Walibi Rhône-Alpes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Walibi Rhône-Alpes
Image illustrative de l’article Walibi Rhône-Alpes

Ancien nom Avenir Land (1979-1988)
Ouverture
Superficie 33 ha
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Commune Les Avenières[1]
Propriétaire Compagnie des Alpes
Type de parc Parc d'attractions
Nombre d'attractions Total : 27 + 8
Nb de montagnes russes : 5
Nb d'attractions aquatiques : 5
Nombre de visiteurs 530 000[2] (2019)
Site web www.walibi.fr
Coordonnées 45° 37′ 17″ nord, 5° 34′ 13″ est
Géolocalisation sur la carte : Isère
(Voir situation sur carte : Isère)
Walibi Rhône-Alpes
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
(Voir situation sur carte : Auvergne-Rhône-Alpes)
Walibi Rhône-Alpes
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Walibi Rhône-Alpes

Walibi Rhône-Alpes est un parc d'attractions situé en France sur la commune des Avenières, dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes. Le parc de loisirs en exploitation occupe une superficie de 33 hectares. Il s'étend sur 73 hectares au total[3].

Historique[modifier | modifier le code]

Le parc ouvre en sous le nom Avenir Land[4]. La thématique est alors l'Ouest américain et le domaine est la scène de spectacles de rue avec cow-boys, diligences et fusillades. Eddy Meeùs, propriétaire et fondateur de Walibi, reçoit et accepte en 1981 la proposition de prendre une participation dans Avenir Land et intervient pour les projets d'expansion du parc isérois à partir de cette date[5],[6],[7]. Meeùs s'associe avec un constructeur français de manèges pour détenir 40 % des parts du parc. Ces parts évoluent jusqu'en 1983 alors que le constructeur et Meeùs détiennent chacun 50 %, les propriétaires d'origine s'étant retirés. Le déficit que présente le site et les désaccords entre Meeùs et le fabricant de manèges sont à l'origine du rachat de la totalité des actions d'Avenir Land par Walibi à la fin de l'année 1985 et le parc rhônalpin intègre totalement le groupe Walibi. Les contrats signés par les précédents propriétaires avec les exploitants au sein du parc mettaient à mal la viabilité de l'entreprise. Trop favorables envers les exploitants, les nouveaux dirigeants se tournent vers les tribunaux pour récupérer l'entière exploitation in situ de leur parc. Travaillant déjà aux Avenières avant l'arrivée des dirigeants belges, Françoise Quemin est l'intermédiaire qui représente l'homme d'affaires belge Eddy Meeùs à la direction[5].

Avec un parc aquatique depuis 1986, Avenir Land comporte en 1988 comme grande attraction le Boomerang, un circuit de montagnes russes de Vekoma. L'année suivante voit la construction d'autres attractions majeures telles le galion maudit, un bateau à bascule et le parcours de bouées nommé Radja River. Sur une idée de Dominique Fallon, le parc change de nom pour Walibi Rhône-Alpes en 1989[8]. Les investissements de l'ordre de 80 millions de francs[9] et cette nouvelle identité sont payants. Le nombre d'entrées évolue : 172 500 en 1985, 225 000 en 1986, 210 000 en 1987 et 450 000 en 1989[10],[11]. Avec une progression du chiffre d'affaires de 70 %, le site rhônalpin atteint en 1988 l'équilibre financier. Le groupe Walibi porte sa participation à 95,22 % au sein du parc. Grâce à une augmentation de capital de Walibi Rhône-Alpes, la Lyonnaise des eaux prend ensuite une participation minoritaire[12]. De ce fait, le groupe belge en devient actionnaire à 74,88 % par la cession de 25 % à la Lyonnaise des eaux[13]. En 1989 et 1990, le plateau d'Intervilles diffusé sur TF1 s'établit dans le parc de loisirs, augmentant sa renommée[5].

