Tunisie Télécom

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Tunisie Télécom

Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de Tunisie Télécom

Création (Office national des télécommunications)
Dates clés  : inauguration de la première ligne GSM
2002 : restructuration en société anonyme
Forme juridique Société anonyme
Siège social Drapeau de Tunisie Tunis (Tunisie)
Direction Salah Jarraya (PDG)[1]
Actionnaires État tunisien (65 %)
Emirates International Telecommunications (35 %)
Activité Téléphonie
Filiales Topnet (Drapeau de la Tunisie Tunisie)
Mattel (Drapeau de la Mauritanie Mauritanie)
Effectif 8 500[2]
Site web www.tunisietelecom.tn
Chiffre d’affaires 882 756 000 ($) en 2013[3]

Tunisie Télécom (اتصالات تونس) est le nom commercial de l'opérateur historique de télécommunications en Tunisie.

Histoire[modifier | modifier le code]

La loi portant création de l'Office national des télécommunications, dont le nom commercial est Tunisie Télécom, est promulguée le et entre en vigueur le [4]. Devenu société anonyme de droit public fin 2002, il change de statut juridique, par un décret du 5 avril 2004, pour devenir une société anonyme dénommée « Tunisie Télécom »[5]. Elle connaît une privatisation partielle en avec l'entrée dans son capital, à hauteur de 35 %[5], du consortium émirati ETI (Emirates International Telecommunications)[6].

Tunisie Télécom met en place, exploite et commercialise le premier réseau GSM en Mauritanie (Mattel) à partir de [4]. Elle conclut également une convention de coopération technique avec Djibouti Télécom pour le développement de ses réseaux de télécommunications.

À partir de 2008, Tunisie Télécom offre la possibilité aux détenteurs de cartes bancaires nationales d'alimenter le solde de leurs lignes prépayées via les distributeurs automatiques de billets de l'Arab Tunisian Bank (service Mobilink)[7].

Le , Tunisie Télécom lance une nouvelle marque, Elissa, avec des offres spécifiquement conçues pour les jeunes de moins de 25 ans[8] ; elle devient accessible à tous sans limite d'âge dès le [9].

Au printemps 2011, à la suite de la révolution tunisienne, la société est secouée par un important conflit social entre les représentants de l'Union générale tunisienne du travail et ceux de son actionnaire émirati au sujet du sort d'une soixantaine de contractuels (sur 8 500 employés) représentant 3,5 % de la masse salariale ; il est marqué par des grèves et sit-in affectant le bon fonctionnement de l'opérateur[2],[10]. Il s'achève avec la fin de ces contrats de travail, à l'exception de dix contractuels gardant leurs fonctions[11].

Activité[modifier | modifier le code]

Centrale téléphonique de Tunisie Télécom.

Tunisie Télécom propose des services dans le domaine des télécommunications fixes et mobiles. En , il est fort de 1 259 000 abonnés au réseau fixe (RTCP), dont il détient le monopole, et de 3 265 000 abonnés au réseau GSM, la première ligne ayant été inaugurée le [4]. Avec une part de marché de 35,4 % en décembre 2014) sur le marché de la téléphonie mobile[12], Tunisie Telecom est le second plus gros opérateur mobile du pays, derrière Ooredoo, leader avec 45,7 % de part de marché. L’opérateur historique affiche en 2014 un taux de croissance mensuel moyen de 4,2 %, ce qui lui a permis de franchir la barre des cinq millions d’abonnements.

Tunisie Télécom est également un fournisseur d'accès à Internet (Frame Relay, ADSL, X.25, LS, RNIS et WLL pour la téléphonie rurale).

En , Tunisie Télécom signe un partenariat avec le groupe Khechine qui consiste pour l'entreprise de télécom d'offrir des avantages sur les services du groupe de tourisme, en échange d'une offre de télécommunication avantageuse pour les établissements hôteliers et touristiques du groupe Khechine[13].

Données financières[modifier | modifier le code]

Son chiffre d'affaires est de 882,756 millions de dollars en 2013[3].

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Salah Jarraya, nouveau PDG de Tunisie Telecom », sur Business News,‎
  2. a et b Julien Clémençot, « Aux abonnés absents », sur Jeune Afrique,‎ , p. 82-83
  3. a et b « Les 150 premières entreprises d’Afrique du Nord », Jeune Afrique, hors-série n°40 « Les 500 premières entreprises africaines », 2015, pp. 114-119
  4. a, b et c « Nos étapes clés », sur Tunisie Télécom
  5. a et b « Notre entreprise », sur Tunisie Télécom
  6. (en) « Stake in tunisie Telecom will be a strategic investment, says Dubai holding », sur Balancing Act,‎
  7. « Lella et Mobilink présentés au large public », sur Webmanagercenter,‎
  8. Tallal Bahoury, « Tunisie Télécom lance l'offre Elissa entièrement dédiée aux jeunes », sur Webmanagercenter,‎
  9. « Elissa change et lance une nouvelle offre en édition limitée ! », sur Tunisie Télécom,‎
  10. « Sit-in de Tunisie Telecom : la manipulation continue aux frais des travailleurs. L’exemple du centre d’appels », sur Tunisie numérique,‎
  11. « Tunisie Telecom : seuls 10 contractuels garderont leurs salaires actuels », sur Tekiano,‎
  12. « Tunis : Tunisie Télécom, « meilleur contributeur », mais toujours second derrière Ooreddo », sur African Manager,‎
  13. « Tunisie Telecom et le Groupe Khechine se rapprochent commercialement », sur Maghreb Info,‎

Liens externes[modifier | modifier le code]