Actinomycine D

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Antimitotique)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Actinomycine D
image illustrative de l’article Actinomycine D
Structure de l'actinomycine D
Identification
Synonymes

Dactinomycine

No CAS 50-76-0
No ECHA 100.000.058
No EINECS 200-063-6
No RTECS AU1575000
Code ATC L01DA01
DrugBank DB00970
PubChem 457193
ChEBI 27666
SMILES
InChI
Apparence poudre rouge à orange
Propriétés chimiques
Formule brute C62H86N12O16  [Isomères]
Masse molaire[1] 1 255,417 ± 0,0628 g/mol
C 59,32 %, H 6,9 %, N 13,39 %, O 20,39 %,
Propriétés physiques
fusion 241,5 à 243 °C
Solubilité 1 mg·ml-1 DMSO.
Sol dans l'eau à 10 °C, l'éthanol, le propylène glycol.
Précautions
SGH[3]
SGH06 : Toxique
Danger
H300, P264, P301+P310,
Directive 67/548/EEC[4]
Très toxique
T+


Transport[3]
60
   3462   
Classification du CIRC
Groupe 3 : Inclassable quant à sa cancérogénicité pour l'Homme[2]
Écotoxicologie
DL50 13 mg·kg-1 souris oral
1,025 mg·kg-1 souris i.v.
0,5 mg·kg-1 souris s.c.
0,75 mg·kg-1 souris i.p.

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

L’actinomycine D, ou dactinomycine (DCI), est un antibiotique peptidique isolé en 1940 à partir de bactéries du genre Streptomyces. C'est l'un des premiers antibiotiques pour lesquels on a mis en évidence des propriétés anticancéreuses[5] et c'est l'un des plus anciens traitements chimiothérapeutiques. Elle a pour effet de bloquer la transcription de l'ADN en ARN messager par l'ARN polymérase en se fixant au voisinage du promoteur[6].

En médecine[modifier | modifier le code]

L'actinomycine D est administrée par injection intraveineuse et utilisée dans la prise en charge d'un large éventail de cancers, dont :

Elle peut être associée à d'autres médications telles que la vincristine et le cyclophosphamide dans les traitements de ces deux dernières maladies.

Elle peut également être utilisée pour accroître l'efficacité des radiothérapies en limitant l'hyperplasie des tissus néoplasiques induite par la réparation des effets du rayonnement[12].

Elle peut provoquer un certain nombre d'effets secondaires tels que la dépression médullaire (en), la fatigue, l'alopécie, l'aphte, l'anorexie et la diarrhée. L'actinomycine D est par ailleurs un vésicant en cas d'extravasation.

En recherche[modifier | modifier le code]

L'actinomycine D peut être utilisée en biologie moléculaire comme un anti-mitotique, et un agent intercalant de l'ADN, bien que l'hydroxyurée soit plus pratique en laboratoire comme inhibiteur de la réplication de l'ADN.

Elle est utilisée, ainsi que son dérivé fluorescent la 7-aminoactinomycine D (7-AAD), pour marquer les échantillons biologiques pour les applications de microscopie et de cytométrie en flux. Leur affinité pour les régions riches en paires de bases GC en font d'excellents marqueurs pour l'ADN. Le 7-AAD se lie à l'ADN monocaténaire, ce qui en fait un outil utile pour étudier l'apoptose et distinguer les cellules vivantes des cellules mortes[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. IARC Working Group on the Evaluation of Carcinogenic Risks to Humans, « Evaluations Globales de la Cancérogénicité pour l'Homme, Groupe 3 : Inclassables quant à leur cancérogénicité pour l'Homme », sur http://monographs.iarc.fr, CIRC, (consulté le 22 août 2009)
  3. a et b Entrée de « Actinomycin D » dans la base de données de produits chimiques GESTIS de la IFA (organisme allemand responsable de la sécurité et de la santé au travail) (allemand, anglais), accès le 2 juin 2014 (JavaScript nécessaire)
  4. Fiche Sigma-Aldrich du composé Actinomycin D from Streptomyces sp., ~98% (HPLC), consultée le 2 juin 2014.
  5. (en) Ulrich Hollstein, « Actinomycin. Chemistry and mechanism of action », Chemical Reviews, vol. 74, no 6,‎ , p. 625–652 (DOI 10.1021/cr60292a002, lire en ligne)
  6. (en) H. M. Sobell, « Actinomycin and DNA transcription », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, vol. 82, no 16,‎ , p. 5328-5331 (PMID 2410919, PMCID 390561, DOI 10.1073/pnas.82.16.5328, lire en ligne)
  7. (en) T. TURAN, O. KARACAY, G. TULUNAY, N. BORAN, S. KOC, S. BOZOK et M.F. KOSE, « Results with EMA/CO (etoposide, methotrexate, actinomycin D, cyclophosphamide, vincristine) chemotherapy in gestational trophoblastic neoplasia », International Journal of Gynecological Cancer, vol. 16, no 3,‎ , p. 1432-1438 (PMID 16803542, DOI 10.1111/j.1525-1438.2006.00606.x, lire en ligne)
  8. (en) Elza Maria Hartmann Uberti, Maria do Carmo Fajardo, Silvia Villa Verde Ribeiro Ferreira, Maurício Vannoni Pereira, Raquel Cristina Seger, Maria Amélia Rolla Moreira, Magali Duarte Torres, Gilberto de Nápoli et Helena Schmid, « Reproductive outcome after discharge of patients with high-risk hydatidiform mole with or without use of one bolus dose of actinomycin D, as prophylactic chemotherapy, during the uterine evacuation of molar pregnancy », Gynecologic Oncology, vol. 115, no 3,‎ , p. 476-481 (PMID 19818481, DOI 10.1016/j.ygyno.2009.09.012, lire en ligne)
  9. (en) Abd El-Aal HH, Habib EE et Mishrif MM., « Wilms' tumor: the experience of the pediatric unit of Kasr El-Aini center of radiation oncology and nuclear medicine (NEMROCK) », Journal of the Egyptian National Cancer Institute, vol. 17, no 4,‎ , p. 308-314 (PMID 17102824, lire en ligne)
  10. (en) Soumen Khatua, Chandrika N. Nair et Kanjaksha Ghosh, « Immune-mediated thrombocytopenia following dactinomycin therapy in a child with alveolar rhabdomyosarcoma: the unresolved issues », Pedriatic Hematology / Oncology, vol. 26, no 11,‎ , p. 777-779 (PMID 15543019, DOI 10.1097/00043426-200411000-00020, lire en ligne)
  11. (en) Norman Jaffe, Dip Paed, Demetrius Traggis, Stephen Salian et J. Robert Cassady, « Improved outlook for Ewing's sarcoma with combination chemotherapy (vincristine, actinomycin D and cyclophosphamide) and radiation therapy », Cancer, vol. 38, no 5,‎ , p. 1925-1930 (PMID 991106, DOI 10.1002/1097-0142(197611)38:5<1925::AID-CNCR2820380510>3.0.CO;2-J, lire en ligne)
  12. (en) Ronald F. Hagemann et Joseph P. Concannon, « Mechanism of intestinal radiosensitization by actinomycin D », British Journal of Radiology, vol. 46, no 544,‎ , p. 302-308 (PMID 4720744, DOI 10.1259/0007-1285-46-544-302, lire en ligne)
  13. (en) Ken Toba, Tadashi Koike, Kenichi Watanabe, Ichiro Fuse, Masuhiro Takahashi, Shigeo Hashimoto, Hidenobu Takahashi, Takashi Abe, Toshio Yano, Yasuhiko Shibazaki, Hiromi Itoh et Yoshifusa Aizawa, « Cell kinetic study of normal humanbone marrow hematopoiesis andacute leukemia using 7AAD/PY », Haematology, vol. 64, no 1,‎ , p. 10-21 (PMID 10680701, DOI 10.1034/j.1600-0609.2000.09005.x, lire en ligne)