Tout comme Walibi Rhône-Alpes, le parc de la Toison d'or a le groupe Walibi et la Lyonnaise des eaux comme actionnaires au début des années 1990. Un différend entre eux concernant la gestion du parc dijonnais survient. Un accord est alors convenu entre les deux entreprises : Walibi vend l'entièreté de ses parts du parc de la Toison d'or à la Lyonnaise des eaux contre les parts que possède celle-ci dans Walibi Rhône-Alpes. Le groupe Walibi devient alors seul maître à bord du parc isérois[14],[15]. La fréquentation atteint 380 000 entrées en 1994[16]. 372 900 personnes arpentent les allées de Walibi Rhône-Alpes en 1996. En 1997, le parc accueille 383 559 visiteurs. Le , Eddy Meeùs négocie la vente du groupe Walibi avec la société américaine Premier Parks, un opérateur de parcs d'attractions aux États-Unis[17]. L'acquisition du groupe et donc de Walibi est annoncée officiellement en décembre et est clôturée le peu après l'introduction de Premier Parks à la bourse de New York.

Durant l'intersaison 1997-1998, le public assiste au dernier des multiples investissements décidés par la direction belge du groupe Walibi avant l'acquisition par l'américain Premier Parks en janvier. Il s'agit du Totem infernal, une tour de chute haute de 56,3 mètres de type Space Shot achetée au constructeur américain S&S Worldwide. Ils sont 401 688 à visiter le parc en 1998[18].

Le logo de 2005 à 2011

Premier Parks se rebaptise Six Flags en 2000[note 1]. La fréquentation atteint 400 000 entrées en 2002. En mars 2004, peu avant le début de saison, Six Flags cède sa division européenne à un fonds d'investissement privé londonien Palamon Capital Partners qui crée le groupe Star Parks désormais chargé de la gestion du parc[19],[20]. En 2005, la fréquentation se situe autour de 400 000 entrées[21]. En mai 2006, le parc tombe dans le giron de la compagnie des Alpes, société française cotée en bourse dont la filiale Grévin & Cie — rebaptisée CDA Parks peu de temps après — est en pleine expansion sur le marché des parcs d'attractions et de loisirs en Europe[22].

Bambooz River

375 000 personnes passent les portes du parc en 2010, ainsi qu'en 2011[23]. En cette année, débute une série d'investissements dans le parc isérois et une nouvelle orientation marketing. Le cinéma 4D est alors construit et Aqualibi retrouve son nom d'origine. Le parcours de bûches Bambooz River est la nouveauté 2012 — avec 400 000 visiteurs[24] — suivie l'année d'après par un modèle junior de bûches. 390 000 visiteurs arpentent les allées du site en 2013[25]. En juin 2014, Boomerang est rebaptisé EqWalizer et se voit amélioré. En parallèle, certaines attractions disparaissent ou sont renouvelées ; telles le carrousel qui est remplacé en 2014 et un manège de type Magic Bikes qui succède au manège d'avions un an plus tard. En 2016, la nouvelle zone thématique Explorer Adventure est inaugurée, Volt-O-Vent et Timber s'ajoutent aux attractions présentes.

Après trois années stables en fréquentation avec 390 000 visiteurs[26],[27],[28], 2016 voit leur nombre augmenter pour atteindre 420 000 visiteurs[29]. Il est prévu un plan d'investissements de 25 à 30 millions d'euros sur une décennie[30]. Le site est repensé, remanié dans son thème et ses capacités d'accueil[31]. Le concepteur artistique Fabien Manuel est actif dans ces divers développements[32],[33]. En 2017, un monorail de Soquet, une aire de jeux de 450 m2 et un restaurant viennent compléter la zone Explorer Adventure qui représente un investissement de onze millions d'euros en deux ans[4]. La fréquentation atteint 465 009 entrées en cette année[34],[35],[36]. Les nouveautés 2018, une refonte de l'entrée du parc, le lancement d'une deuxième zone thématique nommée Festival City avec trois attractions[37] attirent 475 000 visiteurs[38]. Les nouveautés étrennées en 2019 sont le circuit de montagnes russes Mystic, un petit manège et un restaurant. La croissance se poursuit car l'exercice 2019 se solde par un record de la fréquentation avec 530 000 entrées[2],[39].

EqWalizer est rebaptisé Generator pour la saison 2021. Le développement de la troisième et dernière zone thématique est prévu pour l'horizon 2022-2023. Nommée Exotic Island, elle comprend Aqualibi et les parcelles situées de part et d'autre de celui-ci[4].

Informations économiques[modifier | modifier le code]

La société a conservé son nom d'origine : Avenir Land. Elle est immatriculée en sous le no 311-285-068.

Au , elle réalise un chiffre d'affaires de 13 996 400 euros et dégage un résultat de 488 300 euros.

Son effectif moyen annuel est de 123 salariés.

Elle est dirigée par François Fassier et Luc de Roo[40].

Les attractions[modifier | modifier le code]

Montagnes russes[modifier | modifier le code]

Nom Type / Modèle Constructeur Année
Coccinelle
anciennement Coccinelle des Andes
Junior / Tivoli large Zierer 1992
Generator
anciennement Boomerang, puis EqWalizer
Navette / Boomerang Vekoma 1988
Mystic Assises / Infinity Coaster Gerstlauer 2019
Timber Bois The Gravity Group 2016
WoodStock Express
anciennement Zig Zag puis Scratch
Wild Mouse / Zig Zag Coaster Zamperla 2002

Attractions à sensations[modifier | modifier le code]

Nom Type Constructeur Année Remarque
Galion maudit Bateau à bascule Huss Park Attractions 1989 Peut accueillir 40 passagers, déplacé en 2015 à la place du Tomahawk
Hurricane Star Flyer Zamperla 2018 49 m de haut. Situé au bord du lac
Totem Space Shot S&S Worldwide 1998 56,3 m de haut. Anciennement nommée Totem infernal, puis Skunx Tower

Attractions aquatiques[modifier | modifier le code]

  • Bambooz River : bûches (Soquet et Interlink, 2012)
  • Concert'O : bûches junior (Interlink, 2013)
  • Gold River : rivière rapide en bouées (Intamin[41], puis révisé par Soquet, 1989) Anciennement nommé Radja River
  • Surf Music : quatre toboggans aquatiques de 75 mètres (Van Egdom, 2000) Anciennement nommé Aquachutes. Attraction nommée Aquachute puis Niagara Falls à Walibi Holland.
  • Tam Tam Aventure : croisière scénique, modèle Tow boat ride, sur le thème du cinéma (Soquet, 1992) Anciennement nommée Tam Tam Tour, sur le thème de la jungle.

Autres attractions[modifier | modifier le code]

Carrousel.
  • AirBoat : manège de type Nebulaz (Zamperla, 2020)
  • Balloon Race : Samba Balloon (Zamperla, 2018)
  • Carrousel : carrousel (Concept 1900, 2014). Remplace le carrousel acheté à la suite de la fermeture du parc Zygofolis (1992-2013).
  • Chevauchée : Chevaux Galopants (Soquet, ouverts sous Avenir Land)
  • Cinéma 4D : cinéma 4-D de 180 places (2011)
  • Dock'N Roll : Rockin' Tug (Zamperla, 2018)
  • Melody Road : circuit de vieilles voitures, anciennement nommé Vieux Tacots (Soquet, ouvert sous Avenir Land)
  • Mini ferme : ferme pour enfants. Elle proposait aussi des promenades à poney.
  • Monorail : monorail (Soquet, 2017)
  • On Air : Magic Bikes (Zamperla, 2015)
  • Petit Vapeur : tour de chute junior, anciennement nommée Youpi puis Be Bop (Zamperla, 2008)
  • P'tits Chaudrons : tasses pour enfants (Technical Park, 2019)
  • Volt-O-Vent : manège de type Barnyard (Zamperla, 2016)
  • W.A.B. Tour : train panoramique, anciennement nommé Express de Santa Fé (Soquet, ouvert sous Avenir Land)
  • W.A.B. Band Tour : train réservé aux enfants, anciennement nommé Kangourouland puis Walibiland (Zamperla, 1990)

Anciennes attractions[modifier | modifier le code]

Tomahawk.
Grand Soleil.
  • La Bamba était un manège de type Calypso. Ouvert sous Avenir Land, il se présentait sous la forme d'un plateau incliné de dix-huit mètres de diamètre entraînant seize nacelles de deux passagers. Il est retiré du parc en 2018 pour laisser place à l'édification de Mystic. Le projet est de le rouvrir à un autre emplacement.
  • De 1992 à 2001, le parc proposait une pieuvre d'Anton Schwarzkopf nommée Pieuvre des Caraïbes. Ouvert de 1987 à 1991 à Zygofolis sous le nom le Monstre, elle fut achetée à la suite de la faillite du parc d'attractions[42]. Retirée en 2004, l'attraction ouvre sous le nom la Pieuvre à La Récré des 3 Curés en 2012 après réfection dans les ateliers de Soquet[43].
  • Fermées en 1992, des montagnes russes Zyklon / Z47 du constructeur Pinfari nommées le Grand Huit se trouvaient à Walibi Rhône-Alpes. Leur date d'ouverture se situe entre 1984 et 1985. Elles provenaient de Walibi Belgium où elles furent en fonction de 1975 à 1983.
  • Un manège de type Tri-Star du constructeur Huss Rides étaient en fonction des années 1980 aux années 1990. Cette attraction est située de 1978 à 1984 sous le nom Turbo Lift à Walibi Wavre avant d'être relocalisée à Walibi Rhône-Alpes. Elle est ensuite inaugurée à Walibi Flevo en 1995 sous le nom Jungle Star avant d'être renommée Sherwood's Revenge en 2000. Elle est présente depuis 2007 sous le nom Péroké à La Mer de sable[44],[45].
  • Jusqu'en 2013, le parc proposait Tomahawk, un Inverter de Chance Rides. Ouvert en 2005, il était en fonction à Walibi Holland de 2000 à 2004 sous le nom Double Invertor.
  • Présent de 1992 à 2019, Stock Cars était un manège d'autos-tamponneuses du constructeur Reverchon. Cette attraction opère à Zygofolis de 1987 à 1991 sous le nom Autos tamponneuses[46]. Il laisse sa place à AirBoat en 2020.
  • Entre 1992 et avril 2014, le parc proposait un premier carrousel. Il était en fonction à Zygofolis de 1987 à 1991 sous le nom Le Manège. Un nouveau modèle plus récent le remplace dès juin 2014.
  • QWADS était une course de mini quads, anciennement nommé Mini Rallye. (Joytech, 1990 - 2018)
  • On Air était un manège d'avions, anciennement nommé Baron Rouge, cette attraction de Zamperla était en fonction de 2002 à 2014.
  • Grand Soleil était une grande roue de petite taille, anciennement nommée Grande roue puis Lem Lunaire. (Miller, 1979 - 2015)
  • La Rivière canadienne était un circuit de bûches avec une chute qui fut définitivement fermé en 2005. Elle fut ouverte sous Avenir Land. Présent en 1985, voire avant.
  • Le Mississippi était un bateau proposant un voyage sur l'eau. Ouvert en 1979, il est l'une des premières attractions du parc.
  • Lem 2000 était un manège d'avions. Attraction ouverte durant l'époque Avenir Land. Présent en 1985, voire avant.
  • Ballet aquatique était un spectacle de fontaines lumineuses dans un petit théâtre. Attraction ouverte durant l'époque Avenir Land.

Parc aquatique[modifier | modifier le code]

Logo d'Aqualibi.
Vue du parc aquatique.

Sur une idée d'Eddy Meeùs, Avenir Land ouvre en 1986 son parc aquatique[47]. Sur 4 000 m2, celui-ci propose deux toboggans aquatiques, l'un de 98 mètres, l'autre de 104 mètres ainsi qu'un espace aquatique pour enfants. À la suite du changement de nom du parc en 1989, le complexe aquatique est baptisé Aqualibi. La rivière rapide Rapido est inaugurée en 1990. Une piscine à vagues s'ajoute aux installations déjà existantes. La capacité totale atteint 1 700 nageurs.

Vingt ans après son ouverture et à la suite d'importants travaux effectués par la société espagnole Action Park, le parc aquatique ouvre en 2006 sous un nouveau nom, L'île aux Pirates. Neuf toboggans et quatre bassins reçoivent désormais 4 300 nageurs sur 13 000 m2. La piscine à vagues est la seule installation conservée. Trois ans plus tard, il est redécoré avec galets, sable, palmiers, eucalyptus, etc. Afin de mieux correspondre à la remise en avant de la marque, le parc aquatique retrouve son nom d'origine en 2011 : Aqualibi.

En raison de la pandémie de Covid-19, Aqualibi reste fermé lors de la saison 2020[48],[49].

  • Baie des pirates : bassin agrémenté de cinq toboggans aquatiques de 3 à 5 mètres de haut
  • Cours'aires : toboggan aquatique à quatre pistes de 12 mètres de haut
  • Crique des moussaillons : bassin de barbotage pour enfants
  • Lagon tropical : bassin adulte d'une profondeur de 1,10 m disposant d'un bar
  • Serpent de mer : toboggan aquatique sur bouée double de 8 mètres de haut
  • Squale : toboggan aquatique sur bouée de 9 mètres de haut
  • Tornado : toboggan aquatique de 16 mètres de haut
  • Vagues du Cap Horn : piscine à vagues

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le , la société Premier Parks rachète le groupe Six Flags. Les décideurs de Premier Parks préfèrent la rebaptiser Six Flags au vu de la notoriété de cette marque.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Walibi Rhône-Alpes : saison 2016 record », sur La Tribune, (consulté le 24 février 2017).
  2. a et b « Walibi Rhône-Alpes bat son record historique de fréquentation, en accueillant 530 000 visiteurs », sur Le Dauphiné libéré, (consulté le 8 novembre 2019).
  3. « Fiche chantier presse » (version du 11 décembre 2017 sur l'Internet Archive), sur Cemex, .
  4. a b et c « Dossier de presse 2019 » [PDF], sur Walibi.fr (consulté le 11 février 2020).
  5. a b et c Eddy Meeùs, Hors des sentiers battus : Du Kivu à Walibi, Beersel, Éditions Clepsydre, , D/2002/8166/2 éd., 349 p. (ISBN 2-930304-07-3).
  6. Guy Depas, « Walibi s'exporte en France », sur Le Soir, (consulté le 16 octobre 2013).
  7. Simon Bourlet, « Walibi fait des vagues », sur parkothek.info, (consulté le 16 octobre 2013).
  8. « La réussite du parc des Avenières De l'argent belge pour des loisirs à la française », sur Le Monde, (consulté le 11 février 2020).
  9. Philippe Simonnot, Ne m'appelez plus France, Paris, Olivier Orban, , 277 p. (ISBN 2855655552 et 9782855655550, OCLC 467946901, lire en ligne).
  10. Pierre Barry, « Walibi, alliée de Lyonnaise des Eaux », sur Le Soir, (consulté le 16 octobre 2013).
  11. Jean Vandendries, « Walibi au cœur du triangle Lyon-Grenoble-Genève », sur Le Soir, (consulté le 16 octobre 2013).
  12. Pierre Barry, « Walibi va distribuer », sur Le Soir, (consulté le 16 octobre 2013).
  13. Martine Vanden Driessche, « Chiffre d'affaires de Walibi en hausse de 35 % le kangourou orange saute le millard », sur Le Soir, (consulté le 16 octobre 2013).
  14. (en) Parc de la Toison d'Or
  15. LeSoir.be Walibi, alliée de Lyonnaise des Eaux par Pierre Bary - 24/02/1990
  16. Béatrice Peyrani, « Walibi Schtroumpfs : la réussite française », sur L'Expansion, (consulté le 25 juillet 2013).
  17. LeSoir.be Walibi passe sous contrôle américain par Éric Meuwissen - 17/12/1997
  18. Région Urbaine de Lyon, « Des demandes et des offres : diversité et imagination » (version du 15 novembre 2008 sur l'Internet Archive), sur regionurbainedelyon.fr, .
  19. Éric Meuwissen, « Tourisme - Le géant américain vend ses parcs européens, dont ceux de Wavre et d'Ypres Six Flags change de proprio », sur Le Soir, (consulté le 16 juin 2013).
  20. « Six Flags Europe est vendu », sur Le Soir, (consulté le 16 juin 2013).
  21. « Les cinq nouveaux parcs acquis par le groupe Compagnie des Alpes » [PDF], sur Compagnie des Alpes, (consulté le 1er avril 2015).
  22. PR Newswire Compagnie des Alpes finalise l'acquisition de cinq parcs de loisirs du Groupe Star Parks - 30 mai 2006
  23. « Étude - Économie de tourisme en Rhône-Alpes » [PDF], sur pro.auvergnerhonealpes-tourisme.com, (consulté le 4 octobre 2019).
  24. Marc Béchet, Christelle Lepoutre, « Mémento du tourisme 2015 » [PDF], sur pro.auvergne-tourisme.info, (consulté le 24 février 2017).
  25. F. Combler, « Culture. des pôles d'attractivité au rendez-vous » [PDF], sur presences-grenoble.fr, (consulté le 24 février 2017).
  26. « Palmarès des principaux musées et sites touristiques de l'Isère » [PDF], sur pro.isere-tourisme.com, (consulté le 24 février 2017).
  27. « Les chiffres clés du tourisme Auvergne Rhône Alpes », sur pro.auvergne-tourisme.info, (consulté le 24 février 2017).
  28. R. Broz, « Auvergne-Rhône-Alpes : émergence d’un géant économique » [PDF], sur auvergne-rhone-alpes.cci.fr, (consulté le 24 février 2017).
  29. « Walibi Rhône-Alpes : saison 2016 record », sur La Tribune, (consulté le 24 février 2017).
  30. Franck Grassaud, « 6 millions d'euros d'investissement à Walibi Rhône-Alpes », sur France 3, (consulté le 24 février 2017).
  31. Vincent Charbonnier, « Walibi Rhône-Alpes engage un gros plan d'investissement », sur Les Échos, (consulté le 24 février 2017).
  32. « Mystic : Dark side of Festival City », sur fabienmanuel.com (consulté le 3 mai 2020).
  33. (en) Fabien Manuel, « Every Guest Has Special Needs » [PDF], sur International Association of Amusement Parks and Attractions, (consulté le 3 mai 2020).
  34. « Saison 2017 : Walibi Rhône-Alpes bat tous les records », sur France 3, (consulté le 20 novembre 2017).
  35. « Walibi Rhône-Alpes : fréquentation en hausse de 10 % », sur lejournaldesentreprises.com, (consulté le 20 novembre 2017).
  36. « 2017, une année de tous les records pour Walibi », sur Le Dauphiné libéré, (consulté le 20 novembre 2017).
  37. Benoit Gillardeau, « Walibi Rhône-Alpes sur de bons rails », sur Bref Eco, (consulté le 8 novembre 2019).
  38. « Walibi Rhône-Alpes a attiré près de 10 000 visiteurs supplémentaires en 2018 », sur tourmag.com, (consulté le 11 août 2019).
  39. « Walibi Rhône-Alpes clôture la saison 2019 avec 55 000 visiteurs supplémentaires », sur TourMaG.com, (consulté le 8 novembre 2019).
  40. « Avenir Land », sur www.societe.com (consulté le 7 août 2019).
  41. « Une nouvelle industrie touristique Un marché sans illusions pour les Français », sur Le Monde, (consulté le 17 septembre 2019).
  42. zygo.altervista.org
  43. « Projets sur mesure La pieuvre », sur soquet-attractions.fr (consulté le 11 octobre 2015).
  44. (de) « Sherwoods Revenge », sur freizeitpark-welt.de (consulté le 5 novembre 2017).
  45. (de) « Tri-Star von Huss (D) », sur onride.de (consulté le 5 novembre 2017).
  46. zygo.altervista.org
  47. « Avenir Land : parc d'attractions », sur Institut national de l'audiovisuel, (consulté le 16 octobre 2013).
  48. « Isère : Walibi ouvre le 20 juin, mais sans son parc aquatique, aux Avenières-Veyrins-Thuellin », sur Le Dauphiné libéré, (consulté le 6 décembre 2020).
  49. « Le parc aquatique de Walibi Rhône-Alpes restera fermé cet été », sur LyonMag, (consulté le 6 décembre 2020).

Liens externes[modifier | modifier le code]