Désignation des notes de musique suivant la langue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les noms des notes de musique dans la musique occidentale suivent deux grands systèmes selon les pays. La notation est basée soit sur les sept premières lettres d'un alphabet, soit sur les notes « do ré mi fa sol la si » inventées par Guido d'Arezzo. En Extrême-Orient, le système chinois Jianpu est dominant depuis le début du XXe siècle. Le langage de grille ouverte est destiné à l'improvisation musicale permettant d'exprimer explicitement le nom des notes, de modes et d'accords par une formulation elle-même musicale.

Noms des notes[modifier | modifier le code]

Système Dénomination de la gamme
Français do (ut) mi fa sol la si
Italien do (ut) re mi fa sol la si
Espagnol do (ut) re mi fa sol la si
Néerlandais (Belgique) do re mi fa sol la si
Russe До (do) pe (rie) ми (mi) фа (fa) соль (sol’) ля (lia) си (si)
Roumain do re mi fa sol la si
Allemand C D E F G A H
Anglais C D E F G A B
Néerlandais (Pays-Bas) C D E F G A B
Chinois (jianpu) 1 2 3 4 5 6 7
Hindi स (sa) रे (re) ग (ga) म (ma) प (pa) ध (dha) नि (ni)
coréen 다 (da) 라 (ra) 마 (ma) 바 (ba) 사 (sa) 가 (ga) 나 (na)
Japonais ハ (ha) ニ (ni) ホ (ho) ヘ (he) ト (to) イ (i) ロ (ro)

Origine des noms[modifier | modifier le code]

La notation anglaise utilise les premières lettres de l'alphabet. La notation allemande remplace le B par un H pour des raisons historiques. Le Si est introduit au XVIe siècle et est la seule note altérée en Bémol. B correspond au Si bémol et H au Si (voir l'article : Histoire de la notation musicale et les articles associés).

En France, Italie, Espagne et dans d'autres pays (Bulgarie, Thaïlande...), on utilise la solmisation basée au départ sur le texte latin « Ut queant laxis »:

Ut queant laxis / resonare fibris / mira gestorum / famuli tuorum / solve polluti / labii reatum / Sancte Iohannes[1].

Le ut sera remplacé par le do plus tard et subsiste d'ailleurs encore notamment avec la clé d'ut. En Belgique, on utilise la solmisation dans la partie francophone et néerlandophone, et le système des lettres dans la partie germanophone du pays.

En chinois, le jianpu est utilisé depuis le 1900 et est dérivé du système français Galin-Paris-Chevé. Auparavant, le gongchepu (ou notation gongche), prononcé gongcheokbo en coréen, et kōsekifu en japonais, était basée sur des caractères chinois, selon deux variantes, le wenzipu et le jianzipu (zh), une version abrégée.

En japonais, les tons sont notés de A à G en katakana avec les kanas du Chant de l'iroha, un hymne bouddhique du Sūtra du Nirvāna, dont cette version écrite est ultérieure au XIe siècle. :

イ (i), ロ (ro), ハ (ha), ニ (ni), ホ (ho), ヘ (he), ト (to)

La musique hindoustani utilise le système de notation svaralipī[2].


Degré[modifier | modifier le code]

Les notes peuvent également être désignées par degré. Elles sont alors définies par l'intervalle les reliant à une note de base. Chaque degré porte un nom. En français, il s'agit de :

  • I : la tonique
  • II : la sus-tonique
  • III : la médiante
  • IV : la sous-dominante
  • V : la dominante
  • VI : la sus-dominante
  • VII : la sensible (ou sous-tonique lorsqu'elle forme un intervalle de seconde majeure avec la tonique)

Altérations[modifier | modifier le code]

En français, on utilise le dièse et le bémol pour altérer les notes. Chaque langue a sa propre dénomination.

Demi-ton haut (dièse/♯)[modifier | modifier le code]

  • Allemand : on rajoute -is à la note (fa♯ = Fis, do♯ = Cis).
  • Anglais : sharp (fa♯ = F sharp, do♯ = C sharp).
  • Bulgare :
  • Espagnol : sostenido (fa♯ = fa sostenido, do♯ = do sostenido).
  • Italien : diesis (fa♯ = fa diesis, do♯ = do diesis).
  • Japonais : ei ou eh (fa♯ = 嬰へ ei-he, do♯ = 嬰ハ ei-ha).
  • Néerlandais : kruis (fa ♯ = fa kruis, do ♯ = do kruis).
  • Russe : диез (fa♯ = фа диез, do♯ = до диез).

Demi-ton bas (bémol/♭)[modifier | modifier le code]

  • Allemand : on rajoute -es à la note (Ré♭= Des, Sol♭= Ges) Exception: Si♭= B, La♭= As, Mi♭= Es
  • Anglais : flat (ré♭ = D flat, sol♭ = G flat).
  • Bulgare : бемол (ré♭ = ре бемол, sol♭ = сол бемол).
  • Espagnol : bemol (ré♭ = re bemol, sol♭ = sol bemol).
  • Italien : bemolle (ré♭ = re bemolle, sol♭ = sol bemolle).
  • Japonais : hen (ré♭ = 変ニ hen-ni, sol♭ = 変ト hen-to).
  • Néerlandais : mol (re♭= re mol, sol ♭ = sol mol).
  • Russe : бемоль (ré♭ = ре бемоль, sol♭ = соль бемоль).

Modes[modifier | modifier le code]

Un mode est une échelle de note qui peut être définie soit à partir des intervalles entre notes successives, soit sur la base des intervalles de chacun des degrés de l'échelle par rapport à la note fondamentale du mode (note de base). La tierce de l'échelle (ou médiante) définit le caractère majeur ou mineur du mode. Le nombre de notes peut varier d'un mode à l'autre: pentatonique (cinq tons), hexatonique (six tons), etc. Dans le système tonal usuel, les modes majeur et mineur comportent tous sept degrés.

Majeur[modifier | modifier le code]

  • Allemand : Dur (do majeur = C-Dur)
  • Anglais : major (do majeur = C major)
  • Bulgare : мажор (do majeur = до мажор)
  • Espagnol : mayor (do majeur = do mayor)
  • Italien : maggiore (do majeur = do maggiore)
  • Japonais : 長調 chô-chô (do majeur = ハ長調 ha-chô-chô)
  • Néerlandais : groot (do majeur = do groot)
  • Russe : мажор (do majeur = до мажор)

Mineur[modifier | modifier le code]

  • Allemand : Moll (la mineur = a-Moll)
  • Anglais : minor (la mineur = A minor)
  • Bulgare : минор (la mineur = лa минор)
  • Espagnol : menor (la mineur = la menor)
  • Italien : minore (la mineur = la minore)
  • Japonais : 短調 tanchô (la mineur = イ短調 i-tanchô)
  • Néerlandais : klein (la mineur = la klein)
  • Russe : минор (la mineur = ля минор)

Tableaux récapitulatifs[modifier | modifier le code]

Altérations par dièse et bémol
Systèmes à solmisation Systèmes alphabétiques
Français Espagnol Italien Portugais Néerlandais (Belgique) Roumain Russe Allemand Anglais Japonais Néerlandais (Pays-Bas)
do bémol do bemol do bemolle bemol do mol do bemol до-бемоль (do-biemol) Ces C flat 変ハ (hen-ha) Ces
do (Ut) do do do do до (do) C C ハ (ha) C
do dièse do sostenido do diesis sustenido do kruis do diez до-диез (do-diez) Cis C sharp 嬰ハ (ei-ha) Cis
bémol re bemol re bemolle bemol re mol re bemol ре-бемоль (re-biemol) Des D flat 変ニ (hen-ni) Des
re re re re ре (re) D D ニ (ni) D
dièse re sostenido re diesis sustenido re kruis re diez ре-диез (re-diez) Dis D sharp 嬰ニ (ei-ni) Dis
mi bémol mi bemol mi bemolle mi bemol mi mol mi bemol ми-бемоль (mi-biemol) Es E flat 変ホ (hen-ho) Es
mi mi mi mi mi mi ми (mi) E E ホ (ho) E
mi dièse mi sostenido mi diesis mi sustenido mi kruis mi diez ми-диез (mi-diez) Eis E sharp 嬰ホ (ei-ho) Eis
fa bémol fa bemol fa bemolle bemol fa mol fa bemol фа-бемоль (fa-biemol) Fes F flat 変ヘ (hen-he) Fes
fa fa fa fa fa фа (fa) F F ヘ (he) F
fa dièse fa sostenido fa diesis sustenido fa kruis fa diez фа-диез (fa-diez) Fis F sharp 嬰ヘ (ei-he) Fis
sol bémol sol bemol sol bemolle sol bemol sol mol sol bemol соль-бемоль (sol-biemol) Ges G flat 変ト (hen-to) Ges
sol sol sol sol sol sol соль (sol) G G ト (to) G
sol dièse sol sostenido sol diesis sol sustenido sol kruis sol diez соль-диез (sol-diez) Gis G sharp 嬰ト (ei-to) Gis
la bémol la bemol la bemolle bemol la mol la bemol ля-бемоль (la-biemol) As A flat 変イ (hen-i) As
la la la la la ля (la) A A イ (i) A
la dièse la sostenido la diesis sustenido la kruis la diez ля-диез (la-diez) Ais A sharp 嬰イ (ei-i) Ais
si bémol si bemol si bemolle si bemol si mol si bemol си-бемоль (si biemol) B B flat 変ロ (hen-ro) Bes
si si si si si si си (si) H B ロ (ro) B
si dièse si sostenido si diesis si sustenido si kruis si diez си-диез (si-diez) His B sharp 嬰ロ (ei-ro) Bis
Modes majeur et mineur
Français Allemand Anglais Espagnol Italien Japonais Néerlandais Portugais Roumain Russe
majeur Dur major mayor maggiore 長調 (chōchō) groot maior major мажор
mineur Moll minor menor minore 短調 (tanchō) klein menor minor минор

Références[modifier | modifier le code]

  1. Traduction : « Afin que tes fidèles puissent chanter les merveilles de tes gestes d'une voix détendue, nettoie la faute de leur lèvre souillée, ô Saint Jean. »
  2. Patrick Moutal, « L'écrit et la notation musicale indienne: degré de représentativité », Analyse Musicale - Notation et analyse, no 24,‎ (lire en ligne)