Papillon (film, 1973)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Papillon (film))
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Papillon (homonymie).
Papillon
Description de l'image Papillon Logo.png.

Réalisation Franklin J. Schaffner
Scénario Henri Charrière
Dalton Trumbo
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Aventure
Durée 125 minutes
Sortie 1973

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Papillon est un film américain réalisé par Franklin J. Schaffner, sorti en 1973 réunissant Steve McQueen dans le rôle d'Henri Charrière (Papillon), et Dustin Hoffman dans celui de Louis Delga. Adaptation du roman présenté comme autobiographique Papillon d'Henri Charrière.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Accusé d'un meurtre qu'il n'a pas commis, Papillon est condamné aux travaux forcés à perpétuité. Sur le navire-prison qui l'emmène vers le sinistre bagne de Cayenne, il se lie d'amitié avec Louis Delga, un faussaire qui est parvenu à emporter une petite fortune avec lui. Débarqués en Guyane, les deux hommes n'ont qu'une idée en tête, s'évader. Louis possède de l'argent, de la subtilité. Papillon est riche de sa détermination et de sa force physique. Il commence par acheter un bateau à un garde, mais tombe dans un traquenard qui lui vaut six mois de réclusion dans d'atroces conditions. Il ne s'en décourage pas pour autant et se montre plus que jamais déterminé à se tirer d'affaire.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Scénarisation de l'histoire[modifier | modifier le code]

Le film prend énormément de liberté par rapport à l'histoire vécue de Henri Charrière. Lorsque ce dernier a été embarqué pour la Guyane en 1933, il était âgé de 27 ans (contrairement à Steve McQueen qui en a 43 lorsqu'il fait le film). Quant à Louis Delga, qui était âgé de 43 ans au moment de l'embarquement, il est interprété par Dustin Hoffman qui n'en a que 36.

Dans le film, Charrière est affecté sur les chantiers forestiers, là où les prisonniers sont anéantis au bout de quelques mois, alors qu'en réalité, il avait été affecté à l'hôpital colonial André-Bouron comme aide-infirmier où il côtoyait des bagnards récupérés après des tentatives d'évasion, ce qui lui a permis d'avoir des idées pour s'échapper lui-même.

La fin du film diffère également beaucoup de l'histoire authentique : lorsqu'il sort de ses cinq années de réclusion, Henri Charrière réapparaît bien vieilli (il a des cheveux blancs et la dentition plus abîmée) ce qui suggère qu'il a dans les 50-60 ans. Il est transféré sur l'Île du Diable où il retrouve son ami Delga. Il parvient à s'évader par la mer à l'aide d'un sac de noix de coco. En réalité, Charrière avait été transféré plusieurs fois avant de finir dans un camp indochinois de Guyane, comme infirmier-chef. Il s'était finalement évadé dans la nuit du 18 au 19 mars 1944, avec quatre autres hommes. Il avait alors 36 ans.

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Le film développe deux thèmes : l’innocent plein de noblesse qui met tout en œuvre pour recouvrer sa liberté, et la cruauté du bagne[2]. Le film met ainsi en scène un personnage dont l’humanité est mise à mal, successivement par une décision judiciaire qu’il estime erronée, et une incarcération qui n’a plus rien d’humain : corruption, saleté, cruauté et arbitraire règnent à Cayenne[2]. Ces conditions pénibles mettent en valeur l’amitié qui peut naître entre deux hommes[2] (Journal Le Monde, juin 2009).

Autour du film[modifier | modifier le code]

Jean-Paul Belmondo et Warren Beatty étaient les acteurs auxquels on avait d'abord pensé pour le rôle-titre quand la réalisation devait être confiée à Roman Polanski.[réf. nécessaire]

Le film fut tourné en Espagne, Maui (Hawaï) et en Jamaïque (Falaise de Xtabi à Negril, ainsi qu'à Falmouth). La scène finale du saut de la falaise a été tournée à PaepaeMoana Point, Maui. Le générique final a été filmé dans les ruines du Bagne de Saint-Laurent-du-Maroni et de l'Île Saint-Joseph.

Afin de bien mettre en évidence le climat équatorial de la Guyane française, montrer l'enfer vert végétal, et sa chaleur moite et torride, et pénible, pendant le tournage, les vêtements des comédiens étaient régulièrement mouillés et aspergés d'eau par des employés de la réalisation.

Lors de sa sortie au cinéma en France, le film avait été amputé de quelques scènes qui se situent à partir du moment où Papillon est débarqué sur l'Île du Diable :

  • À son arrivée, Papillon s'assied sur un banc de pierre. Un autre prisonnier l'interpelle et lui prétend qu'il s'agit de l'emplacement du capitaine Dreyfus.
  • Louis Delga nourrit ses cochons. Peu après, il affirme à Papillon qu'il voudrait construire une véranda pour sa cabane.
  • Tandis que Papillon est bien décidé à s'échapper, Delga songe à récupérer ses carottes avant de partir.
  • La scène de la tentative démarre désormais à la quatrième vague (Papillon les comptant une par une jusqu'à la septième).

Ces scènes demeurent cependant sur le DVD en version originale sous-titrée.

Une autre adaptation, Papillon de Michael Noer, sort en 2017.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  2. a, b et c Vincent Souriau, « Papillon », Le Monde-Télévisions, 21-22 juin 2009, p. 17.

Liens externes[modifier | modifier le code]