Oswald de Northumbrie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Oswald.
Vitrail de saint Oswald dans la cathédrale de Gloucester

Oswald de Northumbrie (né en 604, mort le 5 août 642) fut roi de Northumbrie de 634 jusqu'à sa mort lors de la bataille de Maserfield.

Fils d’Æthelfrith de Bernicie et d’Acha (membre de la famille royale de Deira), il régna après une période d'exil. Il fit appel à saint Aidan de Lindisfarne pour restaurer le christianisme en Northumbrie. Après 8 ans de règne, il meurt lors de la bataille de Maserfield. Bède, un siècle après sa mort, le décrit comme un saint et un martyr.

Saint Oswald est fêté le 5 août.

Contexte, jeunesse et exil[modifier | modifier le code]

Le père d'Oswald, Æthelfrith, fut un ambitieux chef de guerre anglo-saxon qui, devenu roi de Bernicie, annexa douze ans plus tard le Deira. Il fut ainsi le premier à réunir ces deux royaumes qui allaient former la Northumbrie (avec la Bernicie au nord et le Deira au sud).

La mère d'Oswald, Acha, était membre de la lignée royale du Deira, Æthelfrith s'étant apparemment marié avec celle-ci au moment de l'acquisition du Deira.

Oswald serait né aux environs de 604, puisque Bède écrit sur lui qu'il mourut à l'âge de 38 ans en 642. Il semble que la conquête du Deira par Æthelfrith eut lieu autour de 604.

Æthelfrith, chef de guerre victorieux depuis des années, en particulier contre les Bretons, fut tué en 616 par Raedwald d'Est-Anglie. Cette défaite amena un membre exilé de la lignée royale de Deira, Edwin (un frère d'Acha), à devenir roi de Northumbrie. Oswald, ses deux frères et sa sœur[1] fuirent vers le Nord, passant le reste de leur jeunesse dans le royaume irlandais de Dál Riata où il se convertit au christianisme.

Des sources[2],[1] indiquent qu'il aurait pu séjourner sur l'île d'Iona, sur la côte ouest de l'Écosse. Il aurait en effet été amené à la conversion et baptisé dans un monastère fondé par saint Colomba (un abbé irlandais, 521-597) à la fin des années 500.

Victoire sur Cadwallon[modifier | modifier le code]

Après que Cadwallon ap Cadfan, roi de Gwynned, allié avec Penda de Mercie, eut tué Edwin de Deira lors de la bataille de Hatfield Chase en 633 (ou en 632 selon le point où l'on fait commencer les années indiquées par Bède), la Northumbrie fut coupée en ses deux royaumes de Bernicie et de Deira. Le frère d'Oswald, Eanfrith, devint roi de Bernicie, mais fut tué par Cadwallon en 634 (ou en 633) après avoir essayé de négocier la paix. Ensuite, Oswald, à la tête d'une petite armée (et probablement aidé par ses alliés du nord) rencontra Cadwallon lors de la bataille d'Heavenfield, près de Hexham. Avant celle-ci Oswald érigea une croix de bois. Puis, lui et son armée prièrent et attaquèrent l'ennemi à l'aube.

Dans la Vie de saint Columba, Adomnan d'Iona écrit que, la veille de la bataille, saint Columba était apparu à Oswald durant un songe et lui avait dit, citant le livre de Josué, ces paroles :

"Be strong and of a good courage; behold, I shall be with thee, (...) March out this following night from your camp to battle, for on this occasion the Lord has granted to me that your foes shall be put to flight, that your enemy Catlon shall be delivered into your hands, and that after the battle you shall return in triumph, and have a happy reign."
"Sois fort et courageux. Je serai avec toi, (...) Et la nuit prochaine, sors de ton camp et engage la bataille, car le Seigneur m'a accordé, à cette occasion, que tes ennemis seraient mis en fuite et Cadwallon livré entre tes mains, et que tu rentrerais, après la bataille, triomphant et connaîtrais un règne heureux."

Oswald rapporta cette vision à son conseil et tous promirent de se faire baptiser après la bataille et de croire. Les Bretons, quoique plus nombreux, furent battus, et Cadwallon fut tué[3].

L'apogée de son règne[modifier | modifier le code]

Carte des peuples occupant la Grande-Bretagne au début du VIIe siècle

Après la victoire d'Heavenfield, Oswald réunit la Northumbrie et rétablit la suprématie Bernicienne qui avait été interrompue par Edwin. Il régna ainsi pendant 8 (ou 9) ans. Il a même été dit qu'il fut "l'empereur britannique désigné par Dieu".

Bède clama qu'il "mit sous sa domination toutes les nations et provinces britanniques", mais il se contredit plus tard en indiquant que le frère d'Oswald, Oswiu dominait les Écossais et les Picts. Des annales irlandaises relatent une coalition anglo-saxonne contre Oswald très tôt dans son règne, ce qui pourrait indiquer une tentative infructueuse de mettre fin à la suprématie d'Oswald.

Les Merciens qui ont participé à la défaite d'Edwin en 633 semblent avoir été un obstacle pour l'autorité d'Oswald dans les territoires du sud, même s'il est généralement admis qu'il les dominait un tant soit peu, après Heavenfield.

Oswald contrôlait apparemment Lindsey, Bède rapporta que ses ossements furent ramenés dans un monastère près de là. Il dit aussi que les moines refusèrent initialement les ossements d'un "roi étranger" qui les aurait dominés.

Il semble qu'Oswald était en bons termes avec les Saxons de l'ouest. Il se maria avec la fille (Kineburga)[2] de leur roi Cynegils. Kineburga accepta de se convertir[2] puis ce fut le tour de son frère Cynegils.

Il eut un fils Æthelwald de Deira, mais il n'est pas certain qu'il soit le fruit de l'union avec la fille de Cynegils ou d'un autre relation antérieure, puisque Æthelwald commença à diriger Deira en 651. Il a été avancé qu'un fils de ce mariage aurait été trop jeune pour être crédible dans cette position, et que donc, devant être plus vieux, Æthelwald serait le produit d'un union antérieure, durant son exil.

Sa foi[modifier | modifier le code]

Bien qu'Edwin ait été converti en 627, c'est Oswald qui eut le plus grand rôle dans le développement du christianisme en Northumbrie. Rapidement après être devenu roi, il a demandé la venue d'un évêque irlandais pour accélérer la conversion de ses sujets, Aidan de Lindisfarne fut cet évêque. Initialement, un évêque austère, Coorman[2] avait été envoyé et il n'eut que peu de succès. Aidan eut une approche plus modérée. Oswald lui donna l'île de Lindisfarne. Bède raconte qu'Oswald fut le traducteur lors de certains prêches, puisqu'Aida ne parlait que peu l'anglais, et qu'Oswald avait appris l'irlandais lors de son exil.

Bède accorda de l'importance à traiter Oswald comme un 'Saint Roi' malgré sa mort durant une bataille qui aurait pu le faire passer pour un martyr. Il se fonde sur les actions de sa vie plutôt que sur sa mort, ne s'attardant pas sur son martyre. Il n'a d'ailleurs jamais utilisé le mort 'martyr' concernant Oswald. Il raconte la générosité d'Oswald pour les pauvres et les étrangers citant une histoire pour la mettre en lumière :

Lors d'un diner avec Aidan, apprenant que des pauvres étaient présents et demandaient l'aumône, Oswald leur fit donner son repas. Aidan très impressionné prit la main droite d'Oswald en lui disant : "Puisse cette main ne jamais périr !" .

Bède rapport qu'après sa mort, le bras et la main d'Oswald restèrent inaltérés.

Sa chute[modifier | modifier le code]

Il y avait un conflit avec les Merciens païens de Penda. Oswald fut tué en 642 durant la bataille de Maserfield qui eut lieu à un endroit généralement identifié comme étant l'Oswestry (plusieurs lieux ayant été suggérés). Son corps fut démembré. Bède mentionne qu'Oswald finit sa vie en priant, "pour l'âme de ses soldats" voyant sa fin proche. Sa tête et ses membres furent placés sur des piques.

L'identification traditionnelle du lieu de la bataille de Maserfield à l'Owestry, territoire des Powys en ces temps, suggère que Penda aurait pu avoir de l'aide des Britanniques dans cette bataille, élément aussi suggéré par d'anciens poèmes gallois évoquant la participation de gens de Powys dans la bataille.

Il a aussi été discuté que si le lieu est bien Oswestry, Oswald soit alors en mode offensif, dans le territoire de ses ennemis, ce qui irait à l'encontre de l'encensement réalisé par Bède concernant la "sainteté" d'Oswald puisqu'une guerre offensive ne peut que difficilement se justifier d'être une guerre juste. Cela explique peut-être pourquoi Bède reste silencieux sur le motif de cette guerre, il note simplement qu'Oswald s'est battu pour la "terre de ses aïeuls".

Il se peut qu'Oswald ait trouvé dans le frère de Penda, Eowa un allié, lui aussi tué lors de la bataille de Maserfield. Il se pourrait qu'Eowa se soit battu avec Oswald contre Penda.

Après sa mort[modifier | modifier le code]

Reliquaire de la tête de saint Oswald conservé au musée de la cathédrale de Hildesheim (fin du XIIe siècle)

Très vite Oswald fut considéré comme un saint. Bède raconta que des miracles arrivèrent près du lieu de sa mort et que des gens vinrent prendre de la terre sur le site ce qui aboutit au creusement d'un trou atteignant la hauteur d'un homme.

Certains aspects de cette légende semblent avoir une influence païenne. Le nom du lieu 'Oswestry' ou (Oswald's tree) pourrait provenir de la mort d'Oswald et des légendes qui l'ont accompagnées.

Bède raconte qu'Oswiu, frère d'Oswald retrouva les restes de son frère l'année suivante.

Ses reliques sont conservées à l'abbaye de Bardney, dans le Lindsey, jusqu'au début du Xe siècle. Elles sont alors transportées à Gloucester, en Mercie, à la suite d'un raid sur la région (passée sous domination viking quelques décennies auparavant). Les souverains de Mercie, Æthelred et Æthelflæd, dédient à Oswald un prieuré dans lequel ils sont inhumés à leur mort.

La tête d'Oswald est déposée dans la cathédrale de Durham avec les restes de saint Cuthbert de Lindisfarne. Oswald et Cuthbert sont associés à titre posthume mais ne se sont pas connus puisque Cuthbert fut évêque de Lindisfarne près de 40 ans après la mort d'Oswald. Quatre lieux d'Europe continentale au moins affirment détenir la tête d'Oswald. Un de ses bras est censé avoir fini dans l'Abbaye de Peterborough au Moyen Âge.

Oswald est le saint patron de la paroisse de Lantic dans les Côtes d'Armor. Une statue, dans le chœur de l'église paroissiale à gauche du maître-autel, le représente portant le sceptre, symbole de la royauté.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) http://www.lindisfarne.org.uk/
  2. a, b, c et d (en) http://www.missionstclare.com
  3. (en) Corpus of Electronic Texts Edition Life of St. Columba

Lien externe[modifier | modifier le code]