Ota Benga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ota Benga
Description de cette image, également commentée ci-après

Ota Benga à l'Exposition universelle de 1904.

Naissance vers 1883
Décès
Lynchburg (Virginie, États-Unis)
Ota Benga en 1906.
Buste en plâtre, 1906 (Muséum américain d'histoire naturelle).

Ota Benga, né vers 1883 et mort le , était un pygmée congolais qui a été exposé au zoo du Bronx de New York en 1906.

Biographie[modifier | modifier le code]

Benga est arrivé aux États-Unis à cause de l'homme d'affaires et missionnaire Samuel Phillips Verner. Avec un contrat pour l'exposition universelle de 1904, Verner négocia la libération de Benga auprès de marchands d'esclaves, suite à sa capture par la Force publique, laquelle a également attaqué son village, tuant l'épouse et deux enfants de Benga.

Benga pouvait parcourir librement son enclos et était encouragé à interagir avec les clients, il fut par la suite exhibé comme un animal dans le zoo Monkey House dans le cadre d'une exposition destinée à promouvoir les concepts de l'évolution humaine et le racisme scientifique.

Les protestations du public ont finalement conduit au retrait de Benga du zoo, et il fut confié à la garde du clergé afro-américain. Il vécut dans un orphelinat local jusqu'à son transfert à Lynchburg en Virginie en 1910. Là, il fut éduqué au mode de vie américain, on le vêtit dans le style occidental et il alla à l'école primaire. Lors du déclenchement de la Première Guerre mondiale, il réalisa que son retour au Congo était impossible et il devint dépressif. En 1916, il se suicida avec un revolver qu'il avait volé.

Postérité[modifier | modifier le code]

En 1906, le sculpteur américain Casper Mayer (1871-1931), également l'auteur de plusieurs autres bustes ethnographiques[1], réalise un buste en plâtre d'Ota Benga. Le socle porte l'inscription « Pygmy » en lieu et place de son nom. L'œuvre fait aujourd'hui partie des collections du Muséum américain d'histoire naturelle de New York. On a pu la voir en France dans le cadre de l'exposition Exhibitions. L'invention du sauvage, présentée au musée du quai Branly en 2012[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Facing the Museum », université Brown [1]
  2. Voir l'article « Ota Benga » par Lilian Thuram dans Pascal Blanchard, Gilles Boëtsch et Nanette Jacomijn Snoep (dir.), Exhibitions : L'invention du sauvage, Actes Sud/Musée du quai Branly, Paris, 2011, p. 148-149 (ISBN 978-2-330-00260-2)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Katherine M. Hadley, Ota Benga : one man's survival in life and in death, Lynchburg College, .
  • Ngimbi Kalumvueziko, Le pygmée congolais exposé dans un zoo américain. Sur les traces d'Ota Benga, Paris, Éditions L'Harmattan, , 136 p. (ISBN 9782296131897).
  • Phillips Verner Bradford et Harvey Blume (trad. Bernard Ferry), Ota Benga : un Pygmée au zoo [« Ota Benga: the pygmy in the zoo »], Paris, Belfond, , 308 p. (ISBN 2-7144-3103-8).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :