Bataille de Hatfield Chase

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bataille de Hatfield Chase

Informations générales
Date
Lieu Hatfield Chase, près de Doncaster, Angleterre
Issue Victoire décisive de l'alliance gallo-mercienne et mort du roi Edwin de Northumbrie
Belligérants
Gallois du Gwynedd
Merciens
Northumbriens
Commandants
Cadwallon ap Cadfan
Penda de Mercie
Edwin de Northumbrie
Coordonnées 53° 35′ 06″ nord, 0° 55′ 34″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Angleterre
(Voir situation sur carte : Angleterre)
Bataille de Hatfield Chase

La bataille de Hatfield Chase (en vieil anglais « Haethfelth ») eut lieu le [N 1] à Hatfield Chase, près de Doncaster, dans le Yorkshire. Elle opposa les Northumbriens menés par leur roi Edwin à une alliance des Gallois du Gwynedd et des Merciens, conduits par leurs souverains respectifs Cadwallon ap Cadfan et Penda. Le champ de bataille était une zone marécageuse, à environ 8 milles au nord-est de Doncaster, sur la rive sud de la rivière Don. Ce fut une victoire décisive pour les Gallois et les Merciens : Edwin fut tué et son armée défaite, ce qui entraîna l'effondrement temporaire du royaume de Northumbrie.

Contexte[modifier | modifier le code]

Edwin, alors le plus puissant souverain de Grande-Bretagne, aurait vaincu Cadwallon quelques années avant cette bataille : Bède indique que l'autorité d'Edwin s'étendait sur ce qu'il appelle les « îles mévaniennes », l'une d'entre elles étant Anglesey[1],[2], et une autre source mentionne un siège subi par Cadwallon sur Puffin Island (ou Glannauc)[3],[2], au large de la côte d'Anglesey.

Cadwallon réussit cependant, plus tard, à vaincre et chasser les Northumbriens de ses terres et s'allia alors à Penda, Cadwallon étant le membre le plus puissant de cette alliance. Le statut de Penda en Mercie est incertain : Bède suggère qu'il n'était pas encore roi, mais qu'il le devint peu après Hatfield[4] ; la Chronique anglo-saxonne, en revanche, précise qu'il devint roi en 626[5]. L'armée gallo-mercienne entra en bataille contre celle d'Edwin à Hatfield, au nord de Doncaster.

Issue de la bataille[modifier | modifier le code]

La bataille fut un désastre pour la Northumbrie. Avec la mort d'Edwin et de son fils Osfrith, ainsi que la capture de son autre fils Eadfrith (qui fut plus tard tué), le royaume fut divisé entre Bernicie et Deira, les deux États qui avaient été unifiés par Æthelfrith, le prédécesseur d'Edwin. Eanfrith, un des fils d'Æthelfrith, revint d'exil et prit le pouvoir en Bernicie, tandis que le cousin d'Edwin, Osric, s'en empara en Deira. Cadwallon continua à mener une guerre sans merci contre les Northumbriens, et ne fut stoppé qu'après sa défaite face à Oswald à Heavenfield (aussi connu sous le nom de Deniseburna ou Cantscaul[3]) un an après Hatfield[4],[6],[7].

L'historien David P. Kirby suggère que la défaite d'Edwin fut en fait le résultat d'une vaste alliance d'intérêts opposés à lui, dont fit partie la lignée bernicienne déchue d'Æthelfrith. Cependant, compte tenu de l'hostilité existante entre Cadwallon et les fils d'Æthelfrith, une telle alliance ne put avoir survécu longtemps après la bataille[8].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Bède donne la date du 12 octobre dans son Histoire ecclésiastique du peuple anglais (Bède, Ecclesiastical History of the English People livre II, chapitre 20), mais la Chronique anglo-saxonne (The Anglo-Saxon Chronicle) donne le 14 octobre. Bède donne aussi l'année 633, mais la façon dont il détermine le début de chaque année est sujette à débat, si bien qu'il est possible que la bataille se soit en fait déroulée en 632.

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Annales Cambriae (trad. E. Phillimore), The Annales Cambriae and Old-Welsh genealogies from Harleian MS. 3859, Wikisource, (lire en ligne)
  • (en) Bède (trad. L. C. Jane), Ecclesiastical History of the English People, Wikisource, (lire en ligne)
  • (en) Richard Brooks, Cassel's Battlefields of Britain and Ireland, Grande-Bretagne, Weidenfield & Nicolson, , 724 p. (ISBN 0-304-36333-2)
  • (en) Chronique anglo-saxonne (trad. J. H. Ingram), The Anglo-Saxon Chronicle, Projet Gutenberg, (lire en ligne)
  • (en) David Peter Kirby, The Earliest English Kings, New York, Routledge, (ISBN 0-415-24211-8)