Histoire de la notation musicale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pour nommer les notes de musique, la musique occidentale utilise deux systèmes différents, selon le pays :

  • le premier système, inspiré de l'Antiquité, utilise les premières lettres de l'alphabet. Il est en vigueur, dans deux variantes simplifiées (ne différant que par la désignation du si), dans les pays anglophones et germanophones ;
  • le second système utilise les syllabes d'un chant latin. Il a été élaboré pendant la deuxième moitié du Moyen Âge et il est en usage en France, en Italie, etc.
Allemagne
et pays germanophones
Angleterre
et pays anglophones
France, Italie, etc.
C C do
D D
E E mi
F F fa
G G sol
A A la
H B si

Notation en lettres[modifier | modifier le code]

Au VIe siècle, Boèce utilisait les lettres de l'alphabet pour désigner les notes dont il parlait, mais commençant toujours à la lettre A, quelle que soit la note : on ne peut pas vraiment parler d'une notation, puisqu'il n'y a aucun lien stable entre les lettres et les notes.

C'est le Dialogus de musica du début du XIe siècle, erronément attribué à Odon de Cluny[1], qui fixe à sept le nombre de lettres utilisées, de A à G, pour dénoter l'octave de La à Sol. La forme des lettres est variée (A à G) selon les octaves, comme suit (la description du traité ne monte pas au-delà de aa) :

  • lettres capitales pour la première octave : A, B… G ;
  • lettres minuscules pour la deuxième octave : a, b… g ;
  • lettres minuscules redoublées pour la troisième octave : aa.

On ajouta la lettre grecque gamma « Γ » pour étendre la notation et désigner la note sous le A, de laquelle provient le terme de « gamme ».

Aujourd'hui, les pays anglophones utilisent les lettres de A à G, la gamme commençant par le C (Do). Les germanophones et certains pays scandinaves et slaves utilisent le H à la place du B (pour le Si français), le B représentant le Si bémol dans leur système.

Notation italienne et française[modifier | modifier le code]

Ut, ré, mi, fa, sol et la[modifier | modifier le code]

Au XIe siècle, le moine Guido d'Arezzo a l'idée, pour nommer les notes de la gamme, d'utiliser des syllabes d'une hymne liturgique fameuse, l'hymne des vêpres de la fête de la Naissance de saint Jean-Baptiste. Cette hymne est écrite en strophes de forme sapphique : les trois premiers vers, composés de deux hémistiches (de cinq et six pieds, respectivement), sont complétés par un quatrième vers, plus court, de cinq pieds. Guido d'Arezzo a utilisé la première syllabe de chacun des six premiers hémistiches de l'hymne (ut ré mi fa sol la) pour son système de solmisation. Ce système ne fait pas correspondre exactement un nom à une note, mais donne une position dans l'hexacorde.

Dans les pays de langue romane (français, italien, espagnol, portugais), cette appellation s'est imposée face à la notation alphabétique utilisée dans les pays germaniques ou anglophones[2]. Voici la première strophe de l'hymne en question :

Hymne des premières et secondes vêpres de la fête de la naissance de saint Jean-Baptiste (24 juin)
(texte latin du poète Paul Diacre)
Ut queant laxis
resonare fibris
Mira gestorum
famuli tuorum,
Solve polluti
labii reatum,
Sancte Iohannes.

L'utilisation de rimes internes (« laxis » « fibris », « gestorum » « tuorum ») complique légèrement le sens du texte, comme c'est fréquemment le cas dans les hymnes liturgiques latines. En guise d'introduction aux strophes subséquentes qui décrivent le récit évangélique entourant la naissance de Jean, la première strophe sert d'invitation aux chantres  : « Afin que tes fidèles puissent chanter les merveilles de tes gestes d'une voix détendue, nettoie la faute de leur lèvre souillée, ô Saint Jean. »

L'origine de la musique associée à ce poème est moins claire; il en existe d'ailleurs plusieurs versions, suivant des traditions liturgiques diverses. Il est possible que la variante romaine soit une création de Guido d'Arezzo lui-même, ou le réemploi d'une mélodie existante[3]. Les six premiers vers commencent par des sons qui forment une gamme montante, sur les syllabes ut, re, mi, fa, sol, la.

Fichier audio
Ut queant laxis
Premier vers de l'hymne à saint Jean-Baptiste
Des difficultés à utiliser ces médias ?
Des difficultés à utiliser ces médias ?
en notation neumatique en notation moderne
UtQueantLaxis-Arezzo.svg
UtQueantLaxis-Arezzo-modern.svg

Si (ajouté du XVIe siècle)[modifier | modifier le code]

La note si, dont le nom est composé avec les deux initiales du dernier vers de l'hymne, Sancte Iohannes, a été ajoutée à la fin du XVIe siècle. Cet ajout a été attribué à divers auteurs, notamment à Anselme de Flandres.

Do (transformation d’ut au XVIIe siècle)[modifier | modifier le code]

L'ut a été transformé plus tard en do, plus facile à énoncer en solfiant. Il fut un temps où on attribuait l'invention du mot « do » à Giovanni Maria Bononcini, au XVIIe siècle, qui l'aurait formé d'après la première syllabe du nom du musicien italien Giovanni Battista Doni[4] ; cela est cependant incorrect, car le do est déjà attesté chez Pierre l'Arétin en 1536, c'est-à-dire bien avant la naissance de Doni[5]. Certains suggèrent plutôt que Do viendrait de la première syllabe du mot latin Dominus (le Seigneur)[6].

Le do est la seule note de musique à avoir changé de nom. Le nom ut est cependant conservé dans les termes techniques ou théoriques. Ainsi, on parle par exemple de trompette en ut, de clé d'ut, de contre-ut pour le chant ou de concerto en ut mineur.

Altérations (bémol et bécarre)[modifier | modifier le code]

Le si (B dans la notation anglaise) a été, dans la théorie médiévale, le seul degré de la gamme admettant une altération et pouvant donc prendre deux formes :

  • bémol (♭), c'est-à-dire b rond, B « mou » (« moll » en allemand) ;
  • bécarre (♮), c'est-à-dire b carré, « dur ».

Origine du dièse (♯) : [à préciser].

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Odon ([[Xe siècle|Xe siècle]]) », sur www.musicologie.org (consulté le 17 novembre 2015)
  2. in A. Danhauser, Théorie de la musique, Paris, Éditions Henry Lemoine, édition revue et augmentée, 1994.
  3. Ut queant laxis, in Encyclopédie Larousse.
  4. ibid.
  5. Voir le TLFI : [1].
  6. Source unique : Mr l'abbé Corselis, Professeur de solfège et maître de chapelle du Collège du Sacré-Cœur de Tourcoing, en 1942.