Pansement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Un pansement classique.

Un pansement est un dispositif de protection permettant de recouvrir une plaie située sur la peau[1] .

Le pansement adhésif est parfois désigné en France par le terme éponyme sparadrap ou, au Canada francophone, diachylon ou plaster, nom commun emprunté à l'anglais.

Origines[modifier | modifier le code]

Le pansement est une mesure de soin des plaies mise au point dès la préhistoire, et documentée dès l'antiquité.[2]

Au Moyen-Age, Fra Tederico (Lucca, 1206 – Bologne, 1298)[3], disciple (et peut-être fils) d'Ugo de Borgognoni da Lucca[4], auteur d'un traité de Chirurgie en 1260 préconise l'usage de pansements imbibés de vin pour aseptiser rapidement les plaies. Le "Livre du trésor de chirurgie en Français", daté du XIV ou XVème siecle, qui serait bien l'œuvre de l'école de Chirurgie de Paris contient une "toile de maistre Jehan Pitart contre toutes bleceures de jambes et d'autres lieus et en ot la recepte du roy de France" c'est à dire une recette de pansement formé d'une toile enduite de suif de cerf et de gommes cuits au vin pour désinfecter la plaie.[5][6] Au XVe siece, François Rabelais fait réaliserpar son héros, Pantagruel un pansement à l'alcool qui vaut à ses serviteurs « d'estre tantost gueris ».

La définition du pansement figure dès la premiere édition de l'Encyclopédie de Diderot en 1765 [7]

Les guerres napoléoniennes contribueront à leur popularité.

Pendant le siège de Paris en 1870, le médecin Alphonse Guérin, developpe le pansement ouaté[8]. Sa methode permet d'éviter efficaement que les germes présents dans l'air n'atteignent une plaie. Elle lui vaudra le surnom de « père de la méthode aseptique».

Utilité[modifier | modifier le code]

Le pansement a plusieurs buts[9] :

  • protéger la plaie (contre une infection, une irritation) et l'isoler du milieu extérieur ;
  • permettre une meilleure cicatrisation en maintenant un milieu humide favorable sur le lit de la plaie ;
  • faire cesser un saignement minime en comprimant les petits vaisseaux ;
  • rapprocher les berges d'une plaie ;
  • absorber les exsudats afin de préserver les berges de la plaie et la peau péri-lésionnelle. Le pansement doit également retenir les exsudats afin d'éviter la macération des berges.

Les différents types de pansements[modifier | modifier le code]

Les pansements sont nombreux et varient selon le type de plaies[10] .

  • Une de ses formes les plus communes dans la vie quotidienne se présente sous la forme d'une fine compresse maintenue sur la plaie par un adhésif. Cependant, il s'agit là de pansements dits « secs » qui ne permettent pas le maintien d'un milieu humide.
  • Il existe également des pansements dits « modernes » : hydrocellulaires, hydrofibres, alginates, hydrogels et hydrocolloïdes. Le choix du type de pansement doit être fonction du stade de la plaie (état de la plaie qui peut être nécrotique, fibrineuse, bourgeonnante, en voie d'épidermisation) et du niveau d'exsudat (liquide sécrété par la plaie et pouvant être d'un volume plus ou moins élevé). Certains pansements sont également dits à hématose et se présentent sous forme de mèches coagulantes ou de poudre.[11]

Remarques relatives au choix d'un pansement :

  • Le patient peut être allergique à l'un des composants du pansement (film plastique, gel, adhésif) : vérifier au préalable.
  • Un pansement trop adhésif ou desséché peut être douloureux à l'ablation.
  • Un pansement non transparent peut gêner la surveillance de la plaie.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Christian Régnier. L'art de panser: penser la plaie : petite histoire du traitement des plaies et de l'art de panser, Paris, LEN médical, impr. 2002, 112 p., ISBN : 9782914232142

Cope Z. The treatment of wounds through the ages. Medical history 1958, 2, 163-74.

Churchill E. Healing by first intention and with suppuration : studies in the history of wound healing.. Journal of the history of medicine. 1964, 193-214.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Le pansement », sur etudiant-podologie.fr (consulté le 24 octobre 2010)
  2. notamment les pansements au miel ! lire https://www.cicatrisation.info/methodes-therapeutiques/le-pansement/histoirique.html
  3. voir (it) https://it.wikipedia.org/wiki/Teodorico_de%27_Borgognoni
  4. voir aussi (it) https://it.wikipedia.org/wiki/Ugo_de%27_Borgognoni
  5. K. Sudhoff, « Ein chirurgisches Manual des Jean Pitard, Wundarztes König Philipps des Schönen von Frankreich », Archiv für Geschichte der Medizin, 2, 1908
  6. C. de Tovar, « Contamination, interférences et tentatives de systématisation dans la tradition manuscrite des réceptaires médicaux français : le réceptaire de Jean Sauvage », Revue d’Histoire des Textes, 3, 1973, p. 115-191, p. 160 ss.
  7. reproduit sous https://fr.wikisource.org/wiki/L%E2%80%99Encyclop%C3%A9die/1re_%C3%A9dition/PANSEMENT
  8. (fr) « Alphonse Guérin », sur www.assorennes.org (consulté le 24 octobre 2010)
  9. (fr) « Le pansement stérile », sur www.soins-infirmiers.com (consulté le 24 octobre 2010)
  10. (fr) « Les différents types de pansements », sur www.therapeutique-dermatologique.org (consulté le 24 octobre 2010)
  11. « Les nouveaux pansements: poudre et coagulants », sur www.universpara.com

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :