratie chrétienne
(es) Democracia Cristiana
Image illustrative de l'article Démocratie chrétienne (Espagne)
Logotype officiel.
Présentation
Président Javier Rupérez
Fondation (PDP)
Scission de Union du centre démocratique
Disparition
Fusionné dans Parti populaire
Siège Calle de Cedaceros, 9
Madrid (Espagne)
Secrétaire général Luis de Grandes
Fondateur Óscar Alzaga
Positionnement politique Centre droit
Idéologie Démocratie chrétienne
Coalition CP (1982-1986)
Couleurs
  •      bleu
Présidents de groupe
Congrès des députés Modesto Fraile
Sénat José María García Royo
Représentation
Députés
20 / 350
Sénateurs
11 / 208

La Démocratie chrétienne (en espagnol : Democracia Cristiana, DC) est un parti politique espagnol de centre droit actif entre et .

Issu du courant démocrate chrétien de l'Union du centre démocratique (UCD), il est fondé sous le nom de Parti démocrate populaire (en espagnol : Partido Demócrata Popular, PDP) par le député Óscar Alzaga. Le PDP constitue jusqu'en le principal allié de l'Alliance populaire (AP).

Il rompt avec l'AP après les élections générales anticipées de et entre en crise profonde en . Il prend son dernier nom en mais décide l'année suivante de fusionner avec le nouveau Parti populaire (PP).

Histoire[modifier | modifier le code]

La fondation et la Coalition populaire[modifier | modifier le code]

Logo du Parti démocrate populaire.

Le Parti démocrate populaire est inscrit au registre des partis politiques du ministère de l'Intérieur le par des membres du courant démocrate-chrétien de l'UCD, emmenés par le député de Madrid Óscar Alzaga[1]. Le du même mois, 12 députés, huit sénateurs et quatre anciens parlementaires adhèrent également au PDP[2] et Alzaga présente la liste des 44 personnes qui intègrent sous sa présidence la direction provisoire du parti, dont certains noms préoccupent l'exécutif de l'UCD tant ils sont idéologiquement proches de ses dirigeants[3].

À la fin du mois d', la constitution d'une coalition avec l'Alliance populaire (AP) de Manuel Fraga n'est plus qu'une question de jours et Alzaga annonce son intention d'avancer le congrès fondateur du PDP[4]. Juste avant la conclusion de l'alliance, les deux formations font savoir qu'elle vaudra également pour les élections municipales prévues en [5]. L'accord de coalition, qui inclut également le Parti aragonais régionaliste (PAR), l'Union du peuple navarrais (UPN) et l'Union valencienne (UV), est officiellement signé le par Fraga et Alzaga[6].

Le congrès constituant, conclu le , consacre Óscar Alzaga à la présidence, Eduardo Carriles et José Luis Álvarez vice-présidents, José Manuel Otero Novas secrétaire général et José Ramón Pin Arboledas vice-secrétaire général[7].

L'entrée aux Cortes[modifier | modifier le code]

Les élections générales anticipées du permettent au PDP de remporter 15 députés au Congrès et dix sénateurs, qui rejoignent tous le « groupe parlementaire populaire ». Trois semaines plus tard, le président de la Députation forale de Navarre Jaime Ignacio del Burgo annonce qu'il quitte l'UCD et adhère au PDP[8].

Ce succès relatif – la Coalition populaire devient la principale force d'opposition mais les socialistes disposent de la majorité absolue dans les deux chambres – amène les deux formations à poursuivre leur alliance en vue des élections municipales et autonomiques du , qui s'élargit à l'Union libérale (UL). Le , Alzaga intègre une vingtaine d'anciens dirigeants de l'UCD au conseil politique du parti, dont José María Álvarez del Manzano, Luis de Grandes, Jaime Mayor Oreja ou Javier Rupérez[9]. Ils rejoignent le comité exécutif suivant, Rupérez devenant vice-président après avoir été pressenti comme nouveau secrétaire général[10].

Au cours des élections municipales et autonomiques, la CP s'impose dans dix capitales de province sur les 50 à pourvoir, le PDP obtenant Burgos et Ciudad Real, mais aucune présidence de communauté autonome. Le suivant, le député de Biscaye Julen Guimón prend la suite d'Otero Novas, promu vice-président, au poste de secrétaire général[11]. Au cours du IIe congrès national, célébré les et à Madrid, la direction est reconduite, Alzaga comme président, Guimón secrétaire général, Álvarez, Carriles, Rupérez et Otero Novas vice-présidents, auxquels s'ajoute Íñigo Cavero, récemment intégré au PDP[12]. Toutefois, Luis de Grandes prend le suivant le poste de secrétaire général du parti, après que Guimón a demandé à en être relevé pour se concentrer sur d'autres responsabilités[13].

Le mois de est marqué par de nouvelles adhésions d'anciens ministres issus de l'UCD, à savoir Rodolfo Martín Villa, déjà désigné pour prendre la présidence du parti en Castille-et-León, Félix Manuel Pérez Miyares, Manuel Núñez Pérez et Luis Ortiz[14].

La rupture avec l'Alliance populaire[modifier | modifier le code]

En prévision des élections législatives et sénatoriales anticipées du , l'AP, le PDP et le Parti libéral (PL), qui a succédé à l'UL en , confirment le précédent leurs candidatures communes. Le Parti démocrate populaire obtient ainsi sept têtes de liste, dont Luis de Grandes dans la circonscription électorale de Guadalajara et Javier Rupérez dans la circonscription électorale de Cuenca, et dix places de numéro deux, notamment Óscar Alzaga dans la circonscription électorale de Madrid[15].

Les résultats du scrutin — au cours desquels la Coalition remporte 26 % des voix et les démocrates chrétiens totalisent 21 députés et 11 sénateurs — ouvrent une grave crise au sein de l'alliance : le PDP et le PL critiquent vertement la stratégie électorale tandis que l'AP considère que la position du centre droit est consolidée[16]. Ainsi le , Alzaga prend la décision d'inscrire ses députés et sénateurs au groupe mixte, ce qui génère de facto la dissolution de la Coalition populaire selon plusieurs dirigeants de l'Alliance populaire[17], une analyse rejetée par le Parti démocrate populaire qui affirme agir « contre sa volonté » et confirme sa volonté d'appliquer pleinement les accords politiques en vigueur dans les communautés autonomes, députations provinciales et conseils municipaux[18].

Dès le lendemain, José Luis Álvarez et Eduardo Carriles renoncent à leurs vice-présidences pour critiquer la décision du parti, puis le comité de discipline annonce le qu'il suspend de ses droits militants José Manuel Otero Novas pour son opposition et sa désobéissance aux décisions adoptées par la direction du parti[19]. Finalement le , le secrétaire général de l'AP Jorge Verstrynge indique que le comité exécutif national de son parti a décidé à l'unanimité de rompre tout accord politique et électoral avec le PDP[20]. L'inscription au groupe mixte est ratifiée à une large majorité le par le conseil politique, seuls Rodolfo Martín Villa et Álvarez exprimant des critiques tandis que d'autres anciens ministres issus de l'UCD votent en faveur de cette décision[21].

À la rentrée parlementaire en suivant, le Parti démocrate populaire obtient, avec la Gauche unie (IU), un statut spécial au sein du groupe mixte du Congrès, celui de pouvoir constituer un « groupement » disposant dans les faits du même temps de parole que les vrais groupes parlementaires, la seule différence se trouvant dans les ressources budgétaires allouées par la chambre basse[22]. Peu après, le porte-parole du groupe populaire à la mairie de Madrid José María Álvarez del Manzano annonce qu'il a refusé d'être candidat du PDP au poste de maire et qu'il renonce à sa condition de militant du parti[23] tandis que le Parti démocrate populaire parvient à la surprise générale à faire voter une motion de censure municipale qui lui donne le contrôle de la ville de Ségovie[24]. C'est ensuite Julen Guimón qui renonce à militer au sein du PDP, Alzaga affirmant alors que lui et Álvarez del Manzano avaient maintenu des contacts avec des dirigeants de l'Alliance populaire depuis plus de deux mois[25].

La crise de et le déclin[modifier | modifier le code]

Au cours du IIIe congrès du PDP, organisé les et , Alzaga est confirmé dans ses fonctions de président, Cavero et Rupérez sont maintenus en tant que vice-présidents et de Grandes reste secrétaire général, tandis que Martín Villa intègre le comité exécutif et que José Luis Álavrez en sort à sa demande[26]. Au début du mois de , Rodolfo Martín Villa renonce comme candidat pour la présidence de la Castille-et-León, puis quitte le Parti démocrate populaire pour retourner dans le secteur privé[27].

À la fin du mois, Óscar Alzaga se trouve sous le feu des critiques de la direction nationale et des présidents de fédération provinciale pour avoir vertement attaqué les banques et le président de la Confédération espagnole des organisations d'entreprises (CEOE) José María Cuevas du fait de l'incapacité pour le PDP d'obtenir un crédit en vue des campagnes électorales des élections municipales, autonomiques et européennes[28]. Il annonce le sa démission de la présidence du parti, du Congrès, et son retrait de la vie politique, alors que s'ouvre la période de campagne officielle. Après Manuel Fraga et Miguel Herrero, il est le troisième personnage majeur du centre droit espagnol à renoncer à ses fonctions en six mois[29]. Dès le lendemain, une réunion des groupements parlementaires et du comité exécutif confirme l'ensemble des candidats aux scrutins du et proclame Javier Rupérez président par intérim[30].

Bien que le PDP ne soit parvenu à ne remporter aucun élu européen et qu'un seul député autonomique dans la circonscription de Ségovie, totalisant 0,8 % des voix aux municipales et 0,9 % aux européennes[31], le conseil politique élit officiellement Rupérez président par 136 voix pour et 14 blancs lors d'une réunion le suivant[32]. L'ancien porte-parole du parti José Ignacio Wert indique en qu'il démissionne à son tour du Congrès des députés et retourne à sa carrière dans le privé, tout en restant adhérent du PDP[33].

De la Démocratie chrétienne au Parti populaire[modifier | modifier le code]

À l'occasion d'une réunion du comité exécutif le , les dirigeants du parti approuvent une résolution qui renomme la formation en « Démocratie chrétienne » (en espagnol : Democracia Cristiana, DC), après qu'un sondage a démontré que le PDP capterait plus facilement le vote des 8 % d'Espagnols se revendiquant de l'idéologie chrétienne-démocrate[34]. La convention du parti approuve le ce changement de nom par 142 voix pour et trois contre[35]. Au cours de ce grand rassemblement, marqué par la présence des derniers dirigeants de l'UCD Landelino Lavilla et Juan Antonio Ortega, Rupérez explique que son parti propose un « projet centriste, civil et laïque », que le changement de nom correspond à « un changement de stratégie et une impérieuse nécessité d'identification » et qu'il poursuit l'objectif de gagner les élections et gouverner[36].

Alors que cinq députés et un sénateur ont profité de la refondation de l'AP en Parti populaire (PP) le pour y adhérer[37], la direction de la DC décide le lendemain à la quasi-unanimité, après une rencontre entre Rupérez et le vice-président du nouveau Parti populaire (PP) Marcelino Oreja, que ses parlementaires retourneront siéger au sein des deux groupes populaires du Congrès et du Sénat, puisque le PP revendique désormais les postulats chrétiens-démocrates associés à ceux du libéralisme économique[38]. Toutefois, sept députés dont le porte-parole du groupement Modesto Fraile, Iñígo Cavero et Félix Manuel Pérez Miyares, rejettent ce rassemblent du centre droit et cherchent à assurer le maintien du groupement parlementaire, bien que le parti ait décidé sa dissolution[39]. Tous trois rejoignent finalement au début du mois de le Centre démocratique et social (CDS)[40].

Le conseil politique vote cinq jours après l'intégration de la Démocratie chrétienne au sein du Parti populaire par 78 voix pour et 30 voix contre, ainsi que la réunification parlementaire par 64 voix pour et 34 voix contre. La dissolution définitive du parti est actée le suivant, le Parti populaire recevant alors le financement publique jusqu'ici dévolu à la Démocratie chrétienne[41].

Dirigeants[modifier | modifier le code]

Présidents[modifier | modifier le code]

Titulaire Dates Remarques
Óscar Alzaga
(4 ans, 10 mois et 1 jour)
Député de Madrid (1979-1987)
Javier Rupérez
(2 ans et 14 jours)
Député de Cuenca (1979-1982 ; 1986-1989)
Député de Madrid (1989-1993)
Député de Ciudad Real (1993-2000)

Secrétaires généraux[modifier | modifier le code]

Titulaire Dates Remarques
José Manuel Otero Novas
(8 mois et 11 jours)
Ministre de la Présidence (1977-1979)
Député de Lugo (1979-1982)
Ministre de l'Éducation (1979-1980)
Député de Zamora (1989-1993)
Julen Guimón
(2 ans et 1 mois)
Député de Biscaye (1979-1986)
Député basque de Biscaye (1987-1990)
Luis de Grandes
(3 ans, 10 mois et 29 jours)
Député de Guadalajara (1977-1982)
Député de Castille-La Manche de Guadalajara (1983-1986)
Député de Guadalajara (1986-1989)
Député de Castille-La Manche de Guadalajara (1991-1993)
Député de Guadalajara (1993-2004)
Porte-parole du groupe populaire au Congrès (1996-2004)
Député européen (depuis 2004)

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections générales[modifier | modifier le code]

Année Congrès des députés Sénat Gouvernement
 % Députés Tête de liste Rang
1982 26,48
15 / 350
Manuel Fraga 2e
10 / 208
Opposition
1986 26,13
21 / 350
Manuel Fraga 2e
11 / 208
Opposition

Élections européennes[modifier | modifier le code]

Année  % Députés Tête de liste Rang
1987 0,9
0 / 60
Javier Rupérez 12e

Élections municipales[modifier | modifier le code]

Année  % Conseillers Rang
1,66
1 520 / 65 577
7e

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « Intentaron impedir la inscripción del Partido Demócrata Popular », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  2. (es) « 20 parlamentarios de UCD se integran en el Partido Demócrata Popular », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  3. (es) « La lista de los dirigentes del partido de Oscar Alzaga causó preocupación en el 'cuartel general' de UCD », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  4. (es) « La coalición Fraga-Alzaga se confirmará antes de diez días », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  5. (es) « AP y PDP irán también en coalición a las elecciones municipales », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  6. (es) « El líder de AP, exultante tras la firma de la coalición de la derecha », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  7. (es) « Fernando Suárez afirma que los principios de AP y la CEOE "son muy parecidos" », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  8. (es) « Del Burgo, presidente de UCD de Navarra, se pasa al PDP », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  9. (es) « 19 dirigentes democristianos de UCD se integran en el consejo político del PDP », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  10. (es) « Javier Rupérez, elegido vicepresidente del PDP », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  11. (es) « AP pide ley de video y debate sobre los 800.000 empleos », sur www.abc.es, (consulté le 30 juillet 2017).
  12. (es) « Los democristianos eligieron una ejecutiva 'continuista' », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  13. (es) « El nuevo secretario general del PDP, Luis de Grandes, inicia una "nueva etapa" del partido », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  14. (es) « Rodolfo Martín Villa se integra en el PDP para presidir el partido en Castilla y León », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  15. (es) « Coalición Popular llega a un acuerdo final sobre el reparto de puestos en las listas », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  16. (es) « El resultado electoral desencadena una crisis en Coalición Popular. », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  17. (es) « El PDP consuma la ruptura de Coalición Popular al inscribir a sus parlamentarios en el Grupo Mixto », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  18. (es) « Los parlamentarios del PDP pasarán al Grupo Mixto », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  19. (es) « El PDP suspende de militancia a Otero Novas, Álvarez del Manzano y Ambrosio Calzada », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  20. (es) « Alianza Popular anuncia la ruptura de los pactos políticos y electorales con el PDP de Óscar Alzaga », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  21. (es) « Martín Villa critica la decisión de su partido de pasar al Grupo Mixto », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  22. (es) « lzquierda Unida y PDP tendrán casi igual tiempo que los demás grupos », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  23. (es) « Álvarez del Manzano declinó ser candidato del PDP a la alcaldía antes de pedir la baja », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  24. (es) « El nuevo alcalde de Segovia, del PDP, seguirá las pautas del anterior equipo », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  25. (es) « Julen Guimón y Alvarez del Manzano tenían contactos con AP desde julio, según Alzaga », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  26. (es) « La salida del 'disidente' José Luis ÁIvarez », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  27. (es) « Martín Villa pedirá el lunes la baja en el PDP », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  28. (es) « El liderazgo de Alzaga, fuertemente contestado en la dirección del PDP », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  29. (es) « La campaña electoral se inicia con la dimisión y retirada de la política de Óscar Alzaga », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  30. (es) « El PDP mantiene sus candidaturas y elige a Rupérez presidente », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  31. (es) « El naufragio de la Democracia Cristiana », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  32. (es) « Rúperez dice que el PDP resaltará su identidad democristiana », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  33. (es) « José Ignacio Wert, del PDP, renuncia al escaño de diputado », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  34. (es) « El PDP pasa a llamarse Democracia Cristiana, guiado por un sondeo », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  35. (es) « La convención del PDP aprueba casi por unanimidad el cambio de nombre del partido », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  36. (es) « Rupérez afirma que el proyecto político de Democracia Cristiana es "de centro, civil y laico" », sur www.elpais.com, (consulté le 1er août 2017).
  37. (es) « Próxima fuga de democristianos hacia el PP y el CDS », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  38. (es) « La ejecutiva de la Democracia Cristiana acuerda que sus parlamentarios vuelvan al Grupo Popular », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  39. (es) « Los democristianos que rechazan el ingreso en el PP quieren mantener su agrupación parlamentaria », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  40. (es) « Diputados democristianos trabajarán en el Grupo Mixto en sintonía con el CDS », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  41. (es) « El PP cobrará desde septiembre 36 millones mensuales de la Democracia Cristiana », sur www.elpais.com, (consulté le 30 juillet 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]