Orange Tunisie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Orange Tunisie

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de Orange Tunisie

Création Octobre 2009
Dates clés 5 mai 2010 : lancement commercial
Forme juridique Société anonyme
Siège social Drapeau de Tunisie Tunis (Tunisie)
Direction Didier Charvet (DG)[1]
Marouane Mabrouk (président du conseil d'administration)
Actionnaires État tunisien (51 %)
Orange SA (49 %)
Activité Téléphonie mobile
Téléphonie fixe
Internet
Site web www.orange.tn

Orange Tunisie (أورنج تونس) est un opérateur privé de télécommunications tunisien.

Il est le fruit d'une alliance entre Orange SA (49 %) et la société Investec (51 %), propriété du groupe Mabrouk dirigé par Marouane Mabrouk, gendre de l'ancien président Zine el-Abidine Ben Ali.

Lancement[modifier | modifier le code]

Orange Tunisie est le deuxième opérateur privé de télécommunications à obtenir une licence de téléphonie mobile en Tunisie, adjugée en juillet 2009 pour un montant de 257,3 millions de dinars[2]. Il est aussi le premier en termes de licence pour exploiter un réseau 3G et de téléphonie fixe, brisant sur ce dernier plan le monopole de Tunisie Télécom.

Le lancement de Orange Tunisie le 5 mai 2010 se déroule autour d'un gigantesque buzz médiatique ; il suscite l'engouement du public même si le marché de la téléphonie paraît saturé avec près de 90 % des Tunisiens possédant un forfait de téléphonie mobile. Il revendique en 2014 un total de 2,1 millions d'abonnés, pour une part de marché de 13 %[2].

Offres multi-play[modifier | modifier le code]

À l'instar des autres marchés où Orange est présent, l'opérateur propose un ensemble d'offres et de services autour d'Internet et de la téléphonie par Internet (VoIP), accessibles au moyen du modem Livebox 2.

En août 2014, Orange Tunisie lance l'offre 3ajab qui permet de bénéficier à vie de dix fois le montant de toute recharge supérieure à cinq dinars[3]. Cette stratégie tarifaire agressive est critiquée car elle force à restreindre les bénéfices d'une société déjà déficitaire[4].

Sponsoring et partenariats[modifier | modifier le code]

En juillet 2010, Orange Tunisie devient le sponsor officiel et exclusif de l'Espérance sportive de Tunis (EST) avec un montant record dans le sport tunisien. Dans le même temps, l'entreprise obtient les droits de deux autres clubs : l'Étoile sportive du Sahel (ESS) et le Club sportif sfaxien (CSS).

Controverse[modifier | modifier le code]

À la suite de la chute du régime du président Zine el-Abidine Ben Ali en janvier 2011, une controverse naît fin février sur les conditions d'attribution à l'opérateur de la licence pour le réseau 3G[5]. Les 51 % de l'entreprise appartenant à la société Investec sont confisqués par l'État le 29 mars de la même année[6], à la suite du décret n° 2011-13 du 14 mars visant 114 personnalités liées au régime déchu, et un administrateur judiciaire nommé à la tête de l'entreprise, ce que Mabrouk considère comme une tentative de spoliation[2]. Un audit réalisé le 24 octobre à la demande de la commission de confiscation conclut cependant que le financement de la société Investec s'est fait à partir de revenus issus du groupe Mabrouk, alors qu'une décision de la Cour de cassation statue que les biens acquis licitement ne sont pas concernés par les mesures de confiscation[2].

Si Mabrouk retrouve la présidence du conseil d'administration, l'État cède le 3 mars 2013 ses actions à la holding El Karama Holding, chargée de gérer les biens confisqués et qui convoque une assemblée générale le 16 janvier 2014 pour démettre Mabrouk de ses fonctions ; la justice annule cependant les décisions de cette assemblée le 11 février 2014[2]. Fin 2014, la présence de Mabrouk au conseil d'administration met en péril la nécessité pour la société de lever des fonds auprès de l'État pour soutenir sa croissance[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « M. Didier Charvet, nouveau Directeur Général d’Orange Tunisie », sur Orange Tunisie,‎ 10 septembre 2012
  2. a, b, c, d et e Samy Ghorbal, « Enquête sur une spoliation », sur Jeune Afrique,‎ 2 mars 2014
  3. « Orange Tunisie lance l’offre prépayée « 3ajab » », sur Direct Info,‎ 1er septembre 2014
  4. Julien Clémençot, « Orange Tunisie : difficile ménage à trois », sur Jeune Afrique,‎ 18 septembre 2014
  5. Andréa Fradin, Sylvain Lapoix et David Servenay, « Ben Ali : les compromissions d'Orange en Tunisie », sur OWNI,‎ 3 mars 2011
  6. Florence Beaugé, « Orange Tunisie passe sous la tutelle de l'État tunisien », Le Monde, 30 mars 2011, p. 18
  7. « Orange Tunisie menacée économiquement ? », sur Maghreb Info,‎ 26 septembre 2014

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